Connectez-vous avec nous

Actu

D’anciens hauts responsables impliqués dans une affaire de saisie de fonds suspects et de bijoux à Moretti

Publié

le

 L’ancien Directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel a été placé en détention provisoire, tandis que le dossier de deux anciens ministres a été transmis au procureur général près la Cour de Tipasa dans une affaire de saisie de grandes sommes d’argent de source suspecte, à l’intérieur d’un logement à Moretti dans la commune de Staoueli (Alger), a indiqué dimanche un communiqué du procureur de la République près tribunal de Cheraga.

« En application des dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale modifié et complété, le parquet de la République près le tribunal de Chéraga informe l’opinion publique que suite à des informations parvenues à la police judiciaire sur l’existence d’une somme d’argent de source suspecte à l’intérieur d’un logement sis à Moretti, Staoueli (Alger), une demande de mandat de perquisition du logement en question a été formulée », lit-t-on dans le communiqué.

Suite à quoi, « un montant de 113.439.200 DA, une somme de 270.000 euros, une autre somme de 30.000 UDS ainsi que près de 17 kg de bijoux », ont été saisis à l’intérieur du logement en question.

Les investigations préliminaires entamées sous la supervision du parquet de la République ont permis d’identifier des personnes ayant commis des faits punis par la loi, a ajouté la même source, précisant qu’il s’agit de « l’exploitation par certaines parties de l’influence des cadres de l’Etat en vue d’obtenir d’indus sommes d’argent en contrepartie des services rendus par ces fonctionnaires et cadres qui émettaient des décisions profitant à ces parties ».

Après parachèvement des procédures de l’enquête préliminaire, » ces parties ont été présentées, dimanche, devant le procureur de la République près tribunal de Cheraga, lequel après examen du procès-verbal de l’enquête préliminaire et l’audition des parties comparantes, a instruit une enquête à l’encontre des dénommés suivants: N.Z.CH, ses filles (B.I) et (B.F), les dénommés répondant respectivement aux initiales (B.A), (B.M), (GH.CH), (B.M), (Q.K), (S.M) et (B.B), ainsi que Abdelghani Hamel, ancien directeur général de la Sûreté nationale », ajoute-t-on de même source.

Ces personnes devront répondre des chefs d’accusation de « violation de la réglementation et du règlement relatifs au change et au mouvement des capitaux de et vers l’étranger », « blanchiment d’argent dans le cadre d’un groupe criminel organisé », « abus de fonction »  et « trafic d’influence ».

Le juge d’instruction près le même tribunal a ordonné la mise en détention provisoire de tous les accusés à l’Etablissement de rééducation et de réadaptation de Koléa dans la wilaya de Tipasa.

« Le dossier des procédures des deux anciens hauts cadres, Abdelghani Zaalane et El Ghazi Mohamed a été transmis au procureur général près la cour de Tipasa dans le cadre des procédures de privilèges de juridiction, en application des dispositions de l’article 573 du Code de procédure pénale », indique le même communiqué.

Par ailleurs,  » une copie du dossier du suspect Talbi Ali, membre du Conseil de la nation, jouissant de l’immunité parlementaire, a été transmis au Procureur général près la cour de Tipasa, en vue de prendre les mesures appropriées », conclut la même source. APS

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Tayeb Louh devant la Cour suprême ce jeudi

Publié

le

L’ex-ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Tayeb Louh, est convoqué à comparaître, jeudi 22 août,  devant le juge enquêteur de la Cour suprême, a rapporté aujourd’hui Ennahar TV.

Tayeb Louh, ex-tout puissant Garde et des Sceaux et ministre de la Justice a été convoqué, comme nous le rapportions, par l’Office central de répression de la corruption (OCRC).

Tayeb Louh est soumis à une interdiction de sortir du territoire national (ISTN). Selon nos sources, plus d’un millier de personnes sont interdites de quitter le territoire pour diverses affaires de corruption, dilapidation de deniers publics…

Tayeb Louh est très vite rejoint monté dans les échelons sous Bouteflika. Ministre du travail depuis 2002. Puis il est bombardé ministre de la Justice et garde des sceaux, du 11 septembre 2013 au 31 mars 2019. C’est dire que l’homme était devenu une pièce importante dans le dispositif de pouvoir du clan Bouteflika. Par son entregent, Louh a couvert tous les dépassements et même la mort de journaliste comme Mohamed Tamalt en prison.

Pire pendant les affrontements meurtriers du Mzab, la justice a été instrumentalisée contre les militants mozabites.

Ironie de l’histoire : Tayeb Louh, qui a été également, président du syndicat national des magistrats (SNM) se retrouve face aux juges. 

Continuer la lecture

Actu

Benlhadj: « Le sigle du FLN yetnaha, on l’a enlevé de l’ONM »

Publié

le

Mohand Ouamar Benlhadj, SG par intérim de l’organisation nationale des moudjahidine, réclame, lundi, la dissolution du FLN.

Dans une déclaration rendue publique, le patron de l’ONM Benlhadj réitère son appel à mettre fin à l’instrumentalisation du FLN, patrimoine du pays. « Ce sigle n’a pas sa raison d’être aujourd’hui. lazem yetnaha », tonne Mohand Ouamar Benlhadj.

C’est aux autorités de l’enlever pas à l’organisation, ajoute-t-il. Il veut que le ministère de l’Intérieur intervienne agisse conformément à la loi qui interdit l’utilisation des symboles de l’Etat. « Nous on l’a enlevé de l’ONM », précise-t-il.

Rappelons que Mohamed Boudiaf avait pour projet de dissoudre le FLN quand il était président du HCE. Voir la vidéo.

Continuer la lecture

Actu

Baha-Eddine Tliba a-t-il perdu 100 kg ?

Publié

le

Le très controversé député Baha Eddine Tliba est apparu pour la première fois ce mardi à l’occasion de la visite du ministre de l’Energie à Annaba.

Ttliba, député apparenté FLN, s’est fait presque oublié depuis le début du mouvement de dissidence populaire. Au point où ce mardi, il a fait une apparition très remarquée : L’homme pourrait avoir perdu une centaine de kg, tant il a fondu.

Mais est-ce le député d’Annaba que nous voyons sur la photo ?

Vice-président de cette APN régulièrement dénoncée, homme de réseaux et de basses besognes à l’est du pays, la vox populi l’accuse d’être derrière de nombreuses affaires à Annaba.

La justice ne s’intéresse pas à lui pour le moment. Mais eu égard à ses accointances avec le régime Bouteflika, il se pourrait qu’il soit dans les petits papiers des juges enquêteurs.

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires