Connectez-vous avec nous

Sports

Le patron du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, mis en examen pour « corruption active »

Publié

le

Enième crise au Paris Saint-Germain. le Qatari Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG, est soupçonné par le juge Renaud Van Ruymbeke d’avoir voulu « acheter » les Mondiaux d’athlétisme pour le Qatar.

Année de casseroles pour le richissime Nasser Al-Khelaïfi. Alors que le PSG se fait éliminé dès les 8e de finale de la Ligue des champions par Manchester United, voilà que le Qatari est désormais dans le collimateur de la justice française.

Al Khelaïfi qui est également patron de la chaîne beIN Sports a été mis en examen pour « corruption active » dans l’enquête sur des soupçons de corruption en marge des candidatures de Doha aux Mondiaux d’athlétisme de 2017 et 2019, a-t-on appris jeudi de source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

D’après le quotidien, en enquêtant sur le dopage des athlètes russes et ses ramifications financières, le juge Renaud Van Ruymbeke aurait découvert des virements qui devaient faciliter l’attribution à Doha des Championnats du monde d’athlétisme 2017, finalement obtenus pour l’année 2019. L’IAAF avait finalement choisi Londres pour organiser la compétition et Doha pour 2019. Des accusations que balaye d’une chiquenaude son avocat Francis Szpiner, cité par Le Parisien, « ces incriminations ne reposent sur aucun élément de preuve tangible ».

Nasser Al-Khelaïfi avait déjà été placé en mars sous le statut de témoin assisté dans cette information judiciaire ouverte à Paris, qui vise également les conditions d’attribution des JO de Tokyo 2020 et de Rio 2016. Il a été convoqué à nouveau le 16 mai par le juge Renaud Van Ruymbeke, mais Nasser Al-Khelaïfi ne s’était pas présenté, invoquant sa présence à la finale de la Coupe de l’émir du Qatar de football, et a été mis en examen par courrier, selon des sources concordantes.

Les magistrats financiers s’interrogent sur deux versements d’un total de 3,5 millions de dollars, réalisés à l’automne 2011 par la société Oryx Qatar Sports Investment, détenue à égalité par Nasser Al-Khelaïfi et son frère Khalid, au profit d’une société de marketing sportif dirigée par Papa Massata Diack, le fils de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme Lamine Diack. À cette époque, Doha ambitionnait d’accueillir les Mondiaux d’athlétisme de 2017, organisés par l’IAAF, et les JO de 2020.

« Ces faits ne le concernent pas »

Les juges d’instruction cherchent à déterminer si, en contrepartie de ces versements, Lamine Diack, patron de l’athlétisme mondial de 1999 à 2015, a œuvré, d’une part, au report des dates d’organisation de ces deux compétitions, en raison des conditions météo du pays. Et d’autre part, à l’obtention de votes de membres de l’IAAF en faveur du Qatar pour les Mondiaux.

Dans une réaction transmise à l’Agence France-Presse, l’avocat de Nasser Al-Khelaïfi, Me Francis Szpiner, a contesté toute malversation de son client. Il y assure que les fonds versés par Oryx étaient « parfaitement tracés » et que le patron de beIN Sports « n’a validé aucun paiement de quelque nature que ce soit en lien avec les faits allégués ». « Nasser Al-Khelaïfi n’est ni un actionnaire ni un dirigeant, de la société Oryx en 2011. Il n’intervient ni directement ni indirectement, dans la candidature de la ville de Doha. […] Ces faits ne le concernent pas », a-t-il insisté.

Dans ce dossier, un proche du dirigeant du Paris SG, Yousef Al-Obaidly, directeur général du groupe de médias beIN, a été mis en examen le 28 mars, également pour « corruption active ». Lamine Diack l’a, pour sa part, été pour « corruption passive » la veille. Son fils est par ailleurs visé depuis le 18 avril par un mandat d’arrêt émis par les juges d’instruction pour des soupçons de « corruption passive » et de « blanchiment aggravé », selon une source proche du dossier. Avec AFP

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Sports

Cherif Mellal (JSK) et Tarek Arama (CSC) suspendus deux ans

Publié

le

 Les présidents du CS Constantine Arama Tarek et de la JS Kabylie Mellal Cherif ont écopé de deux ans de suspension fermes de toute fonction officielle et/ou activités en relation avec le football avec proposition de radiation à vie de toutes compétitions ou activités sportives, a indiqué la Ligue de football professionnel (LFP) sur son site officiel.

La commission de discipline a décidé également de défalquer trois points aux deux équipes appliquée la saison prochaine suite aux déclarations aux médias des présidents du CS Constantine et et JS Kabylie à l’issue de la dernière journée de la saison 2018-2019.

Outre les trois points défalqués aux deux équipes, la commission de discipline  a donné match perdu pour le CSC et la JSK de la 30e journée du championnat saison 2018-2019 sans attribuer les points à l’équipe adverse.

La JS Kabylie et le CS Constantine devront en outre s’acquitter d’une amende d’un million de dinars chacun.

Tout a commencé à l’issue du match JS Kabylie – CABB Arréridj (2-0), disputé le 26 mai et comptant pour la 30e et dernière journée de Ligue 1 de football.

Le président kabyle avait jeté un pavé dans la mare en accusant le directeur général du CSC, Tarek Arama, de vouloir exiger la somme de 2,5 milliards de centimes pour battre l’USMA et offrir le titre à la JSK, chose que le dirigeant constantinois a nié en bloc. La JSK comptait sur une défaite ou un match nul de l’USMA à Constantine pour remporter le titre, revenu finalement aux Algérois, vainqueurs (3-1).

Quelques jours plus tard, Mellal a diffusé un enregistrement téléphonique avec Arama dans lequel ce dernier a accusé l’USMA de tentative de corruption, tout en incitant Cherif Mellal à verser aux joueurs constantinois une prime exceptionnelle pour les motiver à battre le club algérois.

Dans un communiqué publié récemment, l’USMA a rejeté toute tentative d’arranger le match : « Monsieur Arama devra répondre à la justice de notre pays pour ces graves accusations. La direction de l’USMA compte faire-valoir ses droits et poursuivre en justice toute partie qui a accusé le club sans apporter de preuves » APS

Continuer la lecture

Sports

CAN-2019: le parcours des Verts en 17 phases finales

Publié

le

 Parcours de la sélection algérienne de football en 17 phases finales de Coupe d`Afrique des nations (CAN), à la veille de la 32e édition, prévue du 21 juin au 19 juillet en Egypte:

Année    Pays             J   G   N   P     BP   BC   Parcours

1968   (Ethiopie)          3   1    0   2       5     6       1er tour

1980   (Nigeria)           5   3    1   1       6     7       2e

1982   (Libye)              5   2    1   2       5     6       4e

1984   (Côte d`Ivoire)  5   3    1   1     8     1     3e

1986   (Egypte)           3   0    1   2       2     3      1er tour

1988   (Maroc)            5   2    1   2       4     4      3e

1990   (Algérie)           5   5    0   0     13     2    CHAMPION

1992   (Sénégal)          2   0    1   1       1     4    1er tour

1996   (Afrique du Sud) 4   2    1   1       5     3   1/4 de finale

1998   (Burkina Faso)   3   0    0   3       2     5    1er tour

2000 (Ghana/Nigeria)   4   1    2   1       5     4     1/4 de finale

2002     (Mali)              3   0    1   2       2     5       1er tour

2004     (Tunisie)          4   1    1   2       5     7      1/4 de finale

2010     (Angola)          6   2    1   3       6    10       4e

2013  (Afrique du Sud)  3   0    1   2       2     5    1er tour

2015  (Guinée équatoriale) 4   2    0   2   6     5   1/4 de finale

2017  (Gabon)              3   0     2   1     5     6        1er tour

—————————————————————————————-

Totaux:                       67  24  15  28   82  83.

Continuer la lecture

Sports

Attribution du Mondial-2022 au Qatar: Michel Platini en garde à vue

Publié

le

Trois ans après l’ouverture d’une enquête en France pour corruption sur les conditions d’attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar, l’ancien patron de l’UEFA Michel Platini a été placé mardi en garde à vue tandis que l’ex-bras droit de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, était entendu en audition libre.

L’ancienne star de l’équipe de France (64 ans vendredi), qui fut aussi vice-président de la Fifa jusqu’en 2015, et l’ancienne conseillère sports de Nicolas Sarkozy, Sophie Dion, ont été placés en garde à vue mardi matin dans les locaux de l’office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF), à Nanterre, près de Paris, a-t-on appris auprès d’une source judiciaire et d’une source proche de l’enquête, qui confirmaient une information de Mediapart.

Lui aussi convoqué mardi, l’ex-secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant était pour sa part interrogé comme suspect libre.

Michel Platini « n’a strictement rien à se reprocher et affirme être totalement étranger à des faits qui le dépassent », ont indiqué mardi en début d’après-midi les conseils de l’ex-patron de l’UEFA dans un communiqué. Ils affirment qu’il ne s’agissait « en aucun cas d’une arrestation, mais d’une audition comme témoin dans le cadre voulu par les enquêteurs, cadre qui permet d’éviter que toutes les personnes entendues, puis confrontées, ne puissent se concerter en dehors de la procédure ».

Michel Platini, qui avait déjà été entendu en audition libre, « s’exprime sereinement et précisément, répond à toutes les questions, y compris celles sur les conditions d’attribution de l’Euro 2016, et a fourni des explications utiles », ajoutent-ils, soulignant qu’il était « absolument confiant sur la suite ».

Ces auditions se déroulent dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier (PNF) en 2016 pour « corruption privée », « association de malfaiteurs », « trafic d’influence et recel de trafic d’influence » pour examiner les conditions d’attribution des Coupes du monde de football 2018 et 2022.

Le même jour, le 2 décembre 2010, le Mondial-2018 avait été attribué à la Russie (face notamment à l’Angleterre éliminée dès le 1er tour) et à la surprise générale, le Mondial-2022 au Qatar, vainqueur au dernier tour face aux Etats-Unis.

La désignation de ce richissime émirat gazier, où les températures brûlantes en été rendent la pratique du football difficile voire impossible, avait immédiatement déclenché des soupçons de corruption, et été l’un des déclencheurs de la grave crise qui a secoué la Fifa à partir de 2015.

En octobre 2015, l’ancien président de la Fifa Sepp Blatter avait ajouté à la polémique en mettant en cause la France. Selon sa version, « un arrangement diplomatique » existait pour que les Coupes du monde 2018 et 2022 aient lieu en Russie puis aux Etats-Unis, un plan qui aurait échoué à cause de « l’interférence gouvernementale de M. Sarkozy » qui aurait entraîné, toujours selon le Suisse, une volte-face de Michel Platini, président de l’UEFA.

– Réunion secrète –

La justice française s’intéresse en particulier à « une réunion secrète » au Palais de l’Elysée le 23 novembre 2010, à laquelle participaient Nicolas Sarkozy, Tamim ben Hamad al-Thani (alors prince héritier du Qatar devenu Emir en 2013), et Michel Platini, révélée par France Football. Son but supposé: s’assurer que Platini voterait pour l’émirat. Un « tissu de mensonges », s’était indigné l’ancien numéro 10 des Bleus.

Mardi, M. Blatter a fait part sur la chaîne suisse RTS d' »une grande surprise ». Il a de nouveau évoqué un coup de téléphone avec M. Platini, son ex-ami et allié. « Je me rappelle ce moment, c’était vers la fin du mois de novembre en 2010, après qu’il a été invité à l’Elysée où il a rencontré le président Sarkozy qui, lui, avait rencontré le prince héritier, l’actuel émir du Qatar », a-t-il raconté.

Le Français lui aurait dit que le consensus trouvé « pour aller en 2018 en Russie et en 2022 aux Etats-Unis n’allait peut-être pas se réaliser parce que M. Sarkozy lui (avait) demandé si lui ou d’autres pouvaient voter pour le Qatar. »

M. Blatter a pour sa part été suspendu six ans par la Fifa « de toute activité liée au football » pour un paiement controversé de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) à Michel Platini, lui aussi suspendu quatre ans. En mai 2018, ce dernier a été mis « en l’état » hors de cause par la justice suisse qui enquêtait sur ce versement

AFP

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires