Connectez-vous avec nous

Actu

« Une dictature en plein délire », dénoncent les universitaires

Publié

le

Le Collectif des enseignants de la Faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion (FSECSG) de Tizi Ouzou a rendu public le communiqué N°07.

Les enseignants universitaires de la Faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion (FSECSG) de Tizi Ouzou dénoncent, dans un communiqué, la justice aux ordres et une dictature en plein délire.

« Plutôt que d’inquiéter et d’arrêter les responsables de la crise actuelle, les corrompus ayant vidé les caisses de l’Etat et pillé les richesses du pays au profit de leurs fils et petits-fils (ils sont nombreux aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger, à continuer de sévir et de décider du sort des algériens), la justice mobilise ses hommes, ses lois, ses prisons pour incarcérer des Algériennes et des Algériens impliqués dans le mouvement révolutionnaire du 22 février. Ayant exprimé pacifiquement leurs opinions, ils deviennent, comme par enchantement, des ennemis de l’Algérie. La dictature est en plein délire », lit-on dans le communiqué du Collectif des enseignants.

Les enseignants universitaires de la FSECSG de Tizi Ouzou s’élèvent contre la manipulation de la justice, devenue un instrument de l’arbitraire.

« La justice aux ordres, étant toujours opérationnellement intacte, protège la dictature d’Alger. Elle est son dernier recours. L’arrestation de citoyens lors de différentes manifestations, l’enlèvement du militant politique Karim Tabbou, chef du parti de l’Union démocratique et sociale (UDS), et sa mise sous mandat de dépôt, l’interpellation des manifestants lors des marches du vendredi 13 septembre 2019 en sont la parfaite illustration. L’arbitraire est porté à son comble », écrivent les enseignants de Tizi Ouzou.

Enfin, le Collectif des enseignants de la fac d’économie (FSECSG) de l’UMMTO dénonce et condamne « ces actes irresponsables, injustes et arbitraires », exige « la libération inconditionnelle et immédiate de tous les détenus politiques et d’opinion » et appelle le « peuple algérien à garder le caractère pacifique du mouvement révolutionnaire afin de mettre en échec les stratagèmes du système visant à provoquer la confrontation et à installer le chaos ».

Synthèse A. Guatri

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

A La Une

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

Tags

Populaires