Connectez-vous avec nous

Sports

Mohamed Salah à l’origine d’un recul de l’islamophobie à Liverpool ?

Publié

le

Recruté il y a deux ans par Liverpool, Mohamed Salah est devenu l’un des meilleurs attaquants du monde ainsi qu’une icône. Vainqueur de la Ligue des champions 2019, l’Egyptien a fait l’objet d’une étude à l’université de Stanford. D’après les chercheurs, l’islamophobie a décliné dans le Merseyside depuis que Salah porte le maillot des Reds.

Samedi 1er juin, Mohamed Salah est entré dans l’histoire. En ouvrant le score sur penalty pour Liverpool contre Tottenham, il est devenu le premier Égyptien buteur en finale de la Ligue des champions. Il est aussi devenu le premier joueur de son pays à remporter cette compétition, avec la victoire de son équipe au Wanda Metropolitano de Madrid (2-0). Et le « Pharaon » a un peu plus renforcé sa cote d’amour chez les Reds.

Une étude menée par des chercheurs de Stanford

Ce n’est pas la seule victoire dont Mohamed Salah pourrait se réjouir. Peu avant le coup d’envoi de la finale, John B. Holbein, professeur en sciences politiques aux États-Unis, a publié sur Twitter une partie d’une étude menée par Ala’ Alrababa’h, William Marble, Salma Mousa et Alexandra Siegel, quatre chercheurs de l’université de Stanford et de l’École polytechnique de Zurich.

Ils se sont intéressés au phénomène Salah à Liverpool. Le thème de leur étude : « L’exposition des célébrités peut-elle réduire les préjugés ? L’effet de Mohamed Salah sur les comportements et attitudes islamophobes ». Elle a été publiée le 31 mai. « Est-ce que l’exposition de célébrités à succès appartenant à des groupes stigmatisés peut réduire les préjugés envers ce groupe en général ? Nous exploitons la soudaine et phénoménale renommée de la star de Liverpool Salah, un joueur manifestement musulman, pour répondre à cette question », écrivent en préambule les quatre chercheurs.

– 18,9% d’actes islamophobes dans le Merseyside depuis que Salah joue à Liverpool

Leurs résultats montrent que depuis le transfert de Mohamed Salah à Liverpool, à l’été 2017 en provenance de l’AS Rome, les crimes de haine et islamophobes ont chuté de 18,9% dans le Merseyside, le comté de Liverpool, en comparaison avec les chiffres relevés avant cette signature. Les tweets anti-musulmans écrits par les fans de Liverpool ont également baissé : de 7,2% de messages à caractère haineux envers les musulmans avant l’arrivée de Salah, le chiffre est tombé à 3,4%.

« L’étude suggère que ces résultats pourraient être motivés par une familiarité accrue avec l’islam », indiquent les chercheurs. Le talent et les buts de l’Égyptien n’expliquent pas, à eux seuls, cet effet présumé. L’attitude du joueur, qui ne cache pas son attachement à sa religion, y serait aussi pour beaucoup : « On voit souvent Salah plaisanter avec ses coéquipiers avec son sourire reconnaissable, jouant avec sa petite fille sur le côté du terrain, et respectant presque trop ses adversaires, en refusant par exemple de célébrer ses buts contre ses anciens clubs. »

Un modèle idéal

Déjà, lors de la saison 2017-2018, les supporters de Liverpool s’étaient distingués par leur intérêt envers l’islam, la religion de leur nouvelle star. Mohamed Salah n’est pas le seul footballeur musulman reconnu en Angleterre et même à Liverpool, mais son talent, son image et sa notoriété en font un joueur à part dans son club. Ailleurs, c’est plus compliqué. En deux saisons sous le maillot des Reds, l’Égyptien a plusieurs fois été la cible d’injures islamophobes lancées par des supporters d’autres équipes. Et il a pu compter sur le soutien des fans des Scousers.

Les quatre chercheurs concluent leur étude : « Nos résultats indiquent qu’une exposition à des modèles positifs peut amener de nouvelles informations qui humaniseraient davantage une communauté dans son ensemble. » Un modèle comme Mohamed Salah, donc. RFI

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Sports

Pourquoi la FAF a écarté Djamel Belmadi de l’EN des joueurs locaux ?

Publié

le

C’est Ludovic Batelli qui dirigera l’équipe algériennes des joueurs locaux durant les éliminatoires du championnat d’Afrique des nations, a annoncé la FAF.

« La sélection nationale des joueurs locaux, appelée à disputer les éliminatoires du CHAN-2020, sera dirigée par M. Ludovic Batelli » a indiqué la FAF dans un communiqué diffusé dimanche soir sur son site officiel, en précisant que le Français sera secondé dans sa tâche par quatre adjoints, à savoir « Aziz Bouras, Amara Merouani, Serge Romano et Zoheir Bensedira ».

Le Français Ludovic Batelli est l’actuel entraîneur de la sélection algérienne des moins de 23 ans.

La même source a ajouté que ce staff sera appuyé par le Français Frédéric Faure, en tant que préparateur physique, lui qui avait travaillé pendant 12 ans à l’Olympique de Marseille, notamment, avec les entraîneurs Elie Baup, José Anigo et Marcello Bielsa.

Initialement, c’est l’entraîneur de la sélection championne d’Afrique en Egypte, Djamel Belmadi qui devait prendre les commandes de l’Equipe nationale des locaux.

C’est d’ailleurs lui qui avait convoqué un effectif de 22 joueurs pour un stage bloqué, prévu du 26 au 28 août au Centre technique national de Sidi Moussa (Alger), pour continuer à préparer les prochaines échéances officielles, avant que la FAF ne se rabatte finalement sur Batelli.

Ce regroupement était initialement prévu à partir du 24 août, mais il a finalement été décalé de deux jours et sera ponctué par un match amical contre la sélection nationale des moins de 23 ans, qui prépare de son côté la double confrontation contre le Ghana, comptant pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-U23), prévue au mois de septembre prochain.

Un stage qui permettra au sélectionneur des locaux de voir à l’œuvre tous les joueurs convoqués, notamment ceux qui ont participé aux Coupes d’Afrique interclubs (USMA, JSK, PAC et CRB), a précisé l’instance fédérale sur son site officielle.

La sélection algérienne des locaux prépare la double confrontation contre le Maroc (tenant du titre), dont la manche « aller » aura lieu le 20 septembre prochain à Alger dans le cadre du dernier tour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des nations CHAN 2020, dont la phase finale aura lieu au Cameroun. La manche retour aura lieu entre le 18 et 20 octobre prochain au Maroc.

Avec APS

Continuer la lecture

Sports

CHAN 2020 : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs

Publié

le

Le sélectionneur de l’équipe nationale des locaux Djamel Belmadi a convoqué 22 joueurs pour effectuer un stage  du 26 au 28 août au Centre technique national de Sidi Moussa (Alger), en prévision des prochaines échéances officielles, a indiqué la Fédération algérienne de football.

Ce stage va  permettre au sélectionneur national de voir à l’oeuvre tous les joueurs convoqués notamment ceux qui participent aux Coupes d’Afrique interclubs (USMA, JSK, PAC et CRB), précise l’instance fédérale sur son site officielle.

Ce regroupera initialement prévu à partir du 24 août a été décalé de deux jours et sera ponctué par une opposition amicale contre la sélection nationale des moins de 23 ans qui prépare sa double confrontation contre le Ghana comptant pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations des U23 prévue en septembre prochain.

La liste des 22 joueur retenus par Djamel Belmadi dont ce sera la première apparition depuis sa consécration avec la sélection A en phase finale de la CAN 2019 en Egypte, est composée essentiellement des joueurs évoluant en championnat de Ligue 1 professionnelle.

La sélection algérienne des locaux prépare la double confrontation contre le Maroc (tenant du titre) dont la manche aller aura lieu le 20 septembre prochain à Alger dans le cadre du dernier tour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des nations CHAN 2020, dont la phase finale aura lieu au Cameroun.

La manche retour  aura lieu entre le 18 et 20 octobre prochain au Maroc.

L’autre double confrontation de la Zone 1 mettra aux prises la Tunisie à la Libye.

Liste des 22 joueurs convoqués

Gardiens de but : Gaya Merbah (NAHD), Benbot Oussama (JSK), 

Défenseurs : Saadi Redouani (ESS), Alati Walid (MCA), Cherifi Redouane (USMA), Lamara Nabil (MCA), Chafai Farouk (MCA), Mustapha Khiraoui (USMA), Bouchar Sofiane (CRB), Bouchina Mustapha (Paradou AC) Milieux de terrain: Hamoudi Tayeb (Paradou AC), Rebiai Miloud (MCA),Benkhlifa Tahar (MCA), Benkhemassa Mohamed (USMA), Bendebka Sofiane (MCA), Sayoud Amir (CRB),

Attaquants : Selmi Hocine (CRB),Ghecha Hossam (ESS),Djahnit Akram (ESS), Belahouel Hamza (ESS), Benayed Riyad (Paradou AC), Benchaa Zakaria (USMA).

Continuer la lecture

Sports

CAN 2019 : 35 jours après, retour sur le parcours des héros Algériens

Publié

le

L’Algérie a remporté la 32ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations, en surmontant tous les obstacles possibles. Le parcours des Fennecs est digne d’un véritable champion comme le décrivent les amoureux de l’agence Bet777, même s’ils n’étaient pas favoris d’après les pronostics des bookmakers avant la compétition. 

Le précieux outsider !

L’Algérie est arrivée en Égypte avec l’objectif de faire mieux qu’en 2015 ou encore en 2017, c’est-à-dire, passer l’étape des quarts de finale, remporter le trophée était un bonus. Dans cette peau d’outsiders, les coéquipiers de Sofiane Feghouli, ont défié la logique, avec leur coach Belmadi plein de caractère et de maîtrise.

Le Cameroun, l’Égypte, le Maroc, le Sénégal et la Côte d’Ivoire étaient les nations les plus attendues aux pieds des pyramides. Elles avaient toutes de l’expérience, des effectifs bourrés de talents et des sélectionneurs qui ont un vécu dans le monde du football. 

Un sans-faute en phase des groupes !

Classée dans le groupe C, en compagnie du Sénégal, de la Tanzanie et du Kenya, l’Algérie avait certainement de la place pour se qualifier en huitièmes de finale, mais la manière a été plus surprenante. Les Fennecs ont démarré par le Kenya en première journée, succès logique de deux buts à zéro. Lors de la deuxième journée, ils devaient faire face à l’ogre sénégalais, l’une des redoutables nations de la CAN. Sans complexe, les Fennecs s’imposent par (1-0) sur les Lions de la Teranga, grâce Youssef Belaili.

Six points sur six, l’Algérie qualifiée pour les huitièmes de finales au bout de deux matchs, le langage des observateurs commence petit à petit, à changer. L’Algérie n’est plus outsider, plutôt un client sérieux à la victoire finale. La dernière rencontre des groupes contre la Tanzanie ressemblait à une formalité, les Fennecs la remportent sans peine par (3-0). Ils filent en huitièmes avec le statut de la meilleure attaque (six buts marqués), meilleure défense (0 but encaissé) et par ricochet, celui de meilleure sélection de la première étape.

La détermination et la chance en phase d’élimination directe.

Tout avait l’air d’être fait pour le trophée de l’Algérie. Le talent de ses propres joueurs, leur détermination, l’envie, et la chance. Contre la Guinée Conakry en huitièmes, les Fennecs passent sans forcer. D’un super bijou à la 57ème minute, le capitaine Riyad Mahrez, participe à la belle victoire (3-0) de son équipe. 

L’adversaire en quart de finale s’appelle la Côte d’Ivoire. Les deux sélections se tiennent coude-à-coude jusqu’aux prolongations, puis à la séance des tirs aux buts. Serye Die et Wilfried Bony ratent leur tir et font déchanter la Côte d’ivoire, au grand bonheur des algériens réalistes à la séance.

En demi-finale, le Nigeria fait durer le suspens jusqu’à la dernière minute du temps additionnel, après le centre tir de Riyad Mahrez dévié vers le but par le défenseur Etong, et l’égalisation de Ighalo sur penalty. C’est justement à cette dernière minute que, l’attaquant de Manchester City revenait à la charge sur un coup-franc bien placé, pour envoyer le cuire au fond de filet. Deux buts à un score final, de partout, les Algériens exultent, les rues de la France sont envahies, l’Algérie est en finale.

Et la finale du deuxième titre

Après avoir évolué dans le même groupe, l’Algérie et le Sénégal se retrouvent en finale, pour une bataille herculéenne, tactique entre deux coachs amis de longue date. Il y a encore là, beaucoup plus de chance que lors des précédentes rencontres. Sur le premier ballon offensif du match, l’avant-centre Bounedjah voit son tir dévié finir dans les cages gardées par Sylvain Gbohou, un but à zéro pour les Fennecs, ce sera le seul et unique but de la rencontre. Au soir du 19 juillet 2019 au stade international du Caire, l’Algérie remporte la deuxième CAN de son histoire après l’édition 1990. Un succès qui doit toute sa raison d’être à la force collective d’un groupe et au travail tactique de Djamel Belmadi. En Égypte, l’Algérie a écrit une nouvelle page de l’histoire de son football et du football africain, en devenant la première équipe vainqueure d’une Coupe d’Afrique des Nations à 24 nations. C’était tellement mérité.

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires