Connectez-vous avec nous

Monde

Egypte: la révision constitutionnelle controversée renforçant Sissi approuvée

Publié

le

La révision constitutionnelle controversée permettant la prolongation de la présidence d’Abdel Fattah al-Sissi, et renforçant les pouvoirs de l’ex-maréchal accusé de graves violations des droits humains en Egypte, a été approuvée par référendum à 88,83 %, a annoncé mardi l’Autorité nationale des élections.

Le président de cet organisme, Lachine Ibrahim, a précisé lors d’une conférence de presse au Caire que 11,17 % des électeurs « se sont prononcés contre » cette réforme et que « le taux de participation (…) a atteint 44,33 % ».

Les Egyptiens ont voté du samedi 20 au lundi 22 pour ou contre la modification de plusieurs articles de la Constitution de 2014, qui limitait notamment la présidence à deux mandats consécutifs de quatre ans.

Le scrutin de trois jours s’est déroulé « dans un climat démocratique stimulé par la liberté », a insisté M. Ibrahim. Mais le référendum a été organisé en un temps record, quatre jours après un vote au parlement, et sans véritable débat de fond dans les médias sur les enjeux de la réforme.

« Le référendum s’est déroulé dans un environnement tellement injuste et non libre que ses résultats ne peuvent prétendre à une quelconque légitimité », a dénoncé Michael Page, directeur adjoint de l’ONG Human Rights Watch pour l’Afrique du nord et le Moyen-Orient.

Le président Sissi a rendu hommage sur Twitter à ses concitoyens « qui ont ébloui le monde par leur conscience nationale des défis auxquels est confrontée notre chère Egypte ».

L’ex-maréchal, aujourd’hui âgé de 64 ans, a été élu président en 2014 avec 96,9 % des voix, un an après avoir renversé avec l’armée, à la faveur d’un mouvement populaire, le président islamiste Mohamed Morsi. Il a été réélu en 2018 à 97,08 %.

La révision constitutionnelle permet de faire passer le deuxième mandat de M. Sissi de quatre à six ans, portant son terme à 2024. L’ex-maréchal pourra se représenter à un troisième mandat, de six ans, lors de l’élection de 2024.

Environ 27 millions d’électeurs se sont rendus aux urnes sur les plus 61 millions enregistrés dans le pays le plus peuplé du monde arabe, selon M. Ibrahim.

« Dangereux précédent »

Au-delà du mandat présidentiel, la révision constitutionnelle permet le contrôle du chef de l’Etat sur le système judiciaire, avec un pouvoir de nomination des chefs de juridictions. La réforme octroie également un pouvoir politique à l’armée, pilier du régime de M. Sissi.

« Ces amendements constitutionnels renforcent l’exécutif et l’armée au détriment d’un système judiciaire et législatif affaibli », a expliqué à l’AFP Mai El-Sadany, responsable des questions juridiques au groupe de réflexion The Tahrir Institute for Middle East Policy (Timep), basé à Washington.

Selon elle, la réforme « mine la séparation des pouvoirs, porte atteinte à l’Etat de droit et réduit au silence les espaces pour la dissidence indépendante ».

Pour Moustafa Kamel al-Sayed, professeur de sciences politiques à l’Université américaine du Caire, les amendements créent un « dangereux précédent ».

« Le pouvoir sera concentré entre les mains d’un seul homme (le président). Il sera très difficile de revenir en arrière car qui abandonnera autant de pouvoir ? », a-t-il déclaré à l’AFP.

Les partisans de la révision constitutionnelle défendent de leurs côtés sa nécessité pour la stabilité du pays, dans un pays en crise économique et voisin de plusieurs pays troublés, en Afrique et Moyen-Orient, comme le Soudan et la Libye. AFP

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Monde

« Vous êtes vendue avec la voiture ? »: attouchements, remarques graveleuses… le ras-le-bol des hôtesses

Publié

le

Remarques graveleuses, comme « Vous êtes vendue avec la voiture ? », gestes déplacés comme des mains aux fesses, harcèlement et autres agressions sexuelles : sur le compte Twitter #PasTaPotiche, qu’elle a lancé fin juillet, Alice, hôtesse de 22 ans, recueille des témoignages édifiants, auxquels s’ajoute le sien.

 « J’ai notamment été agressée sexuellement par un homme puissant dans le milieu sportif lors d’une soirée, se souvient Alice. Lorsque j’en ai parlé à mon agence, cette dernière m’a dit que je n’étais pas la première à avoir été victime de cet homme-là, qu’il s’en était déjà pris à d’autres femmes, mais que s’ils étaient désolés, ils ne pouvaient rien faire puisqu’il partait à la retraite. »

Nous ne sommes pas leurs marionnettes. On n’est pas des femmes objets. Ce que nous demandons, c’est qu’on fasse respecter la loi.Alice, hôtesseà franceinfo

Faire respecter la loi et aussi changer les mentalités, ajoute Fatima Benomar, porte-parole du collectif féministe les Effronté-es : « Je ne vois pas pourquoi, s’indigne-t-elle, quand on expose des voitures ou lors de compétitions, il faut avoir pour incarner cet emploi une femme qui est seulement là pour entrer dans une taille 38, avoir tel tour de taille ou tel sourire, et un point c’est tout… » Alice, elle, ne veut pas changer de métier, mais plutôt changer ce dernier.

Dans sa pétition, elle demande au gouvernement que soit mis en place un plan de lutte contre le sexisme chez les hôtesses. Francetvinfo

Continuer la lecture

Monde

Le Soudan s’apprête à passer sous un pouvoir civil

Publié

le

Les militaires au pouvoir et les meneurs de la contestation au Soudan doivent sceller samedi un accord historique ouvrant la voie à un transfert du pouvoir aux civils, dont la population espère qu’il lui apportera davantage de liberté et une vie meilleure.

Une cérémonie doit se dérouler samedi après-midi à Khartoum sur les bords du Nil pour la signature des documents qui définissent les 39 mois de transition à venir.

Si la voie vers la démocratie risque d’être encore longue, l’humeur est toutefois à la célébration dans la capitale où des dignitaires étrangers et des milliers de Soudanais affluaient dès vendredi pour l’occasion.

L’accord conclu début août a mis fin à près de huit mois d’un mouvement de contestation inédit qui a mené le 11 avril à la chute du président Omar el-Béchir, resté 30 ans au pouvoir, avant de se retourner contre les généraux du Conseil militaire de transition qui a pris sa succession.

Conclu à la faveur d’une médiation de l’Ethiopie et de l’Union africaine, cet accord a été accueilli avec soulagement des deux côtés, les manifestants célébrant la victoire de leur « révolution » et les généraux s’attribuant le mérite d’avoir évité une guerre civile.

A Atbara, une ville du centre du pays où ont eu lieu les premiers rassemblements contre la décision du gouvernement de tripler le prix du pain le 19 décembre, certains dansaient et chantaient sur les quais de la gare avant de partir pour Khartoum, selon des images postées sur les réseaux sociaux.

« Pouvoir civil », ont-il scandé, promettant de venger ceux qui ont péri dans la répression des manifestations.

Premières étapes

Les premières étapes de la transition devraient suivre la signature avec l’annonce dimanche de la composition du Conseil souverain en majorité constitué de civils qui doit mener la transition.

Jeudi, l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), le fer de lance de la contestation, a désigné Abdallah Hamdok, un ex-économiste de l’ONU, pour devenir Premier ministre. Le Conseil souverain doit annoncer mardi s’il le confirme à ce poste.

M. Hamdok aura alors la lourde tâche de relever l’économie du pays qui s’est écroulée après que la sécession du Sud en 2011 l’a privée des trois quarts de ses réserves de pétrole. Inflation et pénuries ont été des moteurs de la contestation.

Des élections sont prévues pour 2022 mais beaucoup de Soudanais doutent d’ores et déjà des capacités des institutions de transition à limiter le pouvoir de l’élite militaire.

Si ceux-ci sont minoritaires au sein des 11 membres du Conseil souverain qui doit gouverner 40 millions de Soudanais, celui-ci sera d’abord dirigé par un général pendant 21 mois. Et les ministres de l’Intérieur et de la Défense seront choisis par les militaires.

« Les dynamiques politiques auront plus d’importance que des bouts de papier », affirme Rosalind Marsden, du groupe de réflexion Chatham House établi à Londres.

« Le plus gros défi du gouvernement sera le démantèlement des (entités informelles) islamistes qui ont pris le contrôle de toutes les institutions de l’Etat et des secteurs clés de l’économie », ajoute-t-elle.

Le Premier ministre éthiopien participera à la cérémonie aux côtés de dirigeants d’autres pays de la région.

L’une des premières conséquences de l’accord en matière diplomatique devrait être la levée de la suspension en juin du Soudan de l’Union africaine.

Le général Mohammed Ali Ibrahim, membre du Conseil militaire de transition, a dit vendredi que la signature « rouvrirait la porte aux relations internationales du Soudan ».

Groupes rebelles absents

Le jour de la signature devait aussi être celui de l’ouverture du procès de l’ex-président inculpé pour corruption mais celle-ci a été repoussée à une date indéterminée.

Vendredi, Amnesty International a averti contre la possibilité pour M. Béchir d’échapper à un procès devant la Cour pénale internationale qui a émis contre lui deux mandats d’arrêt notamment pour « génocide » au Darfour.

« Omar el-Béchir a échappé à la justice depuis bien trop longtemps et les victimes de crimes atroces attendent toujours réparation », a indiqué l’ONG.

Au sein du mouvement de contestation, certains affirment que l’accord n’est pas suffisant pour contrecarrer le pouvoir des militaires et garantir que justice soit aussi faite pour les quelque 250 personnes qui sont mortes lors des manifestations selon un comité de médecins proche des protestataires.

Les grands absents de la cérémonie de signature seront les groupes rebelles des régions marginalisées du Darfour, du Nil Bleu et du Kordofan.

Le Front révolutionnaire soudanais, qui réunit ces groupes, a soutenu la contestation mais a rejeté la déclaration constitutionnelle de l’accord, exigeant de participer au gouvernement et davantage de garanties concernant le processus de paix les concernant. AFP

Continuer la lecture

Monde

Yémen: Saoudiens et Emiratis tentent de désamorcer le conflit à Aden

Publié

le

Une délégation militaire saoudo-émiratie est arrivée jeudi à Aden pour tenter de désamorcer la situation extrêmement tendue dans la grande ville portuaire du Yémen, où des milliers de manifestants se sont rassemblés pour réclamer l’indépendance du sud du pays.

Au coeur des discussions, selon des sources concordantes: un retrait des séparatistes qui ont ravi aux soldats du gouvernement des positions clés à Aden à l’issue de combats meurtriers la semaine dernière.

Ces combats ont rendu plus complexe le conflit qui fait rage au Yémen entre des unités progouvernementales soutenues depuis 2015 par une coalition formée principalement de forces d’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis, et les rebelles Houthis.

En effet, les deux camps opposés à Aden sont théoriquement alliés dans le combat contre les Houthis, cantonnés dans le Nord et appuyés politiquement par l’Iran, rival régional du royaume saoudien.

« La délégation militaire mixte est arrivée à Aden pour examiner la question du retrait des forces du +Cordon de sécurité+ des positions militaires et des bâtiments publics pris », a déclaré à l’AFP une source du gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Un responsable séparatiste a confirmé de prochaines rencontres avec la délégation.

La semaine dernière, la force « Cordon de sécurité », bras armé du Conseil de transition du sud (STC, séparatistes), a pris aux forces pro-Hadi le contrôle du palais présidentiel, du siège du gouvernement et de positions militaires clés.

Les combats ont fait en quatre jours 40 morts et 260 blessés selon l’ONU. Et ils ont surtout mis à mal la cohésion de la coalition dirigée par Ryad contre les Houthis qui contrôlent la capitale Sanaa et une bonne partie du nord du pays depuis fin 2014.

Exigence de retrait

Depuis la perte de Sanaa, la ville d’Aden était devenue le siège provisoire du gouvernement Hadi. Jeudi, le ministère des Affaires étrangères a fait savoir qu’il y suspendait ses activités en raison de la « rébellion armée contre les institutions légitimes de l’Etat ».

L’Arabie saoudite appuie le président Hadi, qui vit d’ailleurs en exil à Ryad. Les Emirats soutiennent le STC après avoir formé et armé les unités du « Cordon de sécurité ».

La visite de la délégation saoudo-émiratie intervient après une rencontre lundi entre le roi saoudien Salmane et l’homme fort des Emirats, le prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al-Nahyane.

Un communiqué diffusé par Abou Dhabi avait alors indiqué que l’Arabie saoudite et les Emirats étaient d’accord pour appeler les parties en conflit à Aden au « dialogue ». Il avait aussi souligné le rôle « essentiel » de Ryad dans la stabilité régionale.

Ryad a proposé la tenue en Arabie saoudite d’une réunion entre les protagonistes à Aden. Le gouvernement Hadi a exigé au préalable le retrait des séparatistes des positions prises.

Le STC s’est dit lui prêt à y participer pour parler de paix sans évoquer un retrait. Il a dit aussi partager avec la coalition anti-Houthis l’objectif de « lutter contre l’expansionnisme iranien dans la région ».

Manifestation séparatiste

En janvier 2018, des affrontements meurtriers avaient opposé les forces séparatistes aux unités pro-Hadi. Ils avaient pris fin après une intervention concertée saoudo-émiratie.

Le Yémen du Sud était un Etat indépendant jusqu’à la réunification en 1990. Dans le sud, existe toujours un fort ressentiment contre les Yéménites originaires du Nord, accusés d’avoir imposé par la force l’unification du pays.

Jeudi, les séparatistes ont mobilisé leurs partisans à Aden. Des milliers de Yéménites se sont rassemblés à Khor Maksar, dans le centre de la ville, en agitant des drapeaux de l’ancien Yémen du Sud.

« Révolution, Révolution », ou le « STC est notre dirigeant », ont-ils scandé.

Des responsables du STC accusent régulièrement le gouvernement Hadi de « corruption » et d’avoir laissé le parti islamiste Al-Islah influencer ses décisions.

La guerre entre les Houthis et le camp antirebelles a fait des dizaines de milliers de morts, la plupart des civils, estiment les organisations humanitaires.

Profitant du conflit, Al-Qaïda a renforcé son emprise dans le Sud et le Sud-est, et le groupe rival jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué de nombreux attentats sanglants au Yémen. AFP

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires