Connectez-vous avec nous

Politique

L’acte 11 : Gaïd Salah décrié

Publié

le

Le 11e rendez-vous de mobilisation est un autre grand succès du mouvement populaire. Ceux qui misaient sur un essoufflement ou sur un recul du mouvement, à la suite des multiples manœuvres du pouvoir, de ses discours pléthoriques illisibles et des tentatives désespérées de semer la zizanie et le doute au sein de la population, en ont pris pour leur grade.

Le pouvoir recroquevillé sur lui-même, poussé dans ses retranchements par une mobilisation qui n’est pas prête à faiblir comme on le souhaite en haut lieu, est tétanisé par la perspective de rendre compte du désastre profond auquel il a conduit le pays. La corruption généralisée, la gestion catastrophique des affaires du pays et le bradage de ses ressources naturelles ont occasionné une rupture définitive avec les classes populaires qui ont subi de plein fouet les conséquences de ces politiques criminelles. Le séisme du 22 février a eu raison de Bouteflika, mais l’essentiel des artisans de la déroute du pays sont toujours là.

Le peuple conscient de ses forces, mais aussi de ses faiblesses, a manifesté jusque là une patience inouïe. Il garde le cap et réitère, à chaque occasion, sa revendication centrale qui est la chute du régime.   

Bouteflika a été contraint de quitter le pouvoir. En effet, devant une mobilisation aussi massive, le pouvoir ne pouvait pas recourir à la force comme il l’a toujours fait. Il consent à se départir d’un président malade, mais ne manifeste aucun signe allant dans le sens de rendre le pouvoir au peuple. Les semaines passent et se ressemblent et le face-à-face tendu est toujours de vigueur. Gaïd Salah, le chef d’état-major de l’armée, est entre- temps devenu l’homme fort du régime. Il multiplie les discours où il jure accompagner le mouvement et aider à la satisfaction de toutes ses revendications, mais en même temps, il nous propose un gouvernement et un président que le peuple rejette massivement.

En guise de transition, il suggère des élections présidentielles dont personne n’en veut. La rue maintient le cap et le pouvoir use de stratagèmes dont l’unique but est de malmener la mobilisation et la diviser.

Une justice aux ordres

Même l’opération ‘’mains propres’’ déclenchée par un appareil judiciaire inféodé au régime, sous l’injonction de Gaïd Salah, n’a pas eu l’effet escompté. Le piteux spectacle qu’elle a offert aux Algériens par l’entremise des médias de l’Etat et de quelques chaînes privées et les fausses réjouissances de la clientèle habituelle du pouvoir n’ont dupé personne et ont fini, au contraire, par mettre à nu le roi. Conscient qu’il a perdu toute crédibilité, Gaïd Salah multiplie les interventions et les propos contradictoires et incohérents.

Gaïd Salah contesté

Convaincu que l’homme fort du moment ne cherche qu’à gagner du temps en usant de ruses, de diversion et du double discours, le peuple a montré son mécontentement à son égard dès le vendredi 26 mai.

Ce 11e  rendez-vous acte, par l’ampleur du rejet du chef d’état-major de l’armée et la radicalité des slogans affichés ou scandés, une rupture définitive avec le pouvoir.

Gaïd Salah a perdu toute crédibilité aux yeux des masses populaires qui occupent la rue depuis le 22 février. Il n’est plus l’homme de la situation. 

L’Assemblée constituante

La force et la profondeur du mouvement populaire sont incontestables, néanmoins, il lui reste les faiblesses à surmonter. La tâche est gargantuesque, car le mouvement doit se trouver des formes d’organisation adéquates et proposer une transition viable à même de barrer la route aux opportunistes de tous bords et aux partisans des changements cosmétiques.

L’Assemblée constituante demeure, par le processus et le débat profond qu’elle implique, une solution qui peut concrétiser une rupture radicale avec le pouvoir en place et conduire vers un changement significatif de la société.

Minoritaire au début du mouvement, cette revendication a fait depuis de nombreux adeptes et est, à l’heure actuelle, au cœur des débats publics auxquels nous assistons.

Mohamed Arroudj

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

Tags

Populaires