Connectez-vous avec nous

Actu

WhatsApp n’est pas si sûr que ça !

Publié

le

La messagerie WhatsApp n’est finalement pas aussi sûre qu’on ne le prétend. L’application de messagerie, qui a fondé son immense popularité sur sa bonne réputation en matière de sécurité, a admis aujourd’hui 14 mai avoir été infectée par un logiciel espion.

Une faille sécuritaire – dévoilée par le Financial Times, et résorbée lundi dans la dernière mise à jour de WhatsApp – a permis à des pirates informatiques d’insérer un logiciel malveillant sur des téléphones en appelant les utilisateurs de l’application, même si ces derniers n’ont pas décroché.

Le Financial Times cite un vendeur de logiciels d’espionnage affirmant que ce programme avait été mis au point par une société israélienne bien connue des services de renseignement de différents pays, NSO Group, accusée d’aider des gouvernements du Moyen-Orient au Mexique à épier des militants et des journalistes.

Il faut imaginer qu’on peut utiliser toutes les ressources de votre téléphone sans témoin d’activité de type voyant rouge, ajoute Loïc Guézo, secrétaire général du Clusif, le Club de la sécurité de l’information français.

Potentiellement, les attaquants ont eu accès au contenu des téléphones intelligents infectés – contacts, messages, photos… – et ils ont pu installer des logiciels pour écouter, ou visualiser, l’environnement des propriétaires de ces appareils, sans qu’ils s’en rendent compte.

Dans un communiqué envoyé à l’AFP, un porte-parole de Whatsapp appelle les usagers à télécharger la dernière version de notre application, et à mettre régulièrement à jour celle du système d’exploitation de leur téléphone.

Rachetée par Facebook en 2014 pour 22 milliards de dollars, la messagerie a construit sa bonne réputation sur la sécurité et de protection des données, avec cette promesse que peut lire tout usager sur son application : Vos messages et appels sont protégés par le chiffrement de bout en bout, ce qui signifie que ni WhatsApp ni des tierces parties ne peuvent les lire ou les écouter.

Source : radio-canada

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Heurts entre supporters algériens et policiers à l’aéroport du Caire

Publié

le

Comme nous l’annoncions précédemment des centaines de supporters algériens sont abandonnés par les autorités qui les ont acheminés au Caire.

L’équipe nationale est rentrée avec la gloire, quant à ces centaines de fans partis dans les 37 avions affrétés pour la soutenir, ils sont tout simplement abandonné à leur sort à l’aéroport de la capitale égyptien.

Impatients et à bout de nerfs, ils se sont pris au mobilier de l’aéroport provoquant une intervention musclée de la police égyptienne.

Continuer la lecture

Actu

Le bus des Verts ! Guedioura filme la folie des supporters

Publié

le

Une marée humaine a accueilli samedi les joueurs de l’équipe nationale championne d’Afrique des nations.

Moment de communion entre une jeunesse sevrée d’espoir et de victoires et une équipe nationale pleine de panache qui a montré de réelles qualités techniques lors de cette CAN 2019 qui a eu lieu en Egype.

Continuer la lecture

Actu

Hadj Ghermoul libéré

Publié

le

Le jeune militant Hadj Ghermoul est enfin libre après six mois passés en détention.

Hadja Ghermoul est l’un des premiers à s’afficher contre le 5e mandat de Bouteflika en brandissant une pancarte sur les réseaux sociaux. Cet acte lui vaudra une mise en détention des plus arbitraires.

Pour rappel, Hadj Ghermoul, 37 ans, marié, deux enfants, chômeur de son état et militant du Comité national de défense des droits des chômeurs (CNDDC), avait brandi début janvier une pancarte pour dire son refus d’un 5e mandat de Bouteflika.

Arrêté et présenté en comparution immédiate devant le tribunal de Mascara, le 29 janvier dernier, il a été jeté en prison dans les heures qui ont suivi.

Le  2 avril, une marche a été organisée à Mascara pour demander la libération immédiate de Hadj Gharmoul, surtout que, selon Tahar Belabès de la CNDDC,  la justice a pris la décision de le transférer vers la prison de Reggane à Adrar, loin de sa famille et des ses amis.

A quand la libération de la centaine d’autres manifestants pacifiques qui croupissent encore injustement dans les prisons algériennes ?

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires