Connectez-vous avec nous

Actu

Titi Haddad : « On doit passer à l’offensive »

Publié

le

La militante féministe de gauche, Titi Haddad, figure de proue du mouvement populaire à Béjaïa, a insisté, dans un post sur sa page Facebook, sur la nécessité de l’auto-organisation pour sortir du blocage actuel et ouvrir de réelles perspectives de changement en faveur des plus démunis. Document

Un mois et demi nous sépare de la mascarade du 04 juillet, doit-on laisser passer cette élection ? Certainement pas.

Les masses doivent se décider enfin à s’organiser, on ne peut avancer et faire évoluer le mouvement sans organisation, il est plus qu’urgent de retourner à nos lieux de travail et nos lieux d’existence afin de s’auto-organiser.

Les travailleurs doivent impérativement se mettre dans le bain, seule leur force peut faire basculer les choses, avec bien sûr les femmes, les jeunes, les chômeurs…

Toutes ces catégories sociales doivent discuter et débattre de leur situation d’abord et de l’avenir du mouvement, la solution doit venir des camps des opprimés, on ne va tout de même pas laisser ce pouvoir autoritaire, décider de notre sort !

Ne laissons pas trois mois de révolte populaire partir en vain.
On doit se mettre à l’offensive, réagissons, il y va de la survie de notre révolution enclenchée depuis le 22 février.

La grève générale est-elle à l’ordre du jour ?

Les premiers acquis du mouvement, notamment le départ de Bouteflika ont été le résultat de la grève du 10 mars ! Alors, oui, seule la grève générale pourra empêcher ces élections présidentielles du 04 juillet et faire basculer les choses en notre faveur.

Les syndicats, les travailleurs, doivent jouer leur rôle, ils doivent se mettre eux aussi dans la dynamique populaire, non pas en tant que citoyens mais en tant que classe, ils doivent impérativement s’impliquer dans le mouvement en sortant comme cela a été le cas au début du mouvement durant les jours de la semaine.

Le mouvement populaire ne doit absolument pas s’effriter, ils nous attaquent par tous les moyens possibles, pour nous freiner et nous déstabiliser. Mais nous, on doit répondre par l’unité des travailleurs, des femmes, des chômeurs, des jeunes… On doit tous s’unir dans notre même combat pour dégager le système.

Vive la révolution du 22 février !

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

Populaires