Connectez-vous avec nous

Chronique

Regard sur le souffrant

Publié

le

De mains murmurant l’urgence de faire reculer la douleur, il prend des morphiniques qui vont le rendre flottant, comme une épave en naufrage dans le leurre des reprises, loin des sympathies définitivement closes. L’épuisement saisit son présent et givre ses espoirs de la risée glacée du temps. La stupeur l’étreint d’une accolade grimacière qui l’entraîne, confondu, dans un cheminement inconnu.

Les prières sont vaines, anéanties par les inquiétudes. Ses étoiles s’entrechoquent, elles ne peuvent lui ôter les supplices fébriles des interrogations auxquelles ni elles ni lui ne sont en mesure de donner des réponses apaisantes. Pourtant, des amours, il en chuchote la nuit sous la couverture et souvent, il se réveille priant de sa mine païenne les célestes matins de les garder hors de portée de sa décrépitude.

Il se surprend en train de chanter les hymnes aux soleils pour supporter la tornade des questions qui viennent à lui remplies de virulences, toujours plus fortes, plus acharnées, plus ardentes que la déception. Le sort lui marche dessus à pieds joints, il ne trouve rien à même de contrer les incertitudes qui progressent et déroulent à ses pieds le tapis à d’autres interrogations plus féroces.

Commencent alors à finir les ardeurs plastiques qui se bousculaient quand sa parole saine et hyperbolique apaisait le regret des non réalisés et des non-dits géminés. D’impatiences refoulées, à travers la maladie tout se casse, tout se lâche, tout part inévitablement. Claudiquant cahin-caha, entre les toilettes et le lit, il excuse ses apparitions dans une cavalcade délirante, entortillé, la tête secouée par les soupirs qu’il dégage durement.
Triste atout que de faire pitié, de son œil coule une larme, simple et discrète, dans laquelle ça s’agite, ça se bat, ça crie, sa saigne, ça meurt… Et, il prend souvent pensée de cette larme pour que son âme s’y forme par reflets.

À peine apparent dans la pénombre du soir, il se parle, il ne se lasse pas de se parler comme un curieux cultivé qui s’engage à écrire le roman de sa triste fin. Il pense et repense à la mort pépère mais qui le guette d’un regard sévère entre le canapé flasque et le lit décati. Opacifié et mis à distance pendant que plus loin, ailleurs, se fusionnent les joies en étincelles sonores.

Tandis que la lèvre fatale de la mort commence ses insipides caresses d’où s’évaporent ses détresses, il entend déjà prononcer son nom dans la moquerie absurde de l’oubli où rote la santé. Tout comme il est né, sa vie va probablement se taire comme l’eau qui s’arrête de couler du robinet en phase de pénurie. Tel un apatride râlant sur la hampe d’un drapeau brulé, il geint seul en caressant le drap sale de son horrible déclin…

D. B.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Populaires