Connectez-vous avec nous

Société

Des pics de chaleur record dans plusieurs régions du pays

Publié

le

 Le mois de juillet 2019 a été « particulièrement chaud », de jour comme de nuit, avec des « records » de chaleur battus dans plusieurs régions du pays, où le mercure a dépassé de +3,3 C la normale en température moyenne, a indiqué le directeur du Centre climatologique national (CCN), Salah Sahabi-Abed.

« Juillet 2019 a été très chaud dans la majeure partie du pays. Il a fait entre 0.2 et 3,3 C de plus que la normale en température moyenne et nous avons enregistré en parallèle des températures maximales nettement au-dessus de la normale mais variables en magnitude d’une région à une autre », a déclaré à l’APS M. Sahabi-Abed.

Selon le même expert, les écarts des températures maximales moyennes par rapport à la normale des mois de juillets calculés sur la période 1981-2010 étaient importants. Globalement, ils ont varié de +0.2 C à +3.7 C.

Ainsi, de nouveaux records de température maximale ont été battus dans plusieurs wilayas du pays à savoir, Adrar avec 50,0 C, Arzew (44,5 C), Béni-Saf (40,9 C), Ténès (44,0 C), Mostaganem (45,9 C), Tiaret (43,0 C) et Mecheria (43,5 C).

Concernant les températures minimales moyennes (où de nuits), les écarts par rapport à la normale étaient également chauds et importants variant de +0.1 à +3.6 C, à l’exception de la région de Tindouf où on a enregistré un écart de l’ordre de -1.1 C ceci à cause de l’influence des vents marins qui arrivant de l’océan Atlantique de l’ouest.

Il est à rappeler que Météo Algérie avait annoncé auparavant que les températures prévues pour les mois de juillet et août seraient de « normale à au-dessus de la normale » sur les différentes régions du pays.


Les prévisions mensuelles élaborées par Météo Algérie coïncident avec celles émanant des centres climatologiques régionaux des pays de la Méditerranée et confirment cette tendance de situation normale à plus chaude que la normale pendant toute la saison d’été avec 80% de probabilité.

Le Centre climatologique national qui relève de l’Office national de météorologie (ONM) avait rappelé que la prévision mensuelle et saisonnière « informe sur la vigueur de la saison et trace de manière générale la tendance globale des paramètres de météorologie par rapport aux valeurs normales observées habituellement sur une période connue assez représentative ».

Il avait expliqué que la prévision mensuelle et saisonnière « ne peut en aucun cas être un élément de substitution à d’autres bulletins météorologiques à l’instar de la carte de vigilance ou le bulletin météorologique spécial (BMS) ».

Dans ce sens, et pour la prévision quotidienne ou de moyenne échéance (1 à 3 jours), le CCN avait mis l’accent sur l' »impératif de suivre les bulletins de prévision météorologique et d’alertes ainsi que la carte de vigilance émanant des services de Météo Algérie ».

Les prévisions élaborées dans ce bulletin « sont déterminées sur la base des conditions atmosphériques et océaniques du mois de mai 2019. La situation ‘Normale’ signifie la condition qui se trouve proche de la moyenne statistique prise comme référence climatologique et appelée communément ‘Normale Climatologique' », précise-t-on.

Juillet 2019, le mois le plus chaud jamais mesuré à l’échelle planétaire

Des températures records ont été enregistrées à travers le monde, à l’instar de celle enregistrée dans la localité de Mitribah au Koweït, le 21 juillet dernier, où le mercure a atteint les 53,9 C, a relevé l’Organisation météorologique mondiale (OMM), précisant que cette température est désormais considérée comme « la plus élevée jamais enregistrée sur le continent asiatique ».

« On voit clairement que le continent asiatique commence à se réchauffer très rapidement », a expliqué Omar Baddour, chef de division du Programme mondial des données climatologiques à l’OMM, ajoutant que ce phénomène « dénote de la tendance au réchauffement global ».

Le mois de juillet 2019 a été le mois le plus chaud « jamais mesuré » dans le monde, juste au-dessus du mois de juillet 2016, a noté pour sa part le service européen Copernicus sur le changement climatique.


La Terre devrait connaître, entre 2015 et 2019, ses cinq années les plus chaudes jamais enregistrées, avait préconisé l’OMM), soulignant que de nombreuses régions d’Europe « connaissent la première vague de chaleur de l’année en raison des masses d’air chaud en provenance d’Afrique, établissant de nouveaux records de température de jour et de nuit pour juin ».

Des records de température ont été battus dans plusieurs pays d’Europe lors d’une vague de chaleur intense avec des pics qui ont atteint les 42,6 C à Paris et à Lingen en Allemagne, 41,8 C à Begijnendijk dans le nord de la Belgique et 40,4 C dans le sud des Pays-Bas.

Des températures exceptionnelles ont été également enregistrées au Royaume-Uni avec 38,7 C au Jardin botanique de l’Université de Cambridge. APS

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Scandale à l’hôpital de Bou Saâda : on se trompe dans les dépouilles !

Publié

le

On en a tout vu avec nos hôpitaux que les autorités veulent privatiser à tout prix. La mauvaise gestion et le laisser-aller ont atteint des pics insoupçonnables, notamment à l’hôpital de Bou Saada où l’on ne sait même plus gérer les dépouilles !

C’est le cas d’une famille qui s’était présentée à 12h00 à la morgue de l’hôpital de Bou Saada pour récupérer la dépouille d’un parent et à qui l’on répond que le corps a été remis à une autre famille à 10h00 !

« On s’est présenté hier à midi à l’hôpital de Bou Saada pour récupérer la dépouille et aller l’enterrer. Ils nous ont dit que la dépouille a été remise à 10h00 à d’autres personnes qui l’ont récupérée et enterrée ! », témoigne un jeune dans la vidéo ci-dessous.

La famille du défunt qui se retrouve sans la dépouille de son proche demande tout de même des explications à l’administration de l’hôpital de Bou Saada qui, pour justifier une absurdité pareille, affirme que l’agent a confondu les « dépouilles qui se ressemblaient » !

« Ils nous ont dit que les deux dépouilles se ressemblent et c’est pour cela qu’on s’était trompé ! », s’indigne le témoin qui insiste pour avoir les documents.

Le comble avec cette administration qui semble gérer la structure hospitalière de Bou Saada comme on gérerait un bazar, c’est qu’elle fait à la famille du défunt une proposition pour le moins absurde et trop malhonnête !

Ne réalisant pas la gravité de la situation et la nécessité pour la famille d’enterrer la dépouille de son proche et faire son deuil, l’administration de l’hôpital lui propose un autre corps à sa place !

« Ils (les chargés de l’administration) nous ont dit qu’il y a un autre corps si vous voulez le prendre à la place ! Sinon, choisissez un autre corps ! », témoignent les membres de cette famille.

« En fait, il n’y a ni document administratif ni rien. Dès que vous vous présentez, on vous montre les différentes dépouilles et vous prenez celle qui ressemble à votre proche », explique l’un des membres de la famille.

I. Farès

Continuer la lecture

Société

Près de 53 quintaux de kif traité saisis sur un voilier au large d’Oran

Publié

le

Une quantité de kif traité s’élevant à 52,95 quintaux a été saisie par des unités relevant des Forces navales à bord d’un voilier battant pavillon allemand et ayant subi une panne technique au nord du Cap Falcon (wilaya d’Oran), indique mercredi le ministère de la Défense nationale dans un communiqué.

Une unité de la marine algérienne a saisi sur un voilier battant pavillon allemand une importante quantité de kif traité au large des côtes oranaises.

« Suite à l’opération de recherche et de sauvetage menée par des unités relevant de nos Forces navales à savoir le bâtiment d’escorte Mourad Raïs 901, vedette SAR 224 et l’hélicoptère SAR LS-16, permettant, hier 10 septembre 2019, de porter secours et assistance à trois personnes de nationalités étrangères qui étaient à bord d’un voilier battant pavillon allemand et ayant subi une panne technique à 15 miles nautiques au nord du Cap Falcon, wilaya d’Oran (2e Région militaire), et après avoir effectué les procédures réglementaires en vigueur et suite au remorquage dudit voilier au port d’Arzew et sa fouille par des Garde-côtes, une grande quantité de kif traité s’élevant à 52 quintaux et 95 kilogrammes a été découverte et saisie », précise la même source.

L’enquête avec les concernés « est toujours en cours pour cerner tous les détails de cette opération », précise le communiqué.

Le MDN affirme que « ces résultats de qualité, qui s’inscrivent dans le cadre des efforts continus visant à contrecarrer la propagation du fléau du narcotrafic dans notre pays, vient s’ajouter aux multiples opérations ayant permis de déjouer l’introduction et le colportage de ces poisons, et réitèrent le haut professionnalisme, la vigilance et la disponibilité permanentes qui caractérisent l’ensemble des Forces de l’ANP dans sa lutte contre la criminalité organisée multiforme », conclut le communiqué.

En juin dernier, un important réseau de trafic de drogue a été démantelé à Oran. Au cours de cette opération, les services de la gendarmerie nationale à Oran ont réussi, la semaine dernière, à démanteler un réseau international de trafic de drogue composé de 9 éléments et ont saisi 47,3 kg de kif traité et des sommes d’argent en monnaie nationale et en devises, a-t-on appris lundi de ce corps de sécurité.

Avec APS

Continuer la lecture

Société

Haddad, Tahkout et Kouninef: leurs comptes bancaires bientôt dégelés

Publié

le

La désignation, par l’autorité judiciaire, d’administrateurs indépendants pour gérer les entreprises appartenant aux groupes Haddad, Tahkout et Kouninef, permettra le dégel des comptes bancaires de ces entités « dans les plus brefs délais », a indiqué dimanche à l’APS le ministre des Finances Mohamed Loukal.

Ali Haddad, Mahieddine Tahkout et les frères Kouninef sont en prison et leur entreprise sont en crise. Trois administrateurs sont désignés pour les gérer.

Initiée par un comité intersectoriel ad-hoc, institué par le Premier ministre et placé auprès du ministre des Finances, cette démarche de sauvegarde des entreprises, dont les patrons sont incarcérés pour des affaires liées à la Justice, « permettra à ces entités de renouer rapidement avec un fonctionnement régulier et continu de leurs activités », a assuré M. Loukal.

A la question de savoir si les salaires non payés des travailleurs de ces entreprises allaient être débloqués, le ministre a répondu que le dégel des comptes bancaires allait systématiquement permettre à ces entreprises de payer les arriérés de salaires.

La désignation d’administrateurs indépendants, de statuts d’experts, tel que proposé à la justice par le comité, offrira surtout à ces entités « un appui et un soutien à leur potentiel humain et managérial », a-t-il ajouté.

Invité à expliquer la différence entre un administrateur judiciaire et un liquidateur, le ministre a tenu à souligner que les deux missions étaient complètement différentes, voire opposées.

« Parfois, les gens confondent entre administrateur et liquidateur. Ce dernier est désigné pour liquider une entité avant sa dissolution. Or, le rôle de l’administrateur indépendant est, au contraire, de sauvegarder la société et veiller à réunir les conditions de sa bonne gouvernance », a-t-il expliqué. « Et c’est exactement l’objectif du gouvernement : conforter les assises financières et opérationnelles de ces entités, dans le cadre de la sauvegarde de leurs potentiels de production et d’emplois », a poursuivi le ministre.

« En d’autres termes, l’objectif est de leur assurer une viabilité. Certaines d’entre elles, émargeant à la commande publique, jouissent, dans ce cadre, d’un carnet de commandes consistant et ont pour charge également la réalisation de projets industriels structurants pour l’économie nationale, a-t-il fait remarquer.

Les emplois seront sauvegardés

A une autre question pour savoir si l’administrateur indépendant avait, dans ses prérogatives, la possibilité de licencier des travailleurs, le ministre a répondu que « la mission de l’administrateur indépendant est, au contraire, de défendre les intérêts de l’entreprise et des travailleurs ».

Le 22 août, le juge enquêteur, saisi des dossiers des sociétés appartenant aux Groupes Haddad, Tahkout et Kouninef, a rendu des ordonnances de désignation de trois administrateurs, experts financiers agréés, pour la gestion de ces sociétés.

Dans un communiqué, le procureur général près la Cour d’Alger avait alors indiqué que la désignation de ces administrateurs répondait à « un souci d’assurer la pérennité des activités des dites sociétés et de leur permettre de préserver les postes d’emploi et d’honorer leurs engagements envers les tiers ».

Ainsi, outre la sauvegarde de dizaines de milliers de postes d’emplois, le dispositif piloté par le ministère des Finances permettra également, soutient le premier argentier du pays, de relancer, dans un cadre « normalisé », les relations bancaires et commerciales avec les correspondants bancaires et partenaires internationaux, dans un climat positif.

Il évitera ensuite un impact négatif sur le budget de l’Etat et les caisses de sécurité sociale, consécutif au non paiement des impôts et des cotisations sociales aux caisses d’assurance et de retraite.

Résumant les objectifs fondamentaux de ce comité intersectoriel chargé du suivi des activités économiques et de la préservation de l’outil de production national, M. Loukal a souligné que ce dispositif visait, outre la sauvegarde de la production et des emplois, la préservation des intérêts de l’Etat, dans le cadre des marchés émargeant à la commande publique, conclus avec les entreprises concernées.

La sécurité du marché intérieur, du fait des parts de marchés détenues par certaines de ces entités, la conduite des projets industriels en phase de réalisation ainsi que le maintien de la cadence de production pour les sociétés en exploitation, secteur automobile notamment, constituent les autres priorités du comité, selon le ministre. Avec APS

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires