Connectez-vous avec nous

Économie

Fortunes algériennes : 78,6 millions de dollars transférés au Canada !

Publié

le

C’est une véritable saignée que subit l’économie nationale depuis le début de l’année 2019 suite à la candidature surréaliste de Abdelaziz Bouteflika à un 5e mandat et au mouvement populaire qui entend en finir avec le système des corrompus. Cela prouve que le peuple a bien eu raison de se révolter et que le semblant d’opération « main propre » menée par Gaïd Salah n’est que de la poudre aux yeux.

Les fortunes algériennes, souvent mal acquises, quittent le pays en toute impunité. Plus de 78,6 millions de dollars ont été transférés au Canada depuis l’Algérie, et ce, depuis janvier 2019, a révélé le journal montréalais Le Devoir.

« Entre janvier et juillet 2019, plus de 78,6 millions dollars ont été envoyés au Canada depuis l’Algérie, selon des chiffres obtenus auprès du Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada, qui surveille les télévirements de fonds de plus de 10 000 dollars en provenance de l’étranger », écrit le journaliste Fabien Deglise dans un article intitulé « Des fortunes algériennes trouvent refuge au Canada ».

Ce chiffre enregistré en 7 mois seulement représente une augmentation de près de 10 millions comparé au total des transferts effectués durant toute l’année 2018 ! C’est également une augmentation de 50% par rapport aux transferts opérés en 2017.

« Cette année-là, 52 millions de dollars avaient été transférés au Canada depuis des institutions bancaires algériennes », note encore le journaliste.

L’explosion de la valeur moyenne des transferts en 2019, comparé à ceux enregistrés en 2017 et 2018, démontre qu’il s’agit d’opérations effectuées par les grosses fortunes algériennes et non pas par les citoyens lambdas. Une bonne partie de ces fortunes ont trouvé refuge à Québec où est installée la majeure partie de la diaspora algérienne.

« Signe d’une certaine fébrilité, la valeur moyenne des transferts a également explosé en 2019, pour atteindre 405 195 dollars par transaction déclarée, contre 187 900 dollars et 157 857 dollars respectivement en 2018 et 2017. Ce montant représente plus de 26 fois le PIB par habitant en Algérie en 2018, confirmant ainsi que ces transferts sont orchestrés principalement par les plus grosses fortunes du pays », fait remarquer le journaliste du quotidien Le Devoir.

Le journaliste note à juste titre que les transferts s’accélèrent en période de crise du fait de la peur des dirigeants politiques et des riches de voir la monnaie nationale s’effondrer.

Ces transferts importants s’expliquent aussi par l’urgence de mettre à l’abri des richesses mal acquises dont une bonne partie avait été blanchie dans l’immobilier français et espagnol.

Il faut rappeler qu’un Algérien installé au Canada avait interpellé, le mois de juin dernier, le député du Nouveau Parti démocratique Pierre-Luc Dusseault, qui, à son tour, a écrit au ministre des Finances, Bill Morneau, pour l’informer et l’inciter à la vigilance : « Ces mouvements financiers sont majoritairement faits par la classe politique et dirigeante algérienne actuelle, qui se prépare à un exil imminent. […] Le peuple algérien est inquiet que le départ du gouvernement et de ses dirigeants se fasse en amenant avec eux […] des fonds publics dilapidés […]. Ces dirigeants corrompus ne devraient pas pouvoir trouver un refuge au Canada pour ces fonds illégitimes. »

Il est triste de voir que du côté algérien, rien n’est entrepris pour arrêter cette saignée. La corruption semble avoir encore de beaux jours en Algérie.

Synthèse A. Guatri

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires