Connectez-vous avec nous

Culture

« Papicha » de Mounia Meddour triplement primé au festival d’Angoulême

Publié

le

Pari réussi pour le film algérien « Papicha » lors de sa participation au 12e Festival du film francophone d’Angoulême (France).

Mounia Meddour est vraiment la digne fille de son défunt père Azzedine Meddour. Son long métrage « Papicha » a décroché dimanche soir les prix du public et celui du meilleur scénario en plus du prix de la meilleure actrice revenu à Lyna Khoudri, annonce l’équipe du film.

Ce premier long métrage de Mounia Meddour, présenté en avant-première lors du dernier Festival de Cannes en mai dernier, s’est vu attribué le Valois du public et celui du scénario, alors que le Valois de l’actrice est revenu ex aequo à Lina Khoudri et à la Française Nina Meurisse.

D’une durée de 90 mn, « Papicha » revient sur le quotidien de jeunes femmes en Algérie dans les années 1990 à travers l’histoire d’une étudiante vendant ses création de haute couture dans les boites de nuits pour se lancer comme styliste. Le casting du film réunit entre autres Shirine Boutella, Amira Hilda, et Samir El Hakim.

Papicha a été présenté au dernier festival de Cannes dans la section Un Certain Regard.

Le jury de ce festival, qui s’est tenu du 20 au 25 août, a attribué le Valois de diamant au film « Les hirondelle de Kaboul » coréalisé par les Françaises Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec. Ce film également présenté lors du dernier Festival de Cannes est une adaptation du roman éponyme publié en 2002 par le célèbre écrivain algérien Yasmina Khadra.

La fiche du film

Réalisé par Mounia Meddour  – Avec Lyna Khoudri, Shirine Boutella
Algérie – Drame – Sortie : 9 octobre 2019 – Durée : 106 mn

Synopsis : Alger, années 90. Nedjma, 18 ans, étudiante habitant la cité universitaire, rêve de devenir styliste. A la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la Cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux « papichas » , jolies jeunes filles algéroises. La situation politique et sociale du pays ne cesse de se dégrader. Refusant cette fatalité, Nedjma décide de se battre pour sa liberté en organisant un défilé de mode, bravant ainsi tous les interdits.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires