Connectez-vous avec nous

Monde

France : dans la tourmente, François Rugy démissionne et dénonce un « lynchage »

Publié

le

Après une semaine de polémiques autour de repas fastueux lorsqu’il présidait l’Assemblée, François de Rugy a annoncé mardi sa démission du ministère de l’Ecologie, dénonçant un « lynchage médiatique » alors qu’il s’apprêtait à défendre le projet de loi énergie et climat.

Sur Twitter, le ministre démissionnaire a confié qu’il pensait « aux mots » de François Mitterrand à l’égard de Pierre Bérégovoy, qui s’était suicidé le 1er mai 1993. L’ancien président avait alors déclaré que son Premier ministre avait été « livré aux chiens ».

Emmanuel Macron a dit respecter la « décision personnelle » du ministre, englué dans une série de révélations, « pour qu’il puisse se défendre pleinement et librement », a affirmé l’Elysée à l’AFP.

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a affirmé n’avoir « aucune indication tendant à démontrer que François de Rugy a commis des actes qui sont contraires à la justice », alors que Matignon a lancé une enquête sur des faits reprochés.

Selon son entourage, le ministre a pris sa décision durant la nuit et avait en tête sa démission en se rendant mardi matin à Matignon, où il était attendu pour une réunion de travail « classique » avec Edouard Philippe.

« C’est une décision personnelle. La seule force extérieure c’est l’acharnement de Mediapart », souligne cette source.

Trente minutes avant de se présenter à l’Assemblée pour les questions au gouvernement où, contre toute attente, la démission n’a pas été abordée, M. de Rugy a fait savoir par communiqué qu’il se retirait, « trop attaché à l’écologie pour accepter que (notre) action écologique soit affaiblie par des mises en cause personnelles incessantes ».

Plainte

« La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d’assumer sereinement et efficacement la mission que m’ont confiée le président de la République et le Premier ministre », a encore mis en avant M. de Rugy.

M. de Rugy, âgé de 45 ans, s’est aussi indigné contre « la volonté de nuire, de salir, de démolir » de Mediapart qui a en premier dévoilé mardi dernier des agapes dispendieuses lorsqu’il était président de l’Assemblée entre juin 2017 et septembre 2018. En ce sens, le député de Loire-Atlantique a affirmé avoir « déposé ce matin (mardi) une plainte pénale en diffamation » contre le site d’investigation.

Dénonçant des attaques sur la base de « photos volées, de ragots », M. de Rugy s’est aussi dit « soumis à un feu roulant de questions nouvelles et contraint de parer sans cesse à de nouvelles attaques ».

« Ce n’est pas parce que des médias le disent, qu’il faut le croire forcément », a renchéri Sibeth Ndiaye.

Edwy Plenel cofondateur et dirigeant de Mediapart a dit avoir envoyé lundi des questions au ministre sur une nouvelle enquête, mise en ligne mardi, à propos de l’utilisation de ses frais professionnels en tant que député. Il attendait ses réponses pour 14h00, au lieu desquelles il a reçu l’annonce de sa démission.

« L’information a été plus forte que la communication », s’est félicité le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi, auteur de ces enquêtes.

Elus « inquiets »

Une source gouvernementale indique que « c’est une décision à laquelle on ne s’attendait pas » et l’explique par le fait que « la pression médiatique se tasse mais ne retombe pas » et que des élus se disent « inquiets » de ce qu’ils entendent dans leurs circonscriptions.

Outre la dizaine de repas organisés à l’hôtel de Lassay, M. de Rugy est également soumis à une « inspection » du secrétaire général du gouvernement pour des travaux dans son logement de fonction.

D’autres révélations embarrassantes se sont succédé, concernant notamment le logement HLM de sa directrice de cabinet qu’il a limogée illico, ou la participation à un dîner « hors agenda » avec des lobbyistes du monde de l’énergie.

La démission de M. de Rugy ouvre une nouvelle période de vacance au ministère de l’Ecologie, 11 mois après la démission fracassante de Nicolas Hulot, plaçant dans l’embarras Emmanuel Macron qui a fait de la préservation de l’environnement l’un des marqueurs forts de la suite de son quinquennat.

Sa secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon a défendu à sa place mardi au Sénat le projet de loi énergie et climat, indiquant qu’elle « assurerai(t) la continuité de l’Etat » pour que les débats puissent se dérouler « dans les meilleures conditions possibles ».

Pour son autre secrétaire d’Etat Brune Poirson, « plus que jamais au travail », M. de Rugy « souhaite continuer à se défendre, et par là-même il protège le gouvernement, il protège le ministère », a-t-elle dit à BFMTV.

« Légèrete »

Le chef des députés LREM Gilles Le Gendre a aussi salué une démission qui vise à « protéger (la) majorité ». Son homologue au Sénat François Patriat l’a qualifiée « de bon sens, même s’il y a une forme d’injustice ». Il s’agit de la décision d’un homme « à bout », selon la députée Olivia Grégoire.

Barbara Pompili, députée LREM et proche de François de Rugy, a cependant déploré sa « légèreté dans la gestion des moyens publics ».

Les responsables politiques ont tous stigmatisé le « décalage » entre le discours du ministre « chantre de la vertu » et la réalité, à l’instar de la vice-présidente de l’Assemblée LR Annie Genevard, « en colère » parce que « cette affaire réduit un peu plus le crédit qu’ont les hommes politiques auprès des Français ». AFP

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Monde

Manifestations anti-Sissi en Egypte : plusieurs arrestations

Publié

le

Plusieurs personnes ont été arrêtées vendredi au Caire alors qu’elles manifestaient pour exiger le départ du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Des manifestations anti-Sissi de petite ampleur ont eu lieu dans la capitale et dans d’autres villes d’Egypte, et ont été rapidement dispersées par la police. Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient quelques dizaines de personnes rassemblées dans les villes d’Alexandrie, Al-Mahalla et Damiette dans le delta du Nil, ainsi qu’à Suez.

Au Caire, des journalistes de l’AFP ont assisté à cinq arrestations pendant le rassemblement organisé de nuit sur la place Tahrir, haut-lieu de la révolution de 2011 qui avait abouti au renversement du président Hosni Moubarak.

Les manifestations de vendredi faisaient écho à des appels lancés sur les réseaux sociaux, émanant notamment d’un homme d’affaires égyptien en exil, Mohamed Ali. Depuis l’Espagne, cet entrepreneur de la construction a publié plusieurs vidéos virales appelant au renversement de Sissi et des militaires, qu’il accuse de corruption.

Les manifestations antigouvernementales sont rares en Egypte, où elles sont interdites en vertu d’une loi adoptée en 2013 après le coup d’Etat militaire dirigé par le général Sissi contre le président islamiste Mohamed Morsi.

Depuis ce coup d’Etat, le régime égyptien mène une répression sans merci contre l’opposition, emprisonnant des milliers d’islamistes, d’activistes de la société civile ou encore de blogueurs. Avec AFP

Continuer la lecture

Monde

Des manifestations anti-Sissi en Egypte

Publié

le

Plusieurs centaines d’Egyptiens ont défilé tard vendredi soir dans plusieurs villes du pays pour exiger le départ du président Abdel Fattah al-Sissi, avant d’être dispersés rapidement par les forces de sécurité qui ont procédé à des dizaines d’arrestations, les manifestations antigouvernementales étant interdites.

« Sissi, va-t-en », scandaient les manifestants brandissant des pancartes avec des slogans appelant au départ du président égyptien.

Les manifestations antigouvernementales sont rares en Egypte, pays qui vit sous état d’urgence et où les mouvements de protestation sont interdits en vertu d’une loi adoptée en 2013 après le coup d’Etat militaire dirigé par le général Sissi contre le président islamiste Mohamed Morsi.

Le régime égyptien mène une répression sans merci contre l’opposition, emprisonnant des milliers d’islamistes, d’activistes de la société civile ou encore de blogueurs.

Vendredi soir, des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient quelques dizaines de personnes rassemblées dans les villes d’Alexandrie, Mahalla et Damiette dans le delta du Nil, ainsi qu’à Suez.

Au moins 74 personnes ont été arrêtées dans la nuit, a indiqué à l’AFP une source au sein des services de sécurité, alors que des policiers en civil patrouillaient dans les ruelles du centre-ville au Caire.

La police a fait usage de gaz lacrymogène et s’est déployée place Tahrir, haut-lieu de la révolution de 2011 qui avait abouti au renversement du président Hosni Moubarak, où le rassemblement nocturne a été organisé dans la capitale.

Ces manifestations faisaient écho à des appels lancés sur les réseaux sociaux, émanant notamment d’un homme d’affaires égyptien en exil, Mohamed Aly.

Présence renforcée de l’armée

Depuis l’Espagne, cet entrepreneur de secteur de la construction a publié plusieurs vidéos virales depuis début septembre appelant au renversement de Sissi et des militaires, qu’il accuse de corruption.

Le président a nié en bloc ces allégations. « Ce sont des mensonges et ils ont pour but de briser la volonté des Egyptiens et de leur faire perdre toute espoir et toute confiance en eux-mêmes », a dit M. Sissi le 14 septembre devant un congrès de jeunes au Caire.

« Votre fils est honnête et fidèle » a dit M. Sissi à l’adresse de l’armée dont il est issu.

Si aucun chiffre crédible n’existe sur le poids exact de l’armée dans l’économie égyptienne, celle-ci intervient dans la production de divers biens, de la machine à laver aux pâtes alimentaires, ou encore dans la construction de nombreuses routes.

Depuis l’arrivée en 2013 de M. Sissi, ancien chef de l’armée, à la tête de l’Etat égyptien, cette implication est devenue plus visible encore.

Le porte-parole de l’armée a affirmé début septembre à la télévision que les forces armées supervisaient –plutôt qu’elles ne dirigeaient– plus de 2.300 projets nationaux, employant quelque cinq millions de civils.

Dans sa dernière vidéo en date postée vendredi matin sur ses comptes de plus en plus suivis sur les réseaux sociaux, Mohamed Aly a exhorté les Egyptiens à descendre dans la rue après un match de football très attendu entre les deux grands clubs du Caire, Al-Ahly et Zamalek.

Dangers

Le président Sissi a mis en garde, devant le congrès de jeunes le 14 septembre, contre les dangers que constitue l’acte de manifester pour exprimer publiquement son opposition, s’en prenant à la révolution de 2011.

L’Egypte « est en train de payer depuis 2011 pour une seule erreur (…) un prix que nous avons payé et que nous continuerons de payer », a-t-il dit.

Il a régulièrement invoqué la sécurité et la stabilité comme étant les caractéristiques de son règne, à la différence d’autres points chauds de la région comme l’Irak, la Libye ou la Syrie.

Mais son gouvernement a imposé de strictes mesures d’austérité depuis 2016 dans le cadre d’un plan de soutien de 12 milliards de dollars accordé en 2016 par le Fonds monétaire international (FMI), et le mécontentement monte face à la flambée des prix.

Près d’un tiers de la population égyptienne vit sous le seuil de pauvreté, selon des chiffres publiés fin juillet par un organisme officiel qui fixe le seuil de pauvreté à un revenu annuel de 8.827 livres égyptiennes (480 euros) ou moins, soit environ 1,30 euro par jour en moyenne.

Human Rights Watch a exhorté samedi les autorités à « protéger le droit à manifester pacifiquement » et à relâcher les personnes arrêtées.

Le président Sissi s’est envolé vendredi pour New York où il doit s’adresser à l’Assemblée générale de l’ONU la semaine prochaine. Avec AFP

Continuer la lecture

Monde

L’alliance controversée de Trump avec Ryad au cœur des choix américains

Publié

le

La riposte américaine aux attaques contre des installations pétrolières saoudiennes sera scrutée à la lumière de l’alliance controversée qu’entretient, envers et contre tout, Donald Trump avec Ryad et son prince héritier Mohammed ben Salmane.

Le président des Etats-Unis a dépêché mardi son secrétaire d’Etat Mike Pompeo en Arabie saoudite pour évoquer la « réponse » à apporter à ce que Washington estime être une « attaque sans précédent » imputée, plus ou moins directement, à l’Iran.

Mais le premier tweet du milliardaire républicain a pu donner l’impression que l’Amérique s’en remettait au royaume saoudien pour formuler sa propre stratégie.

« Nous attendons que le royaume nous dise qui il estime être le coupable de cette attaque, et sous quelle forme nous devrons agir ! », a ainsi lancé dimanche Donald Trump. Et ce alors même que Mike Pompeo avait déjà clairement accusé Téhéran, et que les services de renseignement américains sont en première ligne pour déterminer les auteurs des tirs.

Les critiques ne se sont pas fait attendre, surtout côté démocrate.

« Trump attend les instructions de ses maîtres saoudiens », a ironisé Tulsi Gabbard, une petite candidate aux primaires pour la Maison Blanche, estimant que l’ex-homme d’affaires se comportait en « caniche de l’Arabie saoudite ».

« Si le président Trump veut riposter militairement aux attaques », « il doit démontrer devant le Congrès et le peuple américain qu’une réponse militaire est nécessaire et justifiée », a aussi plaidé le sénateur Chris Coons, soulignant que les deux pays ne sont pas liés par un traité d’assistance mutuelle.

Le locataire de la Maison Blanche a depuis quelque peu atténué son propos en assurant lundi que son gouvernement consultait tous ses alliés, qu’il n’avait « pas promis aux Saoudiens » de les protéger et que ces derniers participeraient financièrement à toute action qui serait décidée.

« Une question d’argent »

Pour Yasmine Farouk, chercheuse au cercle de réflexion Carnegie Endowment for International Peace, Donald Trump fait mine de « s’en remettre aux Saoudiens » pour ne pas porter seul la paternité de la risposte.

« Cela permet de rendre service aux Saoudiens, qui n’ont pas envie d’une guerre », dit-elle à l’AFP. Mais aussi « de ne pas passer pour un président faible si, in fine, il n’y a pas d’action militaire ».

Le président septuagénaire, qui aime afficher une image de fermeté et multiplier les menaces tonitruantes à l’encontre des ennemis des Etats-Unis, est aussi celui qui a promis de désengager l’Amérique des interventions extérieures jugées trop coûteuses. Sans compter que ces attaques interviennent au moment où il espérait organiser un tête-à-tête avec le président iranien Hassan Rohani.

En consultant Ryad, Donald Trump, en campagne pour sa réélection, semble donc aussi vouloir gagner du temps.

Mais cela agace à Washington, où l’on estime que l’attaque visant l’approvisionnement énergétique mondial dépasse, et de loin, les simples intérêts saoudiens, et qu’il en va de la crédibilité des Etats-Unis.

L’Arabie saoudite est de longue date un allié stratégique des Etats-Unis au Moyen-Orient. Mais Donald Trump en a fait le pilier incontournable de sa politique régionale toute tournée contre l’Iran chiite, bête noire de Washington et ennemi numéro un du royaume sunnite.

Or depuis un an, cette relation a traversé de fortes bourrasques qui l’ont affaiblie aux yeux d’une grande partie des élus américains, qu’ils soient démocrates ou républicains. En cause, le rôle du prince héritier saoudien, interlocuteur privilégié de l’administration Trump.

Le Sénat américain a ainsi jugé à l’unanimité que Mohammed ben Salmane, surnommé MBS, était « responsable » de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 dans le consulat de son pays à Istanbul. Mais le président américain n’en a pas tenu compte.

Il a ensuite opposé un double veto, coup sur coup, à des résolutions du Congrès contre le soutien américain aux opérations militaires dirigées par l’Arabie saoudite au Yémen, et contre de nouvelles ventes d’armes à Ryad.

« Trump depuis qu’il est au pouvoir privilégie systématiquement sa relation personnelle avec MBS dans tous les domaines, quitte à neutraliser le Congrès, qu’il s’agisse de Khashoggi, du Yémen ou des ventes d’armes », explique Yasmine Farouk. « Il soutient MBS envers et contre tout… tant que l’Arabie saoudite paie, car pour Trump, il ne s’en cache pas, c’est avant tout une question d’argent. »

De fait, le président américain a encore vanté lundi un « grand allié » qui « paye comptant » et « a dépensé 400 milliards de dollars » aux Etats-Unis « au cours des dernières années ». Avec AFP

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires