Connectez-vous avec nous

Monde

Le pétrolier « Mesdar » est-il algérien ou britannique ?

Publié

le

A suivre l’affaire de la saisie par les Iraniens du pétrolier le « Mesdar », on butte sur un problème : le pétrolier « Mesdar » est-il algérien, comme le revendique la compagnie nationale Sonatrach et rapporté par l’APS, ou est-il britannique battant pavillon libérien, comme le soutiennent les Britanniques et les agences de presse occidentale ?

Le pétrolier « Mesdar » a été, en effet, contraint vendredi 19 juillet de mettre le cap vers les eaux territoriales iraniennes, par les garde-côtes de la marine iranienne, au moment où il traversait le détroit d’Ormuz, a annoncé aujourd’hui samedi la Sonatrach qui se dit « propriétaire » du navire.

Or, le ministre des Affaires étrangères britannique Jeremy Hunt, qui s’inquiétait déjà pour le « Stena Impero », s’est plaint de la saisie par l’Iran d’un deuxième navire, le « Mesdar », un pétrolier qu’il présente comme « un navire britannique battant pavillon libérien ».

Y a-t-il méprise, du côté britannique, sur le navire, le confondant avec un autre « Mesdar » qui serait réellement le sien ? Ou s’agit-il tout simplement d’une surenchère américano-britannique contre l’Iran pour alimenter les tensions ?

Par ailleurs, de hauts responsables militaires iraniens cités par Fars ont quant à eux démenti les informations faisant état de la saisie par les Iraniens du « Mesdar ». L’Iran a dit vendredi n’avoir au total « confisqué » qu’un pétrolier battant pavillon britannique dans le détroit d’Ormuz, le Stena Impero.

Selon la dépêche de l’APS qui cite un communiqué de Sonatrach, « le vendredi 19 juillet 2019, à 19H30 heure algérienne, le pétrolier Mesdar, de 2 000 000 de barils de capacité, propriété de Sonatrach, a été contraint de mettre le cap vers les eaux territoriales des côtes iraniennes, par les garde-côtes de la marine iranienne, au moment où il traversait le détroit d’Ormuz » qui ajoute que « le navire se dirigeait, en fait, vers Tanura pour charger du pétrole brut pour le compte de la compagnie chinoise UNIPEC ».

Une cellule de suivi a été immédiatement mise en place entre les départements ministériels de l’Energie et des Affaires étrangères, jusqu’au dénouement de cette affaire à 20h45, a fait savoir Sonatrach, précisant qu' »aucun incident humain ou matériel n’a été enregistré », indique encore l’APS.

A. G.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

Populaires