Connectez-vous avec nous

Actu

Ali Boucherka : les acquis et les défis du mouvement

Publié

le

Ali Boucherka est sociologue et fonctionnaire de l’éducation nationale. Il participe activement au débat sur le mouvement populaire en cours. Nous reproduisons ci-dessous son analyse publiée sur sa page facebook avec son aimable autorisation.

Toute réalisation est un couronnement d’un processus préexistant, toute victoire est tributaire des conditions initiales qu’ils l’ont rendu possible. 
Une révolution naît de la coagulation d’un tissu de réalités sociales exogènes à première vue, mais qui reconstitue une unité de forme et de sens à mesure que l’évolution de la dialectique qui l’anime établit les connexions logiques entre les versants disparates, ramène les conséquences vers les causes, et éclaire la conscience collective sur les antagonismes internes au principe de la réalité perçue. Une révolution est l’aboutissement de cette dynamique de reconstitution du réel. 

Cette chaîne de causalité ne trouve son déploiement effectif qu’à la phase de son surgissement social, comme expression commune à la fois d’un refus d’une vie faite d’aliénation, accompagnée d’une volonté de la transformer. 
C’est une entreprise qui exprime dans son fond une détermination pour une reprise en main de la vie sociale dans la diversité de ses secteurs, et la variété de ses formes d’expression. 

Plus concrètement, la révolution qui se déroule sous nos yeux porte en elle une colère nourrit de décennies de privation et d’assujettissement à un régime autoritaire, prédateur, et anachronique.

Le dégagisme observé n’a de rapport avec aucune velléité nihiliste comme le pense certains, bien au contraire, il est une réplique symétrique de la même ampleur que le dégagisme du pouvoir et sa volonté d’évacuer la société algérienne et la couper de ses droits, de son espace public, de ses institutions, et de sa légitimité qui est au principe même de la souveraineté de l’Etat, et en celà, le peuple ne fait que rendre la monnaie de sa pièce a un pouvoir qu’il l’a longtemps relégué au rôle de foule sauvage, immature et incompatible à la démocratie.

Les acquis

À l’heure actuelle, des acquis indéniables sont à souligner :
– L’émergence d’une espérance collective au changement, et qui nourrit la dynamique actuelle et l’inscrit dans le temps, où l’emprise du fatalisme anesthésiant fut surmontée, véritable victoire du corps social contre lui même.

– L’émergence d’une communauté politique résolument inscrite dans une configuration nationale, et l’évolution significative du cadre de pensée tribalo-regionale préexistant.

– Le retour du politique comme valeur, comme rapport structurant, et comme objet d’investissement individuel et collectif. 

– La mobilisation massive de la femme algérienne, comme acteur politique et citoyen, c’est un signal d’une évolution voire d’une mutation anthropologique qui échappe encore au radars de l’officialité socio-institutionnelle, mais il reste qu’une dynamique est à l’oeuvre, souterraine, et profonde dont nous aurons a constater son ampleur, et sa concrétisation dans les années à venir. 

– La réappropriation collective de l’espace public comme un bien commun de la collectivité, où s’exerce la médiation et l’animation de la vie citoyenne. 

– La dé-caporalisation même partielle des corps intermédiaires qui retrouvent leur fonction initiale d’opérateurs et moderateurs et de porteurs de la vie sociale et de ses revendications.

Ce sont là qu’une synthèse partielle des acquis arrachés par la société par et grâce à son investissement et sa lutte.

Les défis

Inutile ici de procéder par énumération tous les défis présents et futurs, une totalisation de cette sorte ne serait quapproximative en dernière instance.
Notons en premier que l’unité de la révolution et son pacifisme sont des conditions vitales a préserver quel qu’en soit le prix, ils en sont sa garantie et la condition de sa pérennité. 

Aussi, et au regard des derniers développements notamment liés aux arrestations, il est désormais clair que le commandement militaire opère une opération mains propres, a coup de diversion et de compagne de communication relayée par des médias-a-gage, pour orchestrer une diversion. 

Stratégie construite sur deux volets : 
1- Le volet lié au dossier de la corruption : traitement expéditif, l’objectif attendu est à la fois de se payer une crédibilité au yeux de la société pour la diviser entre soutiens et opposants, il nous renseigne sur un processus de re-concentration des pouvoirs aux mains du commandement militaire, et l’emprise intégrale de ce pôle sur l’autorité publique et les institutions.
il use de la pression populaire comme un levier pour liquider ses potentiels ennemis, anciens alliés, mais aussi pour cantonner la volonté du changement au seul personnel politique et sécuritaire.

2- Le volet politico-institutionnel : continuité et compromission.
Les demandes populaires sont littéralement ignorées, l’activation de l’article 102, nomination de ben salah, le maintien de bedoui et son gouvernement, appui à la farce électorale du 04 juillet prochain, et l’insistance sur la solution constitutionnelle sont le signe manifeste d’une contre révolution, et une volonté de ravalement de façade du régime. 

Abolir les lois liberticides, l’activation des articles 7 et 8, permettant une mise en place d’institutions de transition d’émanation extérieure au régime, sont des conditions sine qua non à tout processus crédible.

Une révolution qui triomphe est celle qui toucherait à la nature du pouvoir, à sa séparation par sa limitation et sa répartition pour éviter la régénérescence du système autoritaire. C’est aussi celle qui légalise les pratiques et le fonctionnement des institutions, celle qui consacre les droits et les garanties inhérentes a leur exercice. 

C’est là la voie qui enveloppe les défis qui appellent discernement, détermination, responsabilité, et vigilance. En somme, des institutions, des pouvoirs, du fonctionnement et des procédures.

La révolution est condamnée à s’accomplir au risque de se retourner contre elle même, elle est par définition, totale ou fatale.

Ali Boucherka

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

Tags

Populaires