Connectez-vous avec nous

Sports

CAN 2019 : 35 jours après, retour sur le parcours des héros Algériens

Publié

le

L’Algérie a remporté la 32ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations, en surmontant tous les obstacles possibles. Le parcours des Fennecs est digne d’un véritable champion comme le décrivent les amoureux de l’agence Bet777, même s’ils n’étaient pas favoris d’après les pronostics des bookmakers avant la compétition. 

Le précieux outsider !

L’Algérie est arrivée en Égypte avec l’objectif de faire mieux qu’en 2015 ou encore en 2017, c’est-à-dire, passer l’étape des quarts de finale, remporter le trophée était un bonus. Dans cette peau d’outsiders, les coéquipiers de Sofiane Feghouli, ont défié la logique, avec leur coach Belmadi plein de caractère et de maîtrise.

Le Cameroun, l’Égypte, le Maroc, le Sénégal et la Côte d’Ivoire étaient les nations les plus attendues aux pieds des pyramides. Elles avaient toutes de l’expérience, des effectifs bourrés de talents et des sélectionneurs qui ont un vécu dans le monde du football. 

Un sans-faute en phase des groupes !

Classée dans le groupe C, en compagnie du Sénégal, de la Tanzanie et du Kenya, l’Algérie avait certainement de la place pour se qualifier en huitièmes de finale, mais la manière a été plus surprenante. Les Fennecs ont démarré par le Kenya en première journée, succès logique de deux buts à zéro. Lors de la deuxième journée, ils devaient faire face à l’ogre sénégalais, l’une des redoutables nations de la CAN. Sans complexe, les Fennecs s’imposent par (1-0) sur les Lions de la Teranga, grâce Youssef Belaili.

Six points sur six, l’Algérie qualifiée pour les huitièmes de finales au bout de deux matchs, le langage des observateurs commence petit à petit, à changer. L’Algérie n’est plus outsider, plutôt un client sérieux à la victoire finale. La dernière rencontre des groupes contre la Tanzanie ressemblait à une formalité, les Fennecs la remportent sans peine par (3-0). Ils filent en huitièmes avec le statut de la meilleure attaque (six buts marqués), meilleure défense (0 but encaissé) et par ricochet, celui de meilleure sélection de la première étape.

La détermination et la chance en phase d’élimination directe.

Tout avait l’air d’être fait pour le trophée de l’Algérie. Le talent de ses propres joueurs, leur détermination, l’envie, et la chance. Contre la Guinée Conakry en huitièmes, les Fennecs passent sans forcer. D’un super bijou à la 57ème minute, le capitaine Riyad Mahrez, participe à la belle victoire (3-0) de son équipe. 

L’adversaire en quart de finale s’appelle la Côte d’Ivoire. Les deux sélections se tiennent coude-à-coude jusqu’aux prolongations, puis à la séance des tirs aux buts. Serye Die et Wilfried Bony ratent leur tir et font déchanter la Côte d’ivoire, au grand bonheur des algériens réalistes à la séance.

En demi-finale, le Nigeria fait durer le suspens jusqu’à la dernière minute du temps additionnel, après le centre tir de Riyad Mahrez dévié vers le but par le défenseur Etong, et l’égalisation de Ighalo sur penalty. C’est justement à cette dernière minute que, l’attaquant de Manchester City revenait à la charge sur un coup-franc bien placé, pour envoyer le cuire au fond de filet. Deux buts à un score final, de partout, les Algériens exultent, les rues de la France sont envahies, l’Algérie est en finale.

Et la finale du deuxième titre

Après avoir évolué dans le même groupe, l’Algérie et le Sénégal se retrouvent en finale, pour une bataille herculéenne, tactique entre deux coachs amis de longue date. Il y a encore là, beaucoup plus de chance que lors des précédentes rencontres. Sur le premier ballon offensif du match, l’avant-centre Bounedjah voit son tir dévié finir dans les cages gardées par Sylvain Gbohou, un but à zéro pour les Fennecs, ce sera le seul et unique but de la rencontre. Au soir du 19 juillet 2019 au stade international du Caire, l’Algérie remporte la deuxième CAN de son histoire après l’édition 1990. Un succès qui doit toute sa raison d’être à la force collective d’un groupe et au travail tactique de Djamel Belmadi. En Égypte, l’Algérie a écrit une nouvelle page de l’histoire de son football et du football africain, en devenant la première équipe vainqueure d’une Coupe d’Afrique des Nations à 24 nations. C’était tellement mérité.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

Populaires