Connectez-vous avec nous

Actu

« Rendez-nous Bouregaa, prenez Gaïd Salah », crient les manifestants

Publié

le

Le 28e vendredi de dissidence marque un retour puissant des manifestants dans les rues.

Des millions de manifestants sont sortis partout dans le pays pour dénoncer les manœuvres de Gaïd Salah et exiger la libération des détenus d’opinion, dont Lakhdar Bouregaa.

C’est un peuple qui se dresse contre la prédation du pouvoir et le séquestre imposé sur les institutions et les libertés démocratiques.

Le verdict est sans appel. Ce vendredi signe encore une fois une dénonciation en règle des pratiques du pouvoir représenté par le vice-ministre de la Défense, le général major Gaid Salah. Ce dernier a été copieusement hué et dénoncé par les millions de manifestants sortis dans l’écrasante majorité des chefs-lieux de wilayas et de daïras du pays.

C’est un référendum, encore un, que vient de réaliser le peuple algérien pour la 29e fois. A la surdité du pouvoir, les manifestants répondent par des messages clairs et sans nuance : transition, départ du gouvernement et de Bensalah, libération de tous les détenus, dont Lakhdar Bouregaa, et la fin des pressions et intimidations.

Pourtant de nombreux intellectuels et hommes politiques appellent le pouvoir à changer de paradigme. Rien n’y fait. Toutes les propositions buttent sur la rigidité du vice-ministre de la Défense et sans doute le reste de l’institution militaire.

En réalité depuis le 22 février, les Algériens sortent dans la rue pour dénoncer le despotisme, la corruption et la prédation imposée par le pouvoir en place. Jusqu’à présent, le pouvoir de fait représenté par linstitution militaire louvoie et ne cesse de lancer des leurres pour tromper l’opinion publique comme la création du panel du dialogue, largement dénoncé par les manifestants et les principaux acteurs politiques et syndicaux.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires