Connectez-vous avec nous

Politique

Le ministre des Affaires religieuses est-il de mauvaise foi ?

Publié

le

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, a pris part le lundi 2 août à Alger à une conférence organisée par la Radio nationale portant sur le dialogue et ses avantages.

Au lieu de se contenter de donner son avis de religieux sur le thème, le ministre des Affaires religieuses s’est laissé aller à des élucubrations qui mettent le doute sur sa bonne foi.

Reprenant les éléments de langage du vice-ministre de la Défense, le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, le ministre des Affaires religieuses a versé dans la « redite ».

Le ministre des Affaires religieuses a repris l’antienne de la nécessité de « barrer la route » aux parties qui veulent profiter de la situation actuelle que traverse le pays pour « attiser le feu de la fitna », et ce en optant pour « le dialogue comme seul moyen de prémunir le pays contre tout malheur ».

Le religieux a même cru bon de répondre à ceux qui ont émis des préalables avant de prendre à n’importe quel dialogue. Des préalables portant sur la libération des détenus d’opinion, l’ouverture des champs médiatique et politique, le respect des libertés démocratiques… Autant de gages de la bonne foi des décideurs d’aller vers un dialogue sérieux.

Reprenant encore le général-major Ahmed Gaïd Salah, qui avait rejeté tout préalable, le ministre des Affaires religieuses a estimé que les partis qui exigent « certaines conditions » pour prendre part au dialogue ou se refusent d’y prendre part « ont peur des urnes, faute de base populaire ».

L’équation politique serait très simple pour le ministre des Affaires religieuses, Youcef Belmehdi, qui a tranché : les partis qui refusent le dialogue ont peur des urnes et n’ont pas de base !

En juillet dernier, ce même ministre a tout fait pour impliquer les imams dans la casse du hirak, en les appelant à développer « un discours religieux en vue de renforcer la cohésion nationale et rassembler les citoyens autour d’un projet qui sert le pays et préserve sa stabilité ».

Le ministre des Affaires religieuses ignore-t-il que c’est grâce à la révolte populaire que des ministres sont en prison pour justement dilapidation des biens du peuple ou est-il vraiment de mauvaise foi ?

A. Guatri

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x