Connectez-vous avec nous

Actu

L’administrateur d’une page Facebook appelle à tuer Saïd Djabelkhir

Publié

le

L’intolérance islamiste a la peau dure, même en ces temps d’éveil collectif. La dernière sortie médiatique de Saïd Djabelkhir, chercheur algérien en islamologie, n’a pas été du goût des gardiens du temple wahhabite qui n’ont pas tardé à demander sa tête.

Saïd Djabelkhir est connu pour ses déclaration assez documentée qui vont à l’encontre de la propagande wahhabite axée sur une conception rigoriste et erronée de la religion musulmane.

Hier, il est revenu, lors d’une émission sur une chaîne TV privée, sur la pratique du jeûne pendant le mois de ramadhan qu’il qualifie de non-obligation, en se basant sur des versets coraniques. « Il est communément admis que même les compagnons du prophète ne faisaient pas tous carême, sans que cela puisse choquer qui que ce soit à cette époque », dit en substance Saïd Djabelkhir.

C’est cette déclaration qui a suscité le courroux de certains milieux obscurantistes et suspects qui, au lieu de répondre par des arguments, ont carrément appelé sur les réseaux sociaux à sa liquidation physique.

C’est le cas de cette page Facebook « Boufarik city » qui considère que Saïd Djabelkhir se moque du « Coran, de la sunna et de Abu Hourayra » et appelle les internautes à le tuer, tout en donnant son adresse personnelle.

| LIRE AUSSI : Agression de Bouzeréah : entre le caché et le cachot ?

Il faut rappeler que Saïd Djabelkhir avait déjà suscité la polémique par ses déclarations sur la fiabilité de Abou Hourayra comme source des hadiths. Un point de vue partagé d’ailleurs par la majorité des islamologues, en dehors des wahhabites, qui estiment qu’il est impossible que Abou Hourayra ait pu écouter et enregistrer autant de paroles du prophète au regard du peu de temps qu’il a eu à passer en sa compagnie.

D’ailleurs, même Omar Ibn El-Khatab, 2e calife de l’islam, et Aïcha, la « mère des croyants », avaient remis ce personnage à sa place suite aux hadiths suspects qu’il a attribués au prophète. Des faits historiques que les imams saoudiens et leurs « agents » algériens préfèrent taire, pour laisser l’Algérie sombrer dans l’obscurantisme.

Aujourd’hui les internautes épris de justice et de liberté se posent la question sur le rôle de la DGSN qui brille à chaque fois par son silence face à ces dépassements et ces appels au meurtres lancés sur les réseaux sociaux et sur les chaîne télé privées. Un silence considéré comme une complicité au vu de la situation politique que vit le pays, qui en dit long sur la volonté de laisser la société progressiste en proie à la violence de certains obscurantistes.

A. G.

Publicité
1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
amrou Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
amrou
Invité
amrou

halte à l intolerance svp. on a la dictature militaire en face de nous

Actu

La section Cnes de Tizi Ouzou répond à Abdelhafid Milat

Publié

le

La section Cnes (Conseil national des enseignants du Supérieur) de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou répond au coordonnateur Abdelhafid Milat qui avait apporté un soutien inconditionnel au chef d’état-major de l’ANP, le général Ahmed Gaïd Salah, et ce, au nom des enseignants universitaires. Nous reproduisons ci-dessous la déclaration réponse de la section Cnes de l’université Mouloud-Mammeri. Document.

L’auteur de « La feuille de route de l’université algérienne pour un dialogue national. », qui s’est autoproclamé coordinateur national du CNES, vient de jeter encore une fois l’opprobre, cette fois-ci sur la famille universitaire dans son ensemble, après qu’il l’ait fait sur les enseignants en menant, en décembre 2016, un putsch contre la direction légitime du syndicat CNES, pour le compte des décideurs d’alors, aujourd’hui dénommés en chœurs par tous les algériens : « El Aissaba ».
Par cette démonstration de charme, l’auteur de cette infâme proposition, dénoncée y compris par certains de ses acolytes du putsch et de ceux qui l’ont rejoint et soutenu plus tard, ne fait qu’offrir ses services à ceux qui s’attellent à la reconstruction du système avant même sa chute à travers une contre-révolution bien coordonnée.


Même si le soutien dont il bénéficie de tous les segments du pouvoir et la médiatisation de son initiative par les médias sont un indicateur clair des cercles où il émarge, ce syndicaliste en service commandé, a pu induire en erreur certains esprits fragiles en faisant apparaître sa « feuille de route » comme celle de toute l’université. Mais l’engagement des étudiants, qui marchent chaque mardi depuis le 26 février dernier, des enseignants et des fonctionnaires, qu’ils soient syndiqués ou pas, qui organisent débats, grèves et sit-in, qui sont de toutes les marches depuis le début, est là pour prouver le contraire.


Pour éclairer l’opinion publique en général et la communauté universitaire en particulier, un court rappel des péripéties du syndicat s’avère nécessaire. Ce pseudo syndicaliste était le chargé de mission de « El Aissaba » durant la période 2015-2017, quand la section de l’UMMTO avait mené bataille pour remettre le CNES sur sa ligne originelle. Sa mission consistait à récupérer le syndicat pour le compte de ses maîtres à travers le congrès en préparation. Voyant ses chances de succès réduites à néant, il organise un putsch en réunissant, en décembre 2016, 05 sections acquises à lui à Constantine sous le nom de « congrès » avec la bénédiction et le soutien du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et du ministre du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale de l’époque (2017), ayant agit tous au nom et pour le compte de « El Aissaba ». Le CNES, quant à lui, organise son congrès en janvier 2017 et élit M. Azzi, nouveau coordinateur national, mais la bataille de procédures judiciaires, mal menée par la nouvelle direction, et le soutien dont jouit ce pseudo syndicaliste de la part du pouvoir et la partialité de l’appareil judiciaire, ont fini tout récemment (juin 2019) par invalider ce congrès.


Aujourd’hui, celui qui a troqué son allégeance à Ould Abbes et au 5ème mandat, est décrié même par ceux qui l’ont soutenu jusque là. 
Pour ceux qui s’empressent de régler leurs comptes avec le CNES, quitte à saper l’unité des rangs au moment où le mouvement populaire en a le plus besoin, la section CNES de l’UMMTO (le CNESTO) leur dit qu’ils auront toute la latitude de le faire une fois le mouvement arrivé à bon port. Pour l’heure, la priorité est au rassemblement de toutes les énergies saines au sein de l’université qui ne peut pas et ne doit pas se dérober au rôle qui est le sien. Le CNESTO, pour sa part, a dès le début du mouvement populaire, rendu publique sa position et ne s’en est jamais départie. Les différentes déclarations toujours consultables sur son compte Facebook en sont les témoins. Conscient de ce rôle et fidèle à l’histoire et aux traditions de l’UMMTO, le CNESTO ne s’est pas contenté de déclarations et de participation aux marches du mardi et du vendredi, mais a mis en place un cercle de débat et de réflexion, « Les Débats de l’UMMTO », qui est devenu en quelques semaines un passage obligé pour toutes les personnalités engagées dans le mouvement aussi bien pour les universitaires que pour les acteurs politiques. 


Pour finir, le CNESTO considère que ce qui est donné à voir comme une proposition de feuille de route émanant de l’université, s’inscrit dans la manœuvre globale en cours visant à faire passer l’option d’une présidentielle avant le démantèlement entier du système (ce qui revient à dire : son maintient), en créant l’illusion d’une large adhésion du peuple à celle-ci (lâab hmida ou recham hmida).


De ce fait, cette démarche et cette manœuvre, ne peuvent être que disqualifiées, comme l’ont déjà été les différentes feuilles de routes commandées par le système – toujours en place, faut-il le rappeler– pour les mêmes raisons.


Le dialogue par définition, présuppose l’existence de deux parties. Par conséquent, il ne peut y avoir de dialogue sans une reconnaissance, claire et sans équivoque, au préalable, de la légitimité des revendications du mouvement populaire. 


Partant du principe que « le peuple est la source de tout pouvoir » (article 7) et que « la souveraineté nationale lui appartient en exclusivité, souveraineté qu’il exerce par l’intermédiaire des institutions qu’il se donne et qu’il [le peuple] l’exerce aussi par voie de référendum et par l’intermédiaire de ses représentants élus » (article 8), un véritable dialogue ne peut se tenir que si, et seulement si, les conditions suivantes sont réunies :
 Libération immédiate et sans condition de tous les détenus d’opinion
 Arrêt des arrestations arbitraires et des poursuites judiciaires pour délit d’opinion
 Libération du champ politique et médiatique
 Garanties par le pouvoir réel (l’institution militaire) du respect de toutes les libertés démocratiques : libertés individuelles et collectives, notamment la liberté d’expression, de circuler, de se rassembler, de manifester pacifiquement et de s’organiser
 Départ des symboles du système 
 Ordre du jour devant porter impérativement sur les mécanismes d’une transition démocratique et non pas sur l’organisation d’une présidentielle. 
En cette période cruciale de l’histoire du pays, l’université est plus que jamais interpellée, d’abord en tant qu’institution sociale qui ne peut être qu’actrice dans les profonds changements se passant autour d’elle pour continuer à mériter son nom, ensuite en tant qu’institution dont le rôle est la production du savoir nécessaire à la compréhension des évènements et à la suggestion de solutions. 


Le CNESTO réaffirme son engagement pour et avec le mouvement populaire (le Hirak) qui persiste et insiste sur son exigence du départ de tous les symboles du système, condition sine qua non à un dialogue sincère et appelle tous les enseignants universitaires, syndiqués ou pas, à s’organiser, à maintenir la mobilisation, et à rester vigilants face aux tentatives de division et de dévoiement de la révolution.


P/ Le conseil syndical CNES-UMMTO
Le samedi 20 juillet 2019

Continuer la lecture

Actu

Heurts entre supporters algériens et policiers à l’aéroport du Caire

Publié

le

Comme nous l’annoncions précédemment des centaines de supporters algériens sont abandonnés par les autorités qui les ont acheminés au Caire.

L’équipe nationale est rentrée avec la gloire, quant à ces centaines de fans partis dans les 37 avions affrétés pour la soutenir, ils sont tout simplement abandonné à leur sort à l’aéroport de la capitale égyptien.

Impatients et à bout de nerfs, ils se sont pris au mobilier de l’aéroport provoquant une intervention musclée de la police égyptienne.

Continuer la lecture

Actu

Le bus des Verts ! Guedioura filme la folie des supporters

Publié

le

Une marée humaine a accueilli samedi les joueurs de l’équipe nationale championne d’Afrique des nations.

Moment de communion entre une jeunesse sevrée d’espoir et de victoires et une équipe nationale pleine de panache qui a montré de réelles qualités techniques lors de cette CAN 2019 qui a eu lieu en Egype.

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires