Connectez-vous avec nous

Monde

Démolition controversée par Israël de maisons palestiniennes près de Jérusalem

Publié

le

Israël a commencé lundi à démolir des logements de Palestiniens qu’il juge illégaux au sud de Jérusalem, à proximité de la barrière de séparation qui isole la Ville sainte de la Cisjordanie occupée, une opération dénoncée par les Palestiniens, l’ONU et les Européens.

Avant l’aube, des centaines de policiers et soldats ont bouclé au moins quatre bâtiments à Sour Baher, quartier à cheval entre Jérusalem et la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

Résidents et militants ont été évacués et la presse tenue à distance avant que commencent les démolitions. Les crans d’acier des pelleteuses ont alors dévoré au moins trois immeubles de plusieurs étages, dont deux inachevés, a constaté un journaliste de l’AFP sur place.

« Je veux mourir ici », criait un homme, après avoir été évacué de force.

« Même s’ils démolissent toutes les maisons, nous resterons dans la rue », a déclaré à l’AFP, Akram Zawahra, propriétaire d’une maison démolie.

Israël affirme que les immeubles visés ont été construits très près de la « barrière de sécurité » dont il a commencé la construction en 2002, pendant les violences de la seconde Intifada (soulèvement palestinien), pour se protéger des attaques venues de Cisjordanie occupée.

Les Palestiniens accusent de leur côté Israël d’utiliser la sécurité comme prétexte pour les contraindre à abandonner la zone et qualifient cette barrière constituée de barbelés, clôtures électroniques et murs de béton atteignant jusqu’à neuf mètres de haut, de « mur de l’apartheid ».

A terme, cet ouvrage jugé illégal par la Cour internationale de justice (CIJ), doit atteindre 712 km de long. Son tracé se trouve à 85 % en Cisjordanie occupée et isole 9,4 % du territoire palestinien, selon l’ONU.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné ces démolitions comme « une dangereuse escalade contre le peuple palestinien sans défense ».

« Cette opération est destinée à couper Jérusalem de Bethléem » dans le sud de la Cisjordanie, a affirmé Walid Assaf, ministre palestinien chargé de la surveillance des colonies israéliennes.

« Les structures ont été construites illégalement près de la barrière de sécurité et constituent un risque pour les vies des civils et des forces de sécurité », a tweeté de son côté le ministre israélien de la Sécurité publique Gilad Erdan, citant une décision de la Cour suprême.

Ofir Gendelman, porte-parole en arabe du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a justifié sur Twitter ces démolitions au regard des « centaines d’incidents sécuritaires et des milliers de tentatives de Palestiniens de s’infiltrer » sur le territoire israélien, « certains pour commettre des opérations terroristes ».

Depuis 1967, Israël occupe la Cisjordanie et Jérusalem-Est, qui a par la suite été annexée, une décision jamais été reconnue par la communauté internationale.

Le 18 juin, les autorités israéliennes avaient informé certains résidents du quartier de Sour Baher de leur intention de démolir leurs habitations, leur donnant 30 jours pour évacuer les lieux.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha), cette décision concerne 10 bâtiments, dont la plupart sont encore en construction, soit environ 70 appartements. Environ 350 personnes sont touchées et 17 autres seront déplacées, selon l’Ocha.

Condamnations internationales

« La politique d’Israël de détruire une propriété palestinienne n’est pas compatible avec ses obligations au regard du droit humanitaire international », a déclaré l’ONU lundi.

Une vingtaine de diplomates, pour la plupart de pays européens, se sont rendus le 16 juillet dans le quartier touché, où des responsables palestiniens les ont appelés à empêcher Israël de démolir ces habitations.

L’Union européenne a enjoint Israël à « arrêter immédiatement les démolitions en cours », estimant que la politique israélienne « affaiblit la viabilité de la solution à deux Etats et les perspectives d’une paix durable ».

La France « condamne » ces démolitions, « contraires au droit international », a indiqué une porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

De son côté, l’ONG de défense des droits humains Amnesty International a estimé que ces démolitions « font part d’une politique systématique des autorités israéliennes pour déplacer de force les Palestiniens ».

Les habitants de Sour Baher ont dit craindre que cent autres bâtiments de leur quartier ne soient également menacés dans un avenir proche.

Les autorités israéliennes démolissent régulièrement des maisons palestiniennes qu’elles considèrent comme construites illégalement à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée.

Les Palestiniens affirment qu’il est presque impossible d’obtenir des permis de construire de la part des autorités israéliennes et qu’il en résulte une pénurie de logements.

Mais dans le cas de Sour Baher, certains bâtiments avaient été construits avec des permis palestiniens, les terrains sur lesquels ils se trouvent étant sous autorité palestinienne, selon les accords d’Oslo. AFP

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Syrie: le régime envoie des troupes au Nord, les soldats américains sur le départ

Publié

le

Le régime syrien a envoyé ses troupes lundi dans le nord du pays pour tenter de stopper l’offensive turque contre les forces kurdes qui ont appelé à l’aide après l’annonce d’un départ des soldats de leur allié américain de cette région.

Les quelque 1.000 soldats américains, qui étaient déployés dans le nord de la Syrie pour aider les forces kurdes dans leur combat contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), ont reçu l’ordre de quitter le pays, a indiqué lundi à l’AFP un responsable américain.

Selon lui, ce retrait concerne « tous » les militaires déployés en Syrie, « sauf ceux se trouvant à Al-Tanaf », une base contrôlée par quelque 150 soldats américains dans le sud de la Syrie, pays ravagé par une guerre complexe aux multiples acteurs depuis 2011.

Face à la progression depuis le 9 octobre des forces turques et de leurs supplétifs syriens qui ont conquis de vastes secteurs frontaliers dans le nord syrien, et à la première annonce dimanche d’un retrait américain, les forces kurdes ont réclamé un déploiement de l’armée de Bachar al-Assad près de la frontière.

L’offensive d’Ankara vise à instaurer une « zone de sécurité » de 32 km de profondeur pour séparer sa frontière des territoires contrôlés par les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde qualifiée de « terroriste » par Ankara mais soutenue par l’Occident.

Sous un déluge de feu, les forces turques et leurs alliés locaux, ces anciens rebelles ayant combattu le régime Assad au début de la guerre, ont conquis une bande territoriale longue d’environ 120 km, allant de la ville frontalière de Tal Abyad jusqu’à l’ouest de Ras al-Aïn.

Pour contrer la progression des forces turques, les forces prorégime se sont déployées au sud de Ras al-Aïn, à la périphérie de la ville Tal Tamr, où leur arrivée a été saluée par les habitants, a constaté un correspondant de l’AFP.

Des unités de l’armée syrienne se sont approchées jusqu’à 6 km de la frontière, a ajouté l’ONG. Des chars sont arrivés près de Minbej, et aux abords des villes de Tabqa et de Aïn Issa.

« Tunnels sous la ville »

Des combats continuent de faire rage à Ras al-Aïn entre les troupes turques et les Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les YPG sont la principale composante, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Il y a un vaste réseau de tunnels sous Ras al-Aïn », a affirmé à l’AFP Abou Bassam, un commandant syrien proturc. Les FDS « se déplacent rapidement et sous terre. »

L’intervention du régime est un véritable retournement de situation illustrant la complexité de la guerre en Syrie.

Le régime a régulièrement fustigé l’autonomie de facto instaurée par la minorité kurde à la faveur du conflit sur près d’un tiers du territoire dans le nord et le nord-est du pays. De plus cette minorité a été pendant des décennies opprimée par le pouvoir en Syrie.

« Entre les compromis et le génocide de notre peuple, nous choisirons la vie », a dit à Foreign Policy Mazloum Abdi, le haut commandant des FDS, pour justifier l’accord avec le régime qui prévoit l’entrée de l’armée dans Minbej et Kobané, villes sous contrôle kurde, selon un média proche du pouvoir.

Depuis le début de l’offensive, 128 combattants kurdes et 69 civils ont été tués, ainsi que 94 rebelles proturcs, selon l’OSDH. Plus de 130.000 personnes ont été déplacées, d’après l’ONU.

La Turquie a annoncé la mort de quatre soldats en Syrie et de 18 civils dans la chute de roquettes kurdes sur des villes frontalières turques.

« Grosses sanctions »

Pendant des années, les Occidentaux principalement les Etats-Unis au sein de la coalition internationale antijihadistes ont aidé les FDS face à l’EI vaincu en mars dernier en Syrie.

Les Kurdes détiennent toujours dans leurs prisons des milliers de membres de l’EI dont un grand nombre d’étrangers et retiennent des milliers de proches de jihadistes dans des camps.

Les Kurdes et plusieurs pays européens ont mis en garde contre une résurgence de l’EI à la faveur du chaos sécuritaire créé par l’assaut turc.

Dimanche, les autorités Kurdes ont affirmé que près de 800 proches de jihadistes avaient fui d’un camp.

Mais le président américain Donald Trump, dont le pays est un allié de la Turquie au sein de l’Otan, a affirmé que les Kurdes pourraient être en train d’en relâcher quelques-uns pour nous forcer à nous impliquer ». Il a de nouveau indiqué que de « grosses sanctions contre la Turquie arrivent ».

Les YPG « ont libéré ces prisonniers » de l’EI » pour semer le chaos », a accusé un responsable turc.

Les Kurdes estiment que Washington les a abandonnés en retirant le 7 octobre des soldats de zones frontalières, deux jours avant l’assaut turc. AFP

Continuer la lecture

Monde

Xavier Bertrand appelle Macron à une offensive contre l’ « islam politique »

Publié

le

Pour Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, « jusqu’à cette semaine » le chef de l’État « ne mesurait pas à quel point la situation est grave ».

Xavier Bertrand tire la sonnette d’alarme. Le président de la région Hauts-de-France (ex-LR) a appelé le chef de l’État à « changer » face à « l’islam politique », en mettant en garde dans Le Journal du dimanche contre des risques d’«affrontement». « J’appelle à une offensive républicaine» contre «l’islamisme qui gangrène notre pays », a affirmé Xavier Bertrand, pour qui « l’islam politique est un danger majeur qui remet en question les fondements de notre société ».

« Mais cela n’a clairement pas été la priorité d’Emmanuel Macron jusque-là », a déploré Xavier Bertrand, selon qui « nous avons perdu deux ans ». Emmanuel Macron avait appelé mardi « la nation tout entière » à « faire bloc » pour combattre « l’hydre islamiste », lors d’un hommage aux quatre fonctionnaires tués par un de leurs collègues au sein de la préfecture de Paris.

Pour Xavier Bertrand, « jusqu’à cette semaine », le chef de l’État « ne mesurait pas à quel point la situation est grave et que les intégristes ont une stratégie claire : provoquer une guerre des civilisations ». Mais « on est en guerre, monsieur le Président. Alors il faut changer », a lancé Xavier Bertrand, qui refuse « comme Manuel Valls » le « principe d’excuse sociale ». « Nous sommes en guerre contre le terrorisme islamiste, il faut donc un budget de guerre », a-t-il ajouté, en fustigeant les « contradictions », la « faiblesse » et « l’inconscience » du gouvernement.

« Il faudra compléter la Constitution »

Un an après les propos de Gérard Collomb – « on vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face » dans les quartiers –, Xavier Bertrand a regretté que l’ancien ministre de l’Intérieur n’ait pas pris « des mesures pour éviter ce face-à-face ».

« Un jour, des gens ne supporteront plus de baisser la tête en rentrant chez eux. Les affrontements sont programmés si on n’agit pas de façon très ferme et résolue », a-t-il mis en garde. Parmi les solutions, Xavier Bertrand a évoqué l’idée de « bloquer techniquement » les contenus haineux sur Internet, voire « une amende qui peut s’élever à plusieurs millions » pour les plateformes refusant d’agir. « Il faudra compléter la Constitution » pour préciser que les partis « doivent respecter, aussi, le principe de laïcité », a ajouté Xavier Bertrand, partisan d’interdire les listes communautaristes. AFP

Continuer la lecture

Monde

Homme d’affaires ou juriste? Une présidentielle à suspense en Tunisie

Publié

le

Homme d’affaires controversé ou théoricien du droit rigide : les Tunisiens ont commencé à voter aujourd’hui dimanche pour élire leur chef de l’Etat, dernière étape d’une saga électorale mouvementée dans la jeune démocratie.

Qui de Nabil Karoui, magnat des médias poursuivi pour fraude fiscale, ou de Kais Saied, professeur de droit constitutionnel et néophyte en politique, deviendra le deuxième président démocratiquement élu au suffrage universel de l’histoire du pays ?

Même si M. Saied a viré en tête le 15 septembre et enregistré depuis des ralliements, le suspense plane sur ce second tour. Les sept millions d’électeurs sont appelés à se rendre aux urnes jusqu’à 18H00 (17H00 GMT), pour la troisième fois en un mois.

Comme lors du premier tour de la présidentielle, puis à l’occasion des législatives de dimanche dernier, des sondages devraient circuler dès le début de soirée. Et les deux camps pourraient proclamer la victoire bien avant la publication des résultats officiels, attendus d’ici mardi.

« Rendez vous avec l’Histoire »

Avec des personnalités aux antipodes, MM. Karoui et Saied, respectivement 56 et 61 ans, présentent au moins un point commun: ils ont tous deux créé la surprise il y a un mois en parvenant à s’extraire du peloton des 26 candidats, au détriment notamment des dirigeants sortants, sanctionnés par une population exaspérée par les chamailleries politiciennes et l’horizon économique invariablement bouché depuis la révolution de 2011.

La mort en juillet du premier président élu démocratiquement au suffrage universel, Béji Caïd Essebsi, a accéléré cette élection de quelques mois, précipitant le pays dans une saga politique. Le dernier rebondissement en a été la libération in-extremis mercredi, après plusieurs rejets de la justice, de Nabil Karoui.

« Que ce derby se termine en faveur de la Tunisie », lance Najoua Nahali, 53 ans, montrant son doigt taché d’encre après avoir voté dans le centre de Tunis.

« Rendez vous avec l’Histoire », titre le journal La Presse tandis que Le Temps estime que « les absents seront dans leur tort ».

Au premier tour le 15 septembre, seul un électeur sur deux s’était déplacé, les Tunisiens reprochant à la classe politique de ne pas répondre à leurs difficultés économiques.

Si la sécurité s’est nettement améliorée ces dernières années, après une série d’attentats jihadistes en 2015, le chômage continue de ronger les rêves, notamment des jeunes, et l’inflation grignote un pouvoir d’achat déjà faible.

Mais l’instance chargée des élections espère un taux plus élevé pour ce duel atypique. La campagne menée dans une ambiance fébrile s’est achevée vendredi par un duel télévisé sans précédent, et très suivi.

« Oppositions »

Candidat sans parti, M. Saied, qui fait sienne les valeurs de la révolution et assume son conservatisme sociétal, avait obtenu 18,4 % des voix au premier tour. Plusieurs formations ont appelé à voter pour lui, dont le mouvement d’inspiration islamiste Ennahdha, arrivé en tête des législatives avec 52 sièges sur 217.

Face à lui, l’homme d’affaires M. Karoui, est le fondateur d’une des principales chaînes de télévision du pays, Nessma, en partie détenue par Berlusconi. C’est via cette chaîne, et ses opérations de charité largement médiatisées, que Nabil Karoui a bâti sa popularité.

Il se présente sous les couleurs de Qalb Tounes, un parti qu’il a fondé en juin, et avait engrangé 15,6 % de voix le 15 septembre, depuis sa cellule de prison.

Il a martelé que son arrestation fin août, à quelques jours du début de la campagne du 1er tour, était « politique ». Il a aussi tenté de se présenter en rempart contre l’islamisme, mais peu de formations ont appelé clairement à voter pour lui, y compris au sein de la famille dite progressiste.

Alors que la Constitution de 2014 fait la part belle au Parlement, les regards se tourneront après ce second tour vers Ennahdha, parti qui sera chargé de former le nouveau gouvernement, une tâche ardue.

La formation de Rached Ghannouchi devra en effet rallier de nombreux autres blocs pour atteindre la majorité de 109 sièges.

Qalb Tounes, qui a exclu toute alliance avec les islamistes, constitue le deuxième groupe au Parlement (32 députés).

La troisième force, Attayar, mouvement social-démocrate (22 sièges), soutient M. Saied.

Quel qu’il soit, le prochain président tunisien « affrontera des oppositions au sein du gouvernement et du Parlement », avertit le politologue Slaheddine Jourchi. AFP

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires