Connectez-vous avec nous

Sports

Attribution du Mondial-2022 au Qatar: Michel Platini en garde à vue

Publié

le

Trois ans après l’ouverture d’une enquête en France pour corruption sur les conditions d’attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar, l’ancien patron de l’UEFA Michel Platini a été placé mardi en garde à vue tandis que l’ex-bras droit de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, était entendu en audition libre.

L’ancienne star de l’équipe de France (64 ans vendredi), qui fut aussi vice-président de la Fifa jusqu’en 2015, et l’ancienne conseillère sports de Nicolas Sarkozy, Sophie Dion, ont été placés en garde à vue mardi matin dans les locaux de l’office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF), à Nanterre, près de Paris, a-t-on appris auprès d’une source judiciaire et d’une source proche de l’enquête, qui confirmaient une information de Mediapart.

Lui aussi convoqué mardi, l’ex-secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant était pour sa part interrogé comme suspect libre.

Michel Platini « n’a strictement rien à se reprocher et affirme être totalement étranger à des faits qui le dépassent », ont indiqué mardi en début d’après-midi les conseils de l’ex-patron de l’UEFA dans un communiqué. Ils affirment qu’il ne s’agissait « en aucun cas d’une arrestation, mais d’une audition comme témoin dans le cadre voulu par les enquêteurs, cadre qui permet d’éviter que toutes les personnes entendues, puis confrontées, ne puissent se concerter en dehors de la procédure ».

Michel Platini, qui avait déjà été entendu en audition libre, « s’exprime sereinement et précisément, répond à toutes les questions, y compris celles sur les conditions d’attribution de l’Euro 2016, et a fourni des explications utiles », ajoutent-ils, soulignant qu’il était « absolument confiant sur la suite ».

Ces auditions se déroulent dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier (PNF) en 2016 pour « corruption privée », « association de malfaiteurs », « trafic d’influence et recel de trafic d’influence » pour examiner les conditions d’attribution des Coupes du monde de football 2018 et 2022.

Le même jour, le 2 décembre 2010, le Mondial-2018 avait été attribué à la Russie (face notamment à l’Angleterre éliminée dès le 1er tour) et à la surprise générale, le Mondial-2022 au Qatar, vainqueur au dernier tour face aux Etats-Unis.

La désignation de ce richissime émirat gazier, où les températures brûlantes en été rendent la pratique du football difficile voire impossible, avait immédiatement déclenché des soupçons de corruption, et été l’un des déclencheurs de la grave crise qui a secoué la Fifa à partir de 2015.

En octobre 2015, l’ancien président de la Fifa Sepp Blatter avait ajouté à la polémique en mettant en cause la France. Selon sa version, « un arrangement diplomatique » existait pour que les Coupes du monde 2018 et 2022 aient lieu en Russie puis aux Etats-Unis, un plan qui aurait échoué à cause de « l’interférence gouvernementale de M. Sarkozy » qui aurait entraîné, toujours selon le Suisse, une volte-face de Michel Platini, président de l’UEFA.

– Réunion secrète –

La justice française s’intéresse en particulier à « une réunion secrète » au Palais de l’Elysée le 23 novembre 2010, à laquelle participaient Nicolas Sarkozy, Tamim ben Hamad al-Thani (alors prince héritier du Qatar devenu Emir en 2013), et Michel Platini, révélée par France Football. Son but supposé: s’assurer que Platini voterait pour l’émirat. Un « tissu de mensonges », s’était indigné l’ancien numéro 10 des Bleus.

Mardi, M. Blatter a fait part sur la chaîne suisse RTS d' »une grande surprise ». Il a de nouveau évoqué un coup de téléphone avec M. Platini, son ex-ami et allié. « Je me rappelle ce moment, c’était vers la fin du mois de novembre en 2010, après qu’il a été invité à l’Elysée où il a rencontré le président Sarkozy qui, lui, avait rencontré le prince héritier, l’actuel émir du Qatar », a-t-il raconté.

Le Français lui aurait dit que le consensus trouvé « pour aller en 2018 en Russie et en 2022 aux Etats-Unis n’allait peut-être pas se réaliser parce que M. Sarkozy lui (avait) demandé si lui ou d’autres pouvaient voter pour le Qatar. »

M. Blatter a pour sa part été suspendu six ans par la Fifa « de toute activité liée au football » pour un paiement controversé de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) à Michel Platini, lui aussi suspendu quatre ans. En mai 2018, ce dernier a été mis « en l’état » hors de cause par la justice suisse qui enquêtait sur ce versement

AFP

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Sports

L’Olympique de Marseille inaugure « OM School » à Alger

Publié

le

Communiqué. Après avoir inauguré en d’août la première OM School à Tunis, l’Olympique de Marseille a ouvert, mardi 8 octobre, son réseau d’écoles de foot pour les jeunes Algérois.

Le complexe accueillant le programme OM School a été fondé en 2014, il s’étend sur une surface totale de 10 000m2 et est composé de six terrains synthétiques de dernière génération dont quatre terrains indoor et deux terrains extérieurs, d’une cafétéria, de salles de réception ainsi qu’une fan zone extérieure. Le site accueille plus de 300 000 visiteurs annuels.

L’OM School Alger symbolise une opportunité pour les jeunes talents algérois et algériens d’avoir accès à une formation de haute qualité sur le plan éducatif et technique. Ce programme se définit par sa méthodologie unique pour former les jeunes de 5 à 16 ans, par son staff technique hautement qualifié, d’entraineurs éducateurs, de préparateurs physiques et mentaux ainsi que de kinésithérapeutes. Le tout sous la surveillance et suivant les méthodes propres du club.

L’Olympique de Marseille a officialisé ce projet lors d’une conférence de presse qui a eu lieu, mardi 8 octobre, à Alger en présence de son ambassadeur, Basile Boli, et de son directeur général Laurent Colette, qui a déclaré : « L’ouverture de l’OM School Alger est un témoignage concret de notre engagement envers l’Algérie, une terre de football comme en témoigne son titre continental mais aussi fidèle depuis des décennies à l’OM. Nous souhaitons consolider les passerelles de collaboration entre ce beau pays, notre club et aussi notre ville qui héberge des centaines de milliers d’Algériens ou de citoyens d’origine algérienne ».

Pour la direction de l’OM School Alger : « Nous avons été séduits et convaincus par le projet OM School, qui propose un programme complet et une formation de haute qualité; qui développe certes la technique mais également le caractère et l’éducation de chaque enfant. Ce projet est pour nous l’aboutissement de plusieurs années de travail et une réelle opportunité de formation pour la jeunesse algéroise ».

Une délégation du club se rendra de nouveau sur place en novembre pour l’ouverture de l’école en présence de tous les jeunes joueurs inscrits.

Continuer la lecture

Actu

JSK : Cherif Mellal fait-il la brosse au ministre des Sports ?

Publié

le

Le rapprochement entre Cherif Mellal, le président de la JSK, et Raouf Salim Bernaoui, l’illégitime ministre des Sports, est pour le moins intrigant ! La mentalité « larbin » de Hannachi aurait-elle déteint sur son successeur Mellal ? Voir vidéo ci-dessous.

En effet, invité à Jow Radio pour parler des sanctions infligées à la JSK et d’autres sujets encore, Cherif Mellal a fait le compte-rendu de ses démarches pour l’homologation du stade de Tizi Ouzou et de sa rencontre avec le ministre des Sports Raouf Salim Bernaoui.

Et c’est là que, faisant abstraction du contexte de révolte populaire, Cherif Mellal se lance dans un discours élogieux à l’égard du ministre du gouvernement impopulaire de Bédoui !

« Alhamdou lillah, aujourd’hui, nous avons trouvé un ministre qui écoute les présidents de club, qui les aide… », a déclaré Cherif Mellal sur les ondes de Jow Radio.

En plein Hirak, et alors que les Algériens bravent la répression et la prison pour dégager le gouvernement illégitime et impopulaire de Bedoui, dont fait partie ce ministre, et imposer un changement radical, Cherif Mellal, toute honte bue, s’affiche avec l’un des symboles du système et lui jete une bouée de sauvetage inespérée.

Il s’agit d’un dérapage très grave qui ne fait pas honneur à la JSK ni à la Kabylie et qu’il faut condamner vigoureusement.

Cette attitude qui consiste à s’afficher avec l’oppresseur et d’en faire l’éloge publiquement est insultante pour le combat des Algériens.

Il faut craindre aussi que cet acte impardonnable risque d’attenter à l’unité du mouvement de contestation dans un contexte où les résidus du régime tentent un sauvetage par la diabolisation de la Kabylie. Mellal, à travers son geste, risque de renvoyer l’idée, que tente de propager le pouvoir, selon laquelle l’implication des Kabyles dans le « Hirak » n’est qu’une diversion pour s’emparer du pouvoir.

La JSK n’est pas le bien privé de Cherif Mellal et l’image du club et de la région ne doit pas être associée à ce genre d’actes !

I. Farès

Continuer la lecture

Sports

Pourquoi la FAF a écarté Djamel Belmadi de l’EN des joueurs locaux ?

Publié

le

C’est Ludovic Batelli qui dirigera l’équipe algériennes des joueurs locaux durant les éliminatoires du championnat d’Afrique des nations, a annoncé la FAF.

« La sélection nationale des joueurs locaux, appelée à disputer les éliminatoires du CHAN-2020, sera dirigée par M. Ludovic Batelli » a indiqué la FAF dans un communiqué diffusé dimanche soir sur son site officiel, en précisant que le Français sera secondé dans sa tâche par quatre adjoints, à savoir « Aziz Bouras, Amara Merouani, Serge Romano et Zoheir Bensedira ».

Le Français Ludovic Batelli est l’actuel entraîneur de la sélection algérienne des moins de 23 ans.

La même source a ajouté que ce staff sera appuyé par le Français Frédéric Faure, en tant que préparateur physique, lui qui avait travaillé pendant 12 ans à l’Olympique de Marseille, notamment, avec les entraîneurs Elie Baup, José Anigo et Marcello Bielsa.

Initialement, c’est l’entraîneur de la sélection championne d’Afrique en Egypte, Djamel Belmadi qui devait prendre les commandes de l’Equipe nationale des locaux.

C’est d’ailleurs lui qui avait convoqué un effectif de 22 joueurs pour un stage bloqué, prévu du 26 au 28 août au Centre technique national de Sidi Moussa (Alger), pour continuer à préparer les prochaines échéances officielles, avant que la FAF ne se rabatte finalement sur Batelli.

Ce regroupement était initialement prévu à partir du 24 août, mais il a finalement été décalé de deux jours et sera ponctué par un match amical contre la sélection nationale des moins de 23 ans, qui prépare de son côté la double confrontation contre le Ghana, comptant pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-U23), prévue au mois de septembre prochain.

Un stage qui permettra au sélectionneur des locaux de voir à l’œuvre tous les joueurs convoqués, notamment ceux qui ont participé aux Coupes d’Afrique interclubs (USMA, JSK, PAC et CRB), a précisé l’instance fédérale sur son site officielle.

La sélection algérienne des locaux prépare la double confrontation contre le Maroc (tenant du titre), dont la manche « aller » aura lieu le 20 septembre prochain à Alger dans le cadre du dernier tour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des nations CHAN 2020, dont la phase finale aura lieu au Cameroun. La manche retour aura lieu entre le 18 et 20 octobre prochain au Maroc.

Avec APS

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires