Connectez-vous avec nous

Chronique

Liberté, égalité, fraternité

Publié

le

Le 14 juillet 1789, le peuple de France est monté à l’assaut de la monarchie, de l’aristocratie et du clergé qui le pressuraient. En ce temps là, il n’a pas fait attention à ceux qu’on appelait déjà les bourgeois, qui ont investi ses rangs et semblaient demander la même chose, au moins se débarrasser des mêmes ennemis (cf notre hirak).

Il n’a pas fait attention parce qu’ils ont adopté le triptyque « liberté-égalité-fraternité » et parce que l’ordre en vigueur en faisait des roturiers, des parias du Tiers-État. De plus fut promulguée, le 26 août suivant, la « déclaration des droits de l’homme et du citoyen » qui sonnait bien dans ses mots, comparativement à l’insulte féodale qu’ils ont définitivement fait taire.

Le pouvoir du roi, de ses vassaux et celui des curés aboli, les choses ont commencé à se mettre en place. La Constitution de 1791 reconduisit le suffrage censitaire, basé sur l’exclusion des pauvres.

La même année, la loi Le Chapelier instaura l’interdiction d’association ou de coalition de travailleurs de même métier. La bourgeoisie se protégeait contre ce que seraient les syndicats plus tard.

Le peuple n’avait pas vu que l’article premier de la déclaration conditionnait l’égalité par « l’utilité sociale », c’est-à-dire la richesse qui « paie l’impôt ».

Jean-Paul Marat, dans L’Ami du peuple , avait vu le drame qui s’annonçait à travers la trahison qui se concrétisait.

Il écrivait : « Ainsi, la représentation devenue proportionnelle à la contribution directe remettra l’empire entre les mains des riches ». Il avait raison et sera assassiné.

Les Français durent finir par le comprendre et se révolter, au prix de dizaines de milliers de morts, au cours de l’histoire.

Ils réussirent, ce faisant, au cours de courtes périodes à faire en sorte que la férocité de la prédation soit moins lourde à supporter et que le pouvoir des riches prenne des formes moins brutales, plus complexes et plus sophistiquées, au point qu’il soit devenu moins visible.

Mais le peuple n’a pas encore fini de ruminer sur la devise qui barre les frontons des édifices publics, surtout quand sa « liberté » de travailler n’est pas l’égale de celle du patron à licencier, parce qu’il ne fait pas assez de profit.

Parfois, le peuple a l’illusion d’avoir gagné, en élisant un président ou un gouvernement de « gauche ». Il en a seulement l’illusion, car ses élus ne lui disent jamais, après coup, ce que François Mitterrand a dit à sa femme Danielle, à savoir « qu’il n’avait pas le pouvoir d’affronter la Banque mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement, mais non pas le pouvoir ».
Et l’illusion a continué.

Peut-être que, cette fois-ci, un bilan populaire va être fait. Puisque partout commence à se poser la question sur cette « démocratie » qui ne sert plus à grand-chose, si ce n’est placer des gens qui sont au service de tout, sauf de ceux qui les élisent.

Ahmed Halfaoui

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires