Connectez-vous avec nous

Actu

Jour et nuit, les Algériens ont marché pour exiger le départ du système

Publié

le

Des millions d’Algériens sont sortis le vendredi 10 mai pour réclamer un changement du système.

Fidèles à leurs revendications, les Algériens n’ont pas décalé d’un pas sur les mots d’ordre lancés dès le 22 février.

Malgré les aléas du jeûne et un temps chaud avec des températures estivales ayant frôlé les 30 degrés, la mobilisation des manifestants ne s’est pas essoufflée en ce premier vendredi du mois de Ramadhan qui a coïncidé avec le 5ème jour du mois sacré, maintenant la même dynamique et les mêmes revendications relatives au « changement radical » et à « l’instauration d’une démocratie réelle », écrit l’APS.

Arpentant les rues de la capitale sous un soleil de plomb, les manifestants ont réitéré leurs revendications habituelles, insistant notamment sur le départ de tous les symboles du système.

En ce sens, on pouvait lire sur les banderoles et pancartes : « Pour le départ des autres B » (Bensalah, Bedoui et Bouchareb), « Poursuite en justice de tous les symboles du système », « Pour une commission indépendante de surveillance des élections », « Djeich, chaab khaoua khaoua » (Armée et peuple sont frères), et « Non à l’élection présidentielle du 4 juillet ». Le général-major Gaïd Salah n’a pas été épargné par les manifestants qui lui reproche de vouloir imposer son agenda aux Algériens.

Suivez notre choix de tweets qui raconte cette révolution citoyenne.


A l’instar des précédents vendredis, les premiers groupes des manifestants ont commencé à affluer vers l’esplanade de la Grande poste et la Place Maurice Audin, lieux privilégiés de regroupement des manifestants depuis les premières marches du 22 février dernier.
Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

Tags

Populaires