Connectez-vous avec nous

Chronique

L’apparat politique

Publié

le

Il est toujours exclu par les tenants des discours dominants de reconsidérer les visions sur les sociétés humaines, à partir de leurs vérités fondamentales. Condition vitale pour régner. Ne s’intéresser qu’aux rois, et aux princes du moment, en guise de personnification judicieuse de la nature des pouvoirs qu’il faut protéger du décryptage.

Rendre plus dure une démarche qui soit apte à nous dépêtrer des flots d’inepties et d’arguties ronflantes qui inondent l’espace médiatique et noient l’intelligence des choses, au service de desseins jamais exposés.

Ce à quoi nous assistons, en Algérie, n’est qu’une caricature des pratiques politiques éprouvées depuis plus de deux siècles, où les enjeux réels sont évacués de la scène, qui portent sur l’essentiel de la vie de centaines de millions d’êtres humains. Ne sont agités que des formules et concepts éthérés, destinés à ce que rien n’apparaisse qui met en évidences la réalité, afin que soit reconduite la gestion des affaires.

Sinon que signifierait cette démocratie qui n’en peut plus d’exclure de la chose publique la multitude. Une multitude qui croit choisir, alors que les choix qu’elle fait ne démentent jamais l’erreur cardinale de cette croyance magique, alternant espoir et déception, ad aeternam. Jusqu’à quand ? Nul ne le sait. Peut-être jusqu’à ce qu’il ne soit plus possible pour les alternants au pouvoir de paraître en « changeurs ». Jusqu’à ce que l’illusion du choix cesse de faire son effet en laissant à l’évidence la voie de mettre en lumière qu’il n’y a jamais eu de choix.

Seulement une impression confortable de souveraineté populaire, quand c’est véritablement la ploutocratie mondiale élabore les programmes de gouvernance. Devant les crises, les joutes oratoires vont s’atteler à semer la confusion et à empêcher que les faits subissent une lecture concrète.

Qu’il s’agisse d’emploi ou d’accès de tous aux services publics, seront invoqués non pas les modes de gestion de l’économie, mais des raisons techniques pures. Des chapelles aux drapeaux diversifiés pour l’apparat, se disputent la direction des foules, toutes candidates à mener le navire sans bouleverser l’ordre établi.

Démocrates autoproclamés, islamistes modérés ou islamistes tout court, laïcs et compagnie meublent le champ des possibles, bouchent les horizons contraires et, par-dessus tout, simulent la lutte politique et donnent le change aux mécontents. Présageant les débordements, ils se posent chacun en conjurateur du pire. Unis, en fait, quand il s’agit de s’opposer au « chaos ». Le cauchemar qui risque de les disqualifier.

Leur compensation, grimper en haut de l’échelle, glaner des sinécures électives à travers l’ascendeur sociopolitique, plus si possible, si les affaires s’ouvrent à leur appétit. Là, ils maintiendront le cap et travailleront à durer, tout en se préparant aux chutes possibles en se garantissant les chances d’un retour possible. Mais n’est-il pas venu le temps des foules méprisées ?

A. Halfaoui

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

Populaires