Connectez-vous avec nous

Société

Quand le gourou de la secte NXIVM faisait marquer au fer rouge les esclaves sexuelles de son harem

Publié

le

« Il y avait une forte odeur de chair brûlée… C’était comme dans un film d’horreur », confie l’actrice Sarah Edmondson qui croyait intégrer l’élite de la secte de Keith Raniere en acceptant d’être marquée au fer rouge comme du bétail.

Elle entrait plutôt dans le harem du gourou aujourd’hui en prison… Extrait du magazine « 13h15 le dimanche ».

Pour fêter l’anniversaire de son gourou Keith Raniere, la communauté de la secte NXIVM (prononcer Nexium) lui organise une semaine de fête : « Bon anniversaire à notre visionnaire », déclare la maîtresse de cérémonie. En cadeau, le fondateur de cette organisation, basée dans l’Etat de New York, s’offre des femmes qu’il repère pendant des sorties collectives pour alimenter son harem, soit un groupe d’une douzaine d’esclaves sexuelles.

Sa plus belle conquête est l’actrice américaine Allison Mack, vue notamment dans la série télé Smallville. Keith Raniere se sert alors de sa notoriété comme d’un faire-valoir. Il réalise avec elle des vidéos de propagande diffusées sur Internet pour attirer plus d’adeptes : « Tu vas trouver ton moi essentiel, un être unique », dit-il à la jeune femme qui éponge quelques larmes sous le coup de l’émotion. « C’est quelque chose que j’attendais… » lui répond-elle.

« La femme sur la table criait comme un porc qu’on égorge »

La disciple Allison Mack a peut-être dépassé son maître, car c’est elle qui aurait eu l’idée du marquage au fer rouge des recrues. Son amie l’actrice Sarah Edmondson va faire partie des cobayes. En mars 2018, elle est invitée avec quatre autres jeunes femmes chez Allison, pensant intégrer un groupe secret, l’élite de la secte. C’est en fait le harem du gourou. La comédienne canadienne subit alors ce rituel initiatique qu’elle est la première à dénoncer publiquement.

« Il y avait une forte odeur de chair brûlée, confie-t-elle. Nous étions en pleurs. C’était comme dans un film d’horreur. La femme sur la table criait comme un porc qu’on égorge, comme un animal qu’on marque au fer rouge. Je m’étais engagée, j’avais dit que je le ferais et je l’ai fait, même si tout en moi hurlait ‘Sauve-toi de là !' » Sur sa peau désormais, les initiales KR, pour Keith Raniere, arrêté en mars 2018 pour trafic sexuel. Et aussi AM, pour Allison Mack, incarcérée le mois suivant pour l’avoir aidé à recruter des esclaves sexuelles. Francetvinfo

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Société

Booba : des coups de feu sur le tournage de son clip à Seine-Saint-Denis

Publié

le

Une quinzaine de personnes sont venues agresser l’équipe de tournage, qui était dans un entrepôt désaffecté en Seine-Saint-Denis, explique Europe 1.

Qui en veut à Booba ? De graves incidents ont eu lieu sur le tournage du dernier clip du rappeur, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Selon Europe 1, un groupe de personnes armées a fait irruption dans un entrepôt désaffecté où l’équipe du rappeur était en train de filmer des images. L’attaque aurait fait au moins trois blessés. Vers minuit, dans la nuit de mardi à mercredi, une quinzaine d’individus munis de battes de base-ball et d’armes à feu ont surgi sur le lieu de tournage.

Parmi les personnes blessées, l’une a été touchée par balle à la cuisse et est actuellement hospitalisée, mais ses jours ne sont pas en danger.

Le rappeur venait tout juste de partir et n’était pas sur place au moment des faits. De leur côté, les suspects ont quitté les lieux avant l’arrivée des forces de l’ordre. Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête.

Booba prépare son nouveau clip

Le Parisien précise que Booba avait déjà été vu lundi, dans le quartier Pablo-Picasso, à Nanterre (Hauts-de-Seine). Alors entouré de plusieurs gardes du corps, le « Duc de Boulogne » était accompagné du réalisateur Chris Macari pour le tournage de son clip.

La vidéo doit accompagner la chanson « Glaive » qui a été dévoilée le 1er août dernier. D’après les plans tournés dans la cité francilienne, la thématique du clip serait celle du combat. Sur les images publiées sur Twitter, un boxeur local apparaît au milieu d’un ring fluorescent, en train de boxer dans le vide. Une référence explicite au combat d’arts martiaux mixtes (MMA) qui devait opposer les ennemis Booba et Kaaris et qui n’a jamais eu lieu.

Il y a quelques jours, la ville de Bâle a annulé le duel qui devait se dérouler sur place fin novembre entre les deux hommes. Avec AFP

Continuer la lecture

Société

L’Eglise Protestante d’Algérie dénonce les fermetures de lieux de culte

Publié

le

L’Eglise Protestante d’Algérie (EPA nous a fait parvenir le communiqué suivant dans lequel elle tire la sonnette d’alarme sur les fermetures autoritaires de leur lieux de culte.

L’Eglise Protestante d’Algérie (EPA) tient à exprimer encore une fois sa vive inquiétude devant la vague de fermetures de ses lieux de culte à laquelle est confrontée actuellement.

Depuis l’année dernière, cinq lieux de culte chrétiens appartenant à des communautés dûment affilées à l’EPA, à savoir Ighram, Riquet (Akbou) et Aït Melikèche, dans la wilaya de Bejaia, ainsi que deux autres se trouvant à Boudjima, dans la wilaya de Tizi Ouzou, ont été mis sous scellés sous ordre des autorités locales (walis).

D’autres lieux de culte sont sous la menace de fermeture. En effet, le wali de Bejaia vient de signer un arrêté ordonnant, cette fois-ci, la fermeture des églises d’Akbou et « Prince de paix » à Ighzer Amokrane. Cela portera à sept le nombre de lieux de culte mis sous scellés en l’espace d’un an. 

L’Eglise Protestante d’Algérie dénonce vigoureusement ces atteintes au droit de ses communautés à pratiquer leur culte, lequel droit est pourtant garanti par la Constitution algérienne dans son article 42. 

La loi de 2006, quant à elle, au lieu de contribuer, comme annoncé officiellement, à l’organisation du culte chrétien, a toujours constitué un outil de persécution entre les mains des autorités.

L’EPA prend à témoin l’opinion publique nationale et internationale devant la hogra (injustice) qu’elle subit et tient à les informer que la commission nationale des cultes, prévue dans le cadre de la loi 2006, n’a jamais siégé à ce jour. Aussi, les dossiers que l’EPA avait déposés, par le passé, auprès de la DRAG de Tizi Ouzou et de Bejaia, conformément aux instructions du ministère de l’Intérieur, restent sans réponse.

Aussi, nous avons sollicité, à maintes reprises, en novembre 2018, une audience au wali de Bejaia, via un courrier officiel, le P/APW et un sénateur de la région, mais il a malheureusement refusé de nous recevoir, nous mettant ainsi devant le fait accompli. 

Par conséquent, l’EPA ne baissera pas les bras et compte obtenir la réouverture de ses lieux de culte par tous les moyens légaux. Si les scellés apposés à nos lieux de culte ne sont pas levés, l’EPA se réserve également le droit de recourir à des marches pacifiques et à des sit-in pour réclamer ses droits.

                                                                                               Alger, le 19/08/2019

Continuer la lecture

Société

Scène d’horreur en Albanie : un restaurateur pourchasse des touristes

Publié

le

Un groupe de vacanciers espagnols avait annulé sa commande, estimant que le service était trop lent. 

Il y a de quoi être traumatisé. Des touristes espagnols en vacances à Porto Palermo, une zone touristique de la côte sud de l’Albanie, ont été violemment agressés par un restaurateur jeudi 15 août, relatent des médias espagnols. 

Le groupe avait annulé sa commande, estimant que le service était trop lent, ce qui n’a pas plu au restaurateur qui s’est mis à les pourchasser, armé d’un couteau de cuisine. Paniqués, les Espagnols se sont réfugiés dans leur voiture. Sur les images, tournées par les victimes, on voit le restaurateur frappant le pare-brise du véhicule à mains nues, alors que celui-ci est en train d’avancer. Il est resté ainsi accroché sur plusieurs kilomètres, précise El Pais (article en espagnol)

e ministre du Tourisme albanais, Blendi Klosi, a reçu la famille pour s’excuser. « Un homme ne représente pas tout un pays. Vous pouvez être fier du pays que vous avez », lui a assuré l’une des victimes. La famille a poursuivi son voyage dans d’autres pays de la région, selon des sources diplomatiques espagnoles citées par El Pais. Elle n’est sans doute pas près d’oublier son séjour en Albanie.  Francetvinfo

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires