Connectez-vous avec nous

Sports

CAN 2019: l’Algérie à la recherche du temps perdu

Publié

le

Meilleure attaque du tournoi avec 12 buts au total, l’Algérie affronte le Sénégal en finale de l’édition 2019 de la CAN en Égypte ce vendredi 19 juillet.

Les Fennecs n’avaient pas convaincu lors des deux éditions précédentes, malgré une génération dorée. Désormais, avec Djamel Belmadi à la baguette, ils sont enfin prêts à écrire une nouvelle page de l’histoire du foot algérien.

Mercredi 10 juillet, au crépuscule d’un quart de finale indécis : Geoffroy Serey Dié envoie son ballon sur le poteau de Raïs M’Bolhi, et Djamel Belmadi fond en larmes. Malgré lui, l’Ivoirien permettait ainsi aux Fennecs de se hisser en demi-finale face au Nigeria grâce à cette victoire acquise aux tirs au but (1-1, 4 TAB à 3). La suite : les Verts se sont débarrassés des Super Eagles avec un coup franc extraordinaire de Riyad Mahrez dans le temps additionnel (90e+5). Depuis, les Nigérians sont rentrés à la maison avec la médaille de bronze autour du cou et les Fennecs attendent désormais de décrocher l’or.

Mais quel que soit le résultat, les protégés de Djamel Belmadi écrivent aujourd’hui l’une des plus belles pages de l’histoire du football algérien, au moment où le pays manifeste chaque vendredi pour établir une vraie démocratie.

Première finale de CAN depuis l’unique titre de 1990

Il y a quelques mois, personne n’aurait imaginé que les Algériens descendraient dans la rue pour dire non à un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Il y a quelques mois, qui aurait pu croire à ce parcours après une CAN 2017 catastrophique au Gabon, et une non-qualification pour le Mondial 2018 en Russie ? Il y a quelques mois, plus personne ne rêvait de l’autre côté de la Méditerranée.

Il reste une dernière marche pour les Verts. Au Caire, alors que l’on annonce 10.000 supporters algériens dans le stade, les Fennecs pourraient s’emparer d’un deuxième titre continental après celui de 1990 remporté à domicile. Les autorités algériennes ont affrété 28 vols spéciaux pour transporter 4.800 fans des Fennecs le jour de la finale. Tout un pays retient son souffle et la diaspora aura les yeux rivés devant les écrans de télévision partout dans le monde.

Un parcours quasi parfait

« Le soir de la finale, on veut que les Algériens célèbrent le football dans la discipline et dans l’ordre comme il le font chaque vendredi (pendant les manifestations, ndlr) », avance le sélectionneur Belmadi, qui fait allusion aux incidents survenus lors de la demi-finale. Après la victoire face à la Côte d’Ivoire, à Marseille, quelque 6.000 supporters de l’équipe algérienne s’étaient rassemblés sur le Vieux-Port dès le coup de sifflet final pour fêter la victoire et la police avait dû faire usage de quelques grenades lacrymogènes pour contenir la foule.

À Paris, dans le périmètre des Champs-Élysées et de ses abords, où des heurts avaient éclaté à l’issue de la demi-finale le 14 juillet, 2.500 policiers seront déployés pour prévenir les troubles susceptibles d’éclater en marge de la finale.

Entre 2014 et 2019, de l’eau a coulé sous les ponts pour les Fennecs. Après un Mondial réussi au Brésil, les Verts avaient du vague à l’âme. « Nous avons la meilleure attaque et jusqu’à maintenant, notre parcours est quasi parfait. Je ne sais pas si cette génération mérite cette finale, mais elle est là », conclut Djamel Belmadi. RFI

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires