Connectez-vous avec nous

Actu

Exclusif : le petit-fils de Lakhdar Bouregaa se livre à DzVID

Publié

le

La famille du moudjahid Mohamed Lakhdar Bouregaa confirme l’enlèvement qui a eu lieu le samedi 29 juin vers 14 h. Le petit-fils du commandant de l’ALN Mohamed Lakhdar Bouregaa, Imad, revient sur les circonstances de cet enlèvement, nous en révèle les raisons et rejette les rumeurs sur sa libération. Entretien exclusif.

DzVID : Qu’est-ce qui s’est passé au juste ?

Imad Lakhdar Bouregaa, le petit-fils de Mohamed Lakhdar Bouregaa : C’était vers 14h. Il faisait très chaud et mon grand-père était à la maison sise au  39, rue Petite Provence, à Hydra. Des personnes appellent à la maison, je sors et trouve une voiture de marque Renault-Kangoo, avec des vitres fumées. Deux personnes étaient devant moi et l’une d’elles me dit : « C’est El-Amn, (les services de sécurité, ndlr), je suis le capitaine Oussama, appelle El-Hadj, dis-lui c’est Oussama. » J’informe mon grand-père qui sort les voir et je retourne à la maison. Il n’y avait pas de quoi s’inquiéter, tout le monde venait voir mon grand-père, on le laisse toujours seul avec ses hôtes. Et comme il a tardé, on est sorti le chercher. Mais, à notre grande surprise, il n’était plus là, ni lui, ni Oussama, ni le Renault-Kangoo.

Il s’est passé quoi alors ?

On n’a rien compris ! Mon grand-père ne s’éloigne pas sans laisser d’adresse ou sans nous tenir informés. Plus surprenant encore : son téléphone était fermé et il n’avait aucun papier sur lui ! Le plus grave c’est que mon grand-père est malade et il prend des médicaments impérativement. Il a le problème de la prostate et d’autres maladies encore. On a alors commencé à chercher à comprendre ce qui s’est passé et c’est là qu’on a appris que le Renault-Kangoo, de couleur blanche, a rodé deux fois devant notre maison avant de s’arrêter pour appeler mon grand-père. Du coup, nous avons décidé de donner l’alerte générale.

Avez-vous réussi à entrer en contact avec lui depuis son enlèvement ?

Depuis 14h, on n’avait aucun contact avec lui. Le seul et l’unique appel, c’était à 16h45. C’était lui qu’il nous a appelés pour nous dire : «Je suis entre les mains des services, mais je ne sais pas où je suis ?» Depuis, son téléphone est toujours fermé et, jusqu’à présent, nous n’avons eu aucun contact avec lui.

Avez-vous eu des informations depuis ? Quelles sont selon vous les raisons de cet enlèvement ?

On a compris qu’il est dans une caserne des « Services de renseignement » à Ben Aknoun, la caserne dite « Antar ». On a appris aussi que c’est en relation avec ses positions contre le général Ahmed Gaïd Salah qu’il accuse d’être à la solde de forces étrangères. Aussi, mon grand-père a déclaré que Gaid Salah veut aller à la présidentielle pour imposer son candidat ! Sa dernière sortie avec l’opposition et ses sorties avec le drapeau national et l’emblème amazigh ont constitué la goutte qui a fait déborder le vase.

Propos recueillis par Kamel Lakhdar-Chaouche

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Belaid Brakni Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Belaid Brakni
Membre
Belaid Brakni

L’état major Gaid Salah l’homme qui ne reconnait aucun dialogue, aucune proposition pour sortir de la crise politique meurtrière,il veut simplement que ces élections présidentielle même dans la ruine de l’Algérie.

Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires