Connectez-vous avec nous

Actu

Les élu.es Insoumis.es dénoncent la répression en Algérie

La Rédaction

Publié

le

Les élu-es insoumis-es de Saint-Denis ont rendu publique, hier, 4 octobre, une déclaration dans laquelle ils-elles dénoncent la répression en cours en Algérie et expriment leur soutien au peuple algérien lutte. Déclaration.

Depuis le début du mouvement populaire, en février 2019, pour une véritable alternative démocratique au système autoritaire en place, le pouvoir algérien n’a cessé d’entraver les droits du peuple algérien à manifester et à exprimer ses opinions, alors que la contestation fait preuve d’une maturité politique et d’un pacifisme incontestables.

La stratégie de la répression et de la peur s’installe à ciel ouvert en Algérie, avec l’arrestation de dizaines de citoyennes et citoyens. C’est ainsi que des responsables politiques et des leaders d’opinion sont inculpé.e.s arbitrairement comme Samira Messouci, Karim Tabbou ou Fodil Boumala, avec parfois de graves chefs d’accusation et des condamnations allant jusqu’à 15 ans de prison, comme c’est le cas pour la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune. Des militants associatifs sont placés sous mandat de dépôt pour « atteinte à l’intérêt national » et une quarantaine de manifestant.e.s à travers tout le pays sont convoqué·e·s en justice, rien que pour avoir brandi un drapeau amazigh.

Aux arrestations et aux condamnations, il faut ajouter les entraves à la liberté de réunion pour les partis politiques et les associations qui soutiennent la contestation populaire et qui s’opposent au coup de force de l’état-major de l’armée. Par ailleurs, des barrages filtrants sont mis en place chaque vendredi, jour des manifestations, pour empêcher les manifestant.e.s d’atteindre la capitale.

C’est dans ce climat d’intimidation et de violence arbitraire que la députée LFI Mathilde Panot a été interpellée à Béjaïa et placée sous surveillance dans un hôtel d’Alger mardi dernier, avant de regagner la France. Ainsi donc, en plus de la volonté manifeste d’étouffer la contestation citoyenne, le pouvoir algérien veut isoler le peuple algérien de toute forme de solidarité étrangère.

Les élu.e.s Insoumis.e.s condamnent la politique de terreur et de répression qui s’abat au quotidien sur les Algériennes et les Algériens, ainsi que la justice aux ordres du pouvoir, qui a privé près de 100 personnes de leurs libertés.

Les élu·e·s Insoumis.e.s tiennent à exprimer leur soutien au peuple algérien dans sa lutte exemplaire pour l’instauration de la démocratie et d’un État de droit.

Saint-Denis , le 4 octobre 2019

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x