Connectez-vous avec nous

Politique

Exclusif. Karim Younès : « Nous attendrons quelques jours, faute de quoi… »

Publié

le

Karim Younès, porte-parole du panel de dialogue national, a accepté de répondre aux questions que nous lui avons envoyées jeudi soir. Evidemment, tout un chacun aura remarqué que la situation a évolué depuis.

DzVID : Comment se sont déroulés les contacts préliminaires entre les membres du panel et entre panel et présidence avant la rencontre avec le chef de l’Etat par intérim ?
Karim Younès :  Les contacts préliminaires ont été menés essentiellement par l’instance initiatrice présidée par M. Abderrahmane Arar, au titre de la société civile. A la demande de ce dernier, j’ai proposé quelques noms, dont certains ont été retenus.

Les initiateurs ont jugé utile de présenter le projet au pouvoir, lequel, à travers le discours du Chef d’Etat le 03 juillet dernier, avait suggéré une démarche de dialogue par des personnalités indépendantes, afin de trouver rapidement une voie de sortie de crise et de légitimation du pouvoir.

DzVID. Seuls six des 12 membres ont été reçus. Peut-on savoir pourquoi ?

Karim Younès : Une liste de 13 personnes avait été établie de laquelle a été choisi un groupe de 6 personnes pour entamer les premières rencontres, car un nombre plus élevé rendrait plus difficile l’entame du travail du panel. Ce groupe va être rapidement renforcé par un représentant de notre communauté à l’étranger.

DzVID : Sur le plan pratique, le panel a-t-il arrêté un plan de travail et un agenda des rencontres ?

Karim Younès : Nous allons nous réunir dans les prochains jours (la réunion aura lieu demain dimanche, NDLR) et nous allons élaborer un plan de travail avec notamment un calendrier de rencontres avec les acteurs politiques nationaux.

DzVID : Quelles ont été les réponses sur les revendications du panel notamment la libération des détenus ?

Karim Younès : Nous avons, lors de la rencontre avec le Président de l’Etat, posé les préalables rappelés, chaque vendredi par les citoyens. M. Bensalah s’est engagé à prendre en charge cette préoccupation, dans les meilleurs délais possibles. Nous attendrons quelques jours, en espérant que l’engagement sera suivi de concrétisation, notamment pour ce qui concerne la libération des détenus du mouvement Hirak, faute de quoi, le processus de médiation et de dialogue ne pourra pas évoluer.

DzVID : Cela veut-il dire qu’on assistera à la fin des arrestations des porteurs d’emblèmes amazighs ?

Karim Younès : Parmi les conditions préalables à l’entame de la mission de médiation et de dialogue, nous avons demandé l’arrêt de toute forme d’agression et de violence à l’égard des citoyens qui manifestent pacifiquement sur l’ensemble du territoire national, sans restriction aucune.

DzVID : Pensez-vous que le chef de l’Etat par intérim Abdelkader Bensalah a réellement les pleins pouvoirs et qu’il pourra mener à bien ce processus de dialogue et répondre aux doléances du panel ?

Karim Younès : Le Président Bensalah dispose des pouvoirs constitutionnels de chef d’Etat. Il est donc légalement détenteur du pouvoir de décision et je m’en tiens à cela.

DzVID : Etes-vous optimiste quant à l’issue de ce mouvement de changement ?

Karim Younès : L’optimisme viendrait de la disponibilité de toutes les parties concernées à sortir de la crise dans laquelle se débat notre pays. Aujourd’hui, le dialogue reste la seule voie pacifique pour trouver la solution à cette situation de crise. Je suis persuadé qu’avec de la bonne volonté, nous pourrons réunir les points de convergence afin de faire un pas en avant dans le processus de sortie de crise. Les problèmes de fond pourront être débattus en conférence nationale et surtout lors du prochain mandat électoral, dont il faudra définir préalablement la feuille de route.

Mourad Fenzi

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Izou Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Izou
Invité

Chaab etoz !à force de tirer sur la corde elle casse et c’est là que les jeux seront faits ! Et rien n’irait plus et tout redeviendra comme avant. Le dindon de la farce ? Le stupide peuple qui ne veut pas saisir l’occasion pour changer les choses à son avantage. Qui le manipule ? Sûrement, ceux proches des anciens cercles de décisions !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires