Connectez-vous avec nous

Actu

Soudan : l’armée réprime et fait 13 morts

Publié

le

Le bras de fer entre les généraux au pouvoir au Soudan et la contestation a pris une tournure sanglante ce lundi 3 juin avec la répression du sit-in des manifestants à Khartoum, qui a fait au moins 13 morts selon un comité de médecins.

Le Conseil militaire de transition (CMT) a lui démenti toute « dispersion par la force » du sit-in : si une opération de sécurité a eu lieu, elle a visé un secteur « dangereux » proche de ce site emblématique faisant face au QG de l’armée et occupé depuis près de deux mois, a-t-il argué.

« Il n’y a plus rien à part les corps des martyrs que nous ne pouvons pas sortir », a de son côté avancé l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, alors que le lieu du sit-in reste inaccessible.

En réaction, l’ALC a annoncé interrompre « tout contact politique » avec le Conseil militaire. Elle a appelé à « la grève et la désobéissance civile totale et indéfinie à compter d’aujourd’hui », dans le but de « renverser le régime ».

Dans son dernier bilan provisoire, le Comité central des médecins, proche de la contestation, a fait état d' »au moins 13 morts » et « plus de 116 blessés ».

Selon le comité central des médecins soudanais, les forces de l’ordre ont par ailleurs tiré à l’intérieur même de l’hôpital Charq al Nil et empêché l’accès au Royal Care, un autre établissement hospitalier de la capitale.

L’ALC a appelé à l' »intervention urgente » d’organisations humanitaires citant la Croix-Rouge, le Croissant-Rouge et Médecins sans frontières (MSF). Elle a également appelé dans un communiqué à des « marches pacifiques et des cortèges dans les quartiers, les villes, les villages ».

Les relations entre les deux camps, civils et militairesn se sont tendues à la suite de l’échec le 20 mai des négociations, suivies des mises en garde du Conseil militaire qui dirige le pays depuis le 11 avril, date de la destitution sous la pression populaire du président Omar el-Béchir.

Le Conseil militaire avait récemment dénoncé des débordements autour du sit-in, les qualifiant de « menace pour la sécurité », et promis d’agir « avec détermination ».

Le général Burhane s’est rendu récemment en Egypte, mais aussi aux Emirats arabes unis et en Arabie saoudite, trois pays qui lui ont affiché leur soutien.

AFP

À Khartoum la répression se fait par balles

Regardez les images terrifiantes des manifestants qui courent sous les balles de l'armée dans la capitale du Soudan Khartoum.Neufs civils seraient décédés ce lundi.

Publiée par Loopsider sur Lundi 3 juin 2019
Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x