Connectez-vous avec nous

Actu

Mazouz Ahmed, son épouse et le fils de Sellal en détention provisoire

Publié

le

Le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed (Cour d’Alger) a ordonné le placement en détention provisoire de Mazouz Ahmed, gérant et propriétaire du Groupe Eurl GM Trade et son associé, le fils de l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a indiqué, hier mercredi 3 juillet, un communiqué de la Cour d’Alger.

Le juge d’instruction, après avoir entendu les prévenus lors de la première comparution, a ordonné le placement en détention provisoire de M. Mazouz Ahmed, gérant et propriétaire du Groupe Eurl GM Trade et son associé, le fils de l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, deux (02) cadres du ministère de l’Industrie et des Mines, deux (02) gérants de deux sociétés privées, ainsi que le chargé des finances lors de la campagne électorale.

Le juge d’instruction a également placé deux (02) mis en cause sous contrôle judiciaire. Il s’agit de l’épouse du principal mis en cause, Mazouz Ahmed, gérant du Groupe Eurl GM Trade.

« Suite à l’enquête préliminaire diligentée par la section de recherches de la Gendarmerie nationale (GN) d’Alger, et sur instructions du procureur de la République près le tribunal de Sidi M’Hamed, 09 individus ont comparu, le 02 juillet 2019, devant le procureur de la République près ledit tribunal pour des faits à caractère pénal », indique la même source.

« Après avoir été entendues sur les faits qui leur sont imputés, le procureur de la République a transmis le dossier de l’affaire au juge d’instruction près le même tribunal qui a « mis en accusation 09 personnes physiques et 23 personnes morales, pour plusieurs crimes », précise le communiqué de la Cour d’Alger. 

Il s’agit de crimes liés au blanchiment d’argent, transfert de biens obtenus par des faits de corruption à l’effet d’en dissimuler la source illicite dans le cadre d’un groupe criminel, dilapidation et utilisation de fonds de banques, incitation d’agents publics à exploiter leur influence effective et supposée dans le but de bénéficier d’indus privilèges, financement clandestin des partis politiques, bénéfice du pouvoir et de l’influence des agents de l’Etat, des collectivités locales, des entreprises et institutions publiques de droit public et des entreprises économiques publiques ou des établissements à caractère industriel et commercial (EPIC) durant l’établissement de contrats et marchés à l’effet d’augmenter les prix et de modifier, en leur faveur, la qualité des matières, services et approvisionnement.

La liste des chefs d’inculpation comprend d’autres charges à l’instar d’abus de pouvoir intentionnel l’effet d’accorder d’indus privilèges en contravention des lois et des règlementations, l’établissement de contrats en contravention des dispositions législatives et réglementaires en vigueur en vue d’accorder d’indus privilèges à l’autrui et la dilapidation des deniers publics.  

Les personnes poursuivies pénalement sont : l’homme d’affaires, gérant et propriétaire du Groupe Eurl GM Trade, Ahmed Mazouz, sa femme, et son associé, le fils de l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et deux (02) cadres du ministère de l’Industrie et des Mines, ainsi que deux (02) gérants de deux sociétés privées, en sus du chargé des transactions financières de la campagne électorale.  

Vingt-trois (23) personnes morales ont été également accusées, il s’agit d’entreprises commerciales, propriétés de l’accusé principal.  

Concernant les personnes restantes et compte tenu de leurs fonctions à la date des faits, ajoute le communiqué de la Cour d’Alger, il a été décidé de transmettre le volet de leur dossier au Procureur général près la cour d’Alger « pour prendre les mesures nécessaires à leur encontre ». Il s’agit des deux anciens Premier-ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, les deux anciens ministres de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi et Abdesselam Bouchouareb, et l’ex-ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane.

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Tayeb Louh devant la Cour suprême ce jeudi

Publié

le

L’ex-ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Tayeb Louh, est convoqué à comparaître, jeudi 22 août,  devant le juge enquêteur de la Cour suprême, a rapporté aujourd’hui Ennahar TV.

Tayeb Louh, ex-tout puissant Garde et des Sceaux et ministre de la Justice a été convoqué, comme nous le rapportions, par l’Office central de répression de la corruption (OCRC).

Tayeb Louh est soumis à une interdiction de sortir du territoire national (ISTN). Selon nos sources, plus d’un millier de personnes sont interdites de quitter le territoire pour diverses affaires de corruption, dilapidation de deniers publics…

Tayeb Louh est très vite rejoint monté dans les échelons sous Bouteflika. Ministre du travail depuis 2002. Puis il est bombardé ministre de la Justice et garde des sceaux, du 11 septembre 2013 au 31 mars 2019. C’est dire que l’homme était devenu une pièce importante dans le dispositif de pouvoir du clan Bouteflika. Par son entregent, Louh a couvert tous les dépassements et même la mort de journaliste comme Mohamed Tamalt en prison.

Pire pendant les affrontements meurtriers du Mzab, la justice a été instrumentalisée contre les militants mozabites.

Ironie de l’histoire : Tayeb Louh, qui a été également, président du syndicat national des magistrats (SNM) se retrouve face aux juges. 

Continuer la lecture

Actu

Benlhadj: « Le sigle du FLN yetnaha, on l’a enlevé de l’ONM »

Publié

le

Mohand Ouamar Benlhadj, SG par intérim de l’organisation nationale des moudjahidine, réclame, lundi, la dissolution du FLN.

Dans une déclaration rendue publique, le patron de l’ONM Benlhadj réitère son appel à mettre fin à l’instrumentalisation du FLN, patrimoine du pays. « Ce sigle n’a pas sa raison d’être aujourd’hui. lazem yetnaha », tonne Mohand Ouamar Benlhadj.

C’est aux autorités de l’enlever pas à l’organisation, ajoute-t-il. Il veut que le ministère de l’Intérieur intervienne agisse conformément à la loi qui interdit l’utilisation des symboles de l’Etat. « Nous on l’a enlevé de l’ONM », précise-t-il.

Rappelons que Mohamed Boudiaf avait pour projet de dissoudre le FLN quand il était président du HCE. Voir la vidéo.

Continuer la lecture

Actu

Baha-Eddine Tliba a-t-il perdu 100 kg ?

Publié

le

Le très controversé député Baha Eddine Tliba est apparu pour la première fois ce mardi à l’occasion de la visite du ministre de l’Energie à Annaba.

Ttliba, député apparenté FLN, s’est fait presque oublié depuis le début du mouvement de dissidence populaire. Au point où ce mardi, il a fait une apparition très remarquée : L’homme pourrait avoir perdu une centaine de kg, tant il a fondu.

Mais est-ce le député d’Annaba que nous voyons sur la photo ?

Vice-président de cette APN régulièrement dénoncée, homme de réseaux et de basses besognes à l’est du pays, la vox populi l’accuse d’être derrière de nombreuses affaires à Annaba.

La justice ne s’intéresse pas à lui pour le moment. Mais eu égard à ses accointances avec le régime Bouteflika, il se pourrait qu’il soit dans les petits papiers des juges enquêteurs.

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires