Connectez-vous avec nous

Actu

Détenus d’opinion : la défense de rupture des avocats

Publié

le

Les avocats de la centaine de détenus d’opinion ont décidé mercredi 10 juillet de boycotter l’audience pour protester contre ce procès.

Témoignage de Hakim Saheb. Ce matin, avec des amis à la Cour d’Alger à l’issue de la réunion organisée par le collectif de défense des jeunes détenus pour le port de l’emblème amazigh et du moudjahid Lakhdar Bouregaâ, commandant et ancien baroudeur de l’historique wilaya 4.

Le collectif de défense qui comprend les bâtonniers d’Alger, Tizi Ouzou, Bgayet, Blida et Medea et une présence massive des avocats du Barreau de Tizi Ouzou et d’Alger a opté pour une défense de rupture en boycottant l’audience programmée par la chambre d’accusation près la Cour d’Alger en vue de statuer sur la demande de mise en liberté de ces détenus arbitrairement poursuivis et injustement mis sous mandat de dépôt.
Ce choix est mû par la décision de la bien nommée « chambre d’accusation » qui a confirmé, sans surprise et sans argument légal, la décision du juge d’instruction lors de l’audience du dimanche 7 juillet passé. Mais, aussi, pour mettre les magistrats face à leurs responsabilités éthiques et historiques et ne pas cautionner le simulacre d’une justice, plus que jamais, aux ordres et instrumentalisé comme le bras coercitif et répressif d’un exécutif omnipotent et militariste.
L’après midi, une virée au pénitencier d’El Harrach pour rendre visite aux prisonniers. 
Un bémol, au delà de leur jeunesse et de l’arbitraire dont ils sont les victimes expiatoires pour casser la dynamique populaire née du 22 fevrier, ces détenus font preuve d’une maturité à toute épreuve et d’un extraordinaire courage. Ils sont animés d’une inébranlable conviction portés par leur rêve d’une Algérie libre, plurielle et réconciliée avec son amazighite. Ils sont conscients de l’irréversibles marche de l’histoire, et qui ferait pâlir de honte tant les thuriféraires de ce système politique inique et archaïque qui les a jetés en prison que leurs voisins de palier conjoncturels qui goûtent aux VIP de la prison. 
Un autre fait qui m’a ému cet après midi et qui incite à l’optimisme est la force de caractère du commandant Boureguaa, son authenticité et ses convictions chevillées au corps. Il assume sans ambages les propos pour lesquels il est poursuivi et arrêté.
Plutôt que de discuter de son état de santé, compte tenu de son âge, et des conditions de son incarcération il resta inflexible et fut volubile sur l’histoire récente de notre pays et insista sur la poursuite du mouvement populaire. 
Je découvre un militant intrépide, un résistant noble et un patriote soucieux du devenir de son pays qui dégage une charge politique sincère et émotionnelle qui témoigne de la générosité de notre peuple et de la sève nourricière de cette terre d’Algérie .
La lutte continue et la vérité finira par triompher de toutes les impostures.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

Populaires