Connectez-vous avec nous

Politique

Bouchachi : le mouvement populaire est arrivé à une « étape cruciale »

Publié

le

L’ancien président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, Mostefa Bouchachi, a estimé jeudi à Bouira que le mouvement populaire pacifique enclenché le 22 février dernier est arrivé à une « étape cruciale », appelant le peuple à poursuivre ses marches pacifiques pour atteindre un « véritable changement ».

S’exprimant lors d’une conférence de presse organisée à l’auditorium de l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira, en présence du militant des droits de l’Homme Samir Belarbi, Me Bouchachi a souligné la « nécessité pour les Algériens et les Algériennes de poursuivre, avec plus d’intensité, leurs marches pacifiques afin de renverser la situation et arriver à concrétiser un véritable changement politique dans le pays ».

« Nous sommes victimes d’un ancien système entaché de corruption, et nous devons lutter tous pour déraciner ce système. Le mouvement populaire est arrivé à une étape cruciale, et nous sommes tous obligés de poursuivre notre long chemin pour la démocratie et pour chasser tous les responsables corrompus », a insisté l’hôte de Bouira.  

Devant une salle archicomble, le conférencier a appelé les étudiants du campus universitaire de Bouira à être au-devant de la scène pour sensibiliser sur le caractère « important » des manifestations pacifique que connaissent toutes les wilayas du pays durant la semaine. « C’est vous qui êtes l’élite et l’avenir de demain, vous devez être à l’avant-garde dans la lutte pour la démocratie et pour le changement », a-t-il lâché.


« Il est temps d’opérer ce changement », a encore insisté Me Bouchachi, mettant en garde contre toute tentative de division ou de découragement du Hirak populaire.

« Certaines parties tentent en vain de semer la zizanie et de diviser les rangs du mouvement populaire », a-t-il averti.

Au sujet des poursuites judiciaires enclenchées ces derniers jours contre *certains anciens responsables politiques et hommes d’affaires, l’avocat a estimé qu’il s’agissait d’une « tentative pour détourner les regards de l’opinion publique », car, a-t-il dit, « la lutte contre la corruption ne peut se faire qu’après le départ de tout le système ».

« Notre destin est entre nos mains, et nous devons préserver le cachet pacifique des marches populaires, et devons rester soudés et unis afin d’aller de l’avant vers un avenir prospère pour tous les Algériens en passant par une véritable période de transition qui pourra nous emmener vers une véritable démocratie », a souligné Me Bouchachi lors de son intervention. APS

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

Tags

Populaires