Connectez-vous avec nous

Monde

Soudan: les protestataires exigent la dissolution du Conseil militaire de transition

Publié

le

Les organisateurs de la contestation au Soudan ont réclamé la dissolution du Conseil militaire de transition, à la tête du pays depuis la destitution d’Omar el-Béchir, au 10e jour d’un sit-in rassemblant des milliers de manifestants.

L’Association des professionnels soudanais (SPA), fer de lance de la contestation qui secoue le pays depuis le 19 décembre, a par ailleurs dénoncé lundi une tentative de dispersion du sit-in, qui se tient depuis le 6 avril devant le quartier général de l’armée dans la capitale Khartoum.

La destitution jeudi par l’armée du président Omar el-Béchir, après 30 ans à la tête du pays, et les promesses du Conseil militaire qui a pris le pouvoir n’ont pas dissuadé les manifestants de partir.

Nommé vendredi à la tête du Conseil militaire et pressé par la rue, le général Abdel Fattah al-Buhrane avait promis d’instaurer un « gouvernement entièrement civil », sans toutefois donner de calendrier.

« Nous voulons la dissolution du Conseil militaire et son remplacement par un conseil civil qui comprenne des représentants de l’armée », a déclaré lundi à la presse Mohamed Naji, un responsable de la SPA.

Un autre leader de l’association, Ahmed Al-Rabia, a indiqué ensuite à l’AFP que si le Conseil militaire ne se dissolvait pas, la SPA ne « participerait pas à un gouvernement de transition ».

Cette association a aussi réclamé le renvoi du chef du pouvoir judiciaire Abdelmajid Idris et du procureur général Omer Ahmed Mohamed.

Après des images ces derniers jours de chefs militaires saluant les manifestants, les relations entre l’armée et les contestataires –qui avaient appelé les militaires à se ranger auprès d’eux pour faire partir Béchir– semblent s’être tendues.

La SPA a dénoncé une tentative de dispersion sans préciser l’identité de ses auteurs. Selon des témoins, plusieurs véhicules de l’armée ont encerclé le secteur du sit-in.

Des soldats ont aussi été vus en train d’enlever des barricades qui avaient été érigées par des manifestants comme mesure de protection.

« Protéger » la « révolution »

L’armée avait déployé dimanche une banderole sur l’un des murs de son QG, incitant les manifestants « à ne pas s’approcher », selon des témoins.

La SPA a appelé lundi les manifestants à se rassembler dans le secteur du sit-in « pour protéger » la « révolution ».

Le 22 février, M. Béchir avait instauré l’état d’urgence, interdisant les rassemblements non autorisés et punissant sévèrement les violations. Des dizaines de personnes ont été tuées entre le 19 décembre et sa destitution.

Des graffitis et des peintures de personnes tuées lors des manifestations recouvrent les murs de plusieurs immeubles environnants.

A l’étranger, l’Union africaine a menacé lundi de suspendre le Soudan de l’organisation continentale si l’armée ne quittait pas le pouvoir au profit d’une « autorité politique civile » d’ici 15 jours.

L’Egypte voisine a dit de son côté suivre « de près » les développements au Soudan, réitérant son soutien à « la volonté du peuple », alors que l’Allemagne a réclamé un transfert « rapide » du pouvoir à un gouvernement civil.

Dimanche, les ambassades des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la Norvège ont, dans un communiqué commun, mis en garde contre l’utilisation de la violence pour disperser les manifestations.

« Notre principale demande, pas de violence, pas de tentative de disperser le sit-in par la force », a écrit pour sa part lundi dans un tweet l’ambassadeur britannique au Soudan, Irfan Siddiq, après avoir rencontré le chef-adjoint du Conseil militaire, Mohamad Hamdan Daglo, surnommé « Himeidti ».

Chef des opérations de la Force (paramilitaire) de soutien rapide, « Himeidti » est une figure controversée accusé de violations des droits humains dans la région du Darfour (ouest).

Des manifestants libérés

Il a lui-même affirmé lundi que les troupes soudanaises au sein de la coalition militaire conduite par l’Arabie saoudite qui combat au Yémen y « resteront jusqu’à ce que la coalition atteigne son but ». Il s’agissait là de la première annonce de politique extérieure formulée par le Conseil militaire, dans la continuité par rapport à la ligne d’Omar el-Béchir.

Dimanche, le Conseil militaire a rencontré différents partis politiques et les a appelés à se mettre « d’accord sur une personnalité indépendante qui deviendrait Premier ministre et sur un gouvernement civil ».

Au lendemain de sa nomination, le général Buhrane avait promis « d’éliminer les racines » du régime d’Omar el-Béchir. Le Conseil militaire compte toutefois parmi ses dix membres des piliers de ce régime et des personnalités controversées comme « Himeidti ».

Beaucoup de manifestants arrêtés avant la chute de M. Béchir ont été libérés sur ordre du nouvel homme fort du Soudan qui s’était par ailleurs engagé à traduire en justice les personnes impliquées dans la mort de protestataires.

Amnesty International a appelé les militaires à remettre le président déchu, actuellement détenu par les militaires dans un lieu inconnu, à la Cour pénale internationale (CPI).

Cette cour basée à La Haye a émis des mandats d’arrêt contre M. Béchir, âgé de 75 ans, pour « crimes de guerre », crimes « contre l’humanité » et génocide au Darfour.

Le Conseil militaire a affirmé vendredi qu’il refuserait d’extrader M. Béchir.

Lundi soir, le général Jalaluddin Sheikh, membre du Conseil militaire, a indiqué que « la décision d’extrader ou non Béchir vers la CPI sera prise par un gouvernement populaire élu et non par le Conseil militaire ».

Depuis 2003, 300.000 personnes ont été tuées et 2,5 millions ont été déplacées selon l’ONU dans le conflit au Darfour, où les violences ont toutefois baissé d’intensité ces dernières années.

Quatorze personnes ont été tuées samedi lors d’affrontements dans un camp pour personnes déplacées dans cette région, selon l’agence officielle soudanaise Suna, qui n’a pas donné de détails sur les circonstances des violences. AFP

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Monde

Libye: combats violents au sud de Tripoli, crainte d’une « longue » guerre

Publié

le

Les combats ont gagné en intensité mardi au sud de la capitale libyenne, au moment où l’émissaire de l’ONU pour la Libye Ghassan Salamé mettait en garde devant le Conseil de sécurité contre « le début d’une guerre longue et sanglante ».

Plus de six semaines après le début de leur assaut sur Tripoli, le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est du pays et son autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) font toujours face à la résistance des forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale et basé dans la capitale.

Cette bataille « pourrait conduire à la division permanente du pays », a averti Ghassan Salamé. « La Libye est sur le point de tomber dans une guerre civile », a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à stopper le flot d’armes arrivant dans le pays, tandis que les canons tonnaient au sud de la capitale libyenne.

Des tirs à l’artillerie lourde ont été entendus depuis le centre de Tripoli. Il s’agit des affrontements les plus violents depuis le début du mois de jeûne musulman du ramadan, le 6 mai.

Des affrontements ont eu lieu notamment dans le quartier de Salaheddine, en banlieue sud où les forces pro-GNA ont gagné du terrain, selon leur porte-parole Moustafa al-Mejii.

Positions figées

Des journalistes de l’AFP qui ont pu avoir accès au front mardi ont constaté une avancée de deux à trois kilomètres des forces du GNA dans ce quartier résidentiel.

Depuis le début de l’assaut des forces du maréchal Haftar le 4 avril, les combats ont fait 510 morts et 2.467 blessés, selon un bilan communiqué lundi par l’Organisation mondiale de la Santé.

Selon l’ONU, plus de 75.000 personnes ont aussi été obligées de fuir et plus de 100.000 autres sont prises au piège des combats aux abords de Tripoli.

Et les appels de la communauté internationale à un cessez-le-feu ont été ignorés jusqu’ici par les deux camps.

Selon des diplomates, lors de discussions mardi à huis clos après la réunion publique du Conseil de sécurité, l’idée à l’origine française de séparer aux abords de Tripoli les belligérants en établissant un « couloir » a été évoquée.

Dans ce cadre, chaque partie serait amenée « à reculer » et la ligne de délimitation créée serait garantie par un mécanisme international à définir, a précisé un diplomate.

Début mai, le président français Emmanuel Macron avait proposé une « délimitation de la ligne de cessez-le-feu, sous supervision internationale », lors d’une rencontre à Paris avec le chef du GNA, Fayez al-Sarraj.

Mais M. Sarraj a affirmé à plusieurs reprises qu’il n’y aurait pas de cessez-le-feu tant que les troupes de Haftar ne se retirent pas vers leurs positions d’avant l’offensive, dans le sud et l’est du pays.

Aujourd’hui, les positions militaires des deux camps sont quasiment figées notamment en banlieue-sud, même si les pro-GNA ont desserré un peu l’étreinte de l’ANL avec une contre-attaque lancée le 20 avril.

Depuis, plusieurs livraisons d’armements aux deux camps ont été signalées en dépit de l’embargo sur les armes décrété par l’ONU pour ce pays depuis 2011.

Le maréchal Haftar est notamment soutenu par les Emirats arabes unis et l’Egypte alors que la Turquie et le Qatar appuient le GNA.

Face au conflit, le positionnement des Occidentaux, Etats-Unis en tête, et de la Russie reste ambigu. Si tous les membres du Conseil de sécurité ont publiquement soutenu Ghassan Salamé, la réunion à huis clos n’a pas permis d’y voir beaucoup plus clair sur qui appuie qui, selon un diplomate ayant assisté aux discussions.

« Farce cynique »

Côté américain, un entretien téléphonique à la mi-avril entre le président Donald Trump et Khalifa Haftar a provoqué des spéculations sur le camp choisi par Washington. Côté russe, Moscou a affiché son soutien au maréchal Haftar.

En séance publique, Ghassan Salamé a vivement déploré que des armements arrivent en masse en Libye. Sans les citer nommément, il a souligné que « des pays alimentaient ce conflit sanglant ». « Les Nations unies doivent y mettre un terme », a-t-il exhorté. « Sans un mécanisme robuste pour le faire appliquer, l’embargo sur les armes en Libye va devenir une farce cynique », a-t-il insisté.

Il y a quelques semaines, l’émissaire de l’ONU avait critiqué les approches divergentes de la communauté internationale qui n’a pas réussi en avril à s’entendre sur une résolution britannique réclamant un cessez-le-feu.

« Toutes les parties doivent rejoindre la médiation de l’ONU », a affirmé l’ambassadeur américain Jonathan Cohen. AFP

Continuer la lecture

Monde

Paris, un homme suspendu au dernier étage de la Tour Eiffel

Publié

le

Suspendu au-dessus du vide pendant plus de six heures: un homme a escaladé la tour Eiffel pour des motivations inconnues et y est resté agrippé jusqu’à la tombée de la nuit avant d’être maîtrisé, entraînant l’évacuation du monument parmi les plus visités au monde.

« Le visiteur qui avait escaladé la tour Eiffel en début d’après-midi a été pris en charge par les équipes d’intervention », a indiqué peu avant 22H la société d’exploitation du monument, en précisant que le monument rouvrirait mardi à 09H30.

« À 21H30, les membres de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris ont réussi à raisonner l’individu », a ajouté la société dans un communiqué. L’homme, tout de noir vêtu, s’était tenu debout en appui sur les barreaux de la tour juste en-dessous du troisième et dernier étage du monument.

L’homme a été « maîtrisé », a indiqué une source policière, sans plus de précisions.

Sur des images tournées par l’AFP entre 21H23 et 21H30, on aperçoit l’individu se déplaçant lentement vers les pompiers en baudriers rouges facilement identifiables, s’accrochant à la structure métallique avant d’être accueilli par les équipes de secours déployées autour de lui.

Des pompiers sont parvenus à atteindre le grimpeur en descendant en rappel depuis le troisième étage de la tour de 324 mètres et ont négocié avec lui, appuyés par la brigade de recherche et intervention de la police (BRI), selon une source policière, précisant que les motivations de cet homme étaient pour l’heure inconnues.

« Fort heureusement, ce type d’intrusion reste très rare », a souligné la société d’exploitation de la tour Eiffel (SETE) en saluant le « professionnalisme de ses collaborateurs et de tous les intervenants des forces publiques » parmi lesquelles les sapeurs-pompiers du Groupe de recherche et d’intervention en milieu périlleux (GRIMP) et la BRI.

Au pied du monument, le spectacle a captivé les badauds et les centaines de touristes qui levaient le nez pour apercevoir l’individu, tandis que les « quelque 2.500 visiteurs » avaient été évacués « dans le calme et en toute sécurité », selon la SETE qui remboursera « automatiquement » les billets réservés pour lundi après-midi.

« Un grimpeur a été détecté. C’est la procédure habituelle, il faut l’empêcher de continuer et, dans ce cas-là, on évacue la tour », avait expliqué dans l’après-midi une source policière.

La SETE avait tweeté à 15H30 que la « Dame de Fer » n’était plus accessible aux visiteurs.

De nombreux déçus

Cette fermeture exceptionnelle a fait de nombreux déçus lundi après-midi, comme Sylvie et Céline Forcier, venues du Québec : un policier leur a expliqué « que c’était fermé pour toute la journée et que c’était parce que quelqu’un grimpait. On est très déçues: on n’est ici que pour une semaine et ça change notre programme ».

D’autres comme Aniruddha étaient « dans la queue, prêts à monter » quand « on [leur] a dit de sortir ». Ce guide touristique accompagnant un groupe de 130 Indiens, a expliqué qu’ils ne restaient qu' »un seul jour à Paris » avant de se rendre à Bruxelles, et étaient venus spécialement « pour voir la tour Eiffel… »

« Je m’en fiche de ce qu’il peut arriver, je veux juste que ça rouvre. Je suis censée dîner là », lâchait pour sa part Maria, une touriste américaine.

Jean-Claude Mota, un Bordelais, a cru lui que « c’était les gilets jaunes ou que quelqu’un voulait sauter », pendant que sa femme Jannick le pressait de partir: « On s’en va, on va pas rester faire du voyeurisme ».

En octobre 2017, la tour Eiffel avait dû être évacuée en raison de la présence d’un jeune homme sur un pilier de la tour qui menaçait de se suicider. La police avait finalement réussi à faire renoncer le jeune homme.

La tour Eiffel, qui fête cette année ses 130 ans, est le monument payant le plus visité au monde. Elle accueille chaque année plus de 20 millions d’admirateurs du monde entier, dont sept millions de visiteurs. En 1996, Alain Robert, connu comme le Spiderman français avait escaladé sa structure. Sources AFP

Continuer la lecture

Monde

Brésil : des centaines de milliers de personnes dans la rue contre Bolsonaro

Publié

le

Ce 15 mai des foules entières sont descendues dans la rue au Brésil contre Bolsonaro. Des centaines de milliers de lycéens, d’étudiants, d’enseignants et de travailleurs de différentes catégories se sont rassemblés dans plus de 160 villes, dont toutes les capitales du pays, pour s’opposer aux attaques gouvernementales contre l’éducation publique.

A partir des écoles, instituts de technologie, universités, syndicats et mouvements sociaux les manifestations ont construit, par vagues entières, la plus grande mobilisation jamais vue contre ce gouvernement autoritaire d’extrême droite.

L’indignation populaire contre les coupes de 30% dans le financement des universités annoncées par le nouveau ministre de l’éducation, Abraham Weintraub, a déclenché le mouvement et a généré un énorme soutien social pour la défense du système éducatif public. Au Brésil, la grande majorité des projets de recherche scientifique sont menés dans des universités publiques, qui jouent un rôle essentiel dans le progrès technologique et le développement social du pays.

Cette attaque de Bolsonaro s’inscrit dans un contexte de guerre idéologique contre les sciences humaines et la pensée critique, qui se traduit par la dévalorisation constante des enseignants et des élèves du système public. Oubliant les faibles investissements, les bas salaires des enseignants et la liquidation des unités d’enseignement, le gouvernement s’obstine à rendre les élèves et les enseignants responsables des problèmes de l’éducation brésilienne. Bien à sa manière aussi grossière que dérisoire, Bolsonaro a même qualifié les manifestants « d’idiots heureux », d’imbéciles utiles au service des groupes politiques.

En même temps, Bolsonaro défend l’exclusion des questions de santé et de sexualité du programme scolaire et propose l’éducation domestique comme une alternative, prouvant son caractère conservateur et obscurantiste. De manière absurde, il prétend inciter les élèves à enregistrer secrètement les cours et que les enseignants soient empêchés d’exprimer leurs opinions, reprenant ainsi les pratiques de persécution politique en vigueur pendant la dernière dictature militaire brésilienne (1964-1985).

Il est important de noter le grand protagonisme des femmes dans la confrontation avec Bolsonaro. Contrairement aux propos machistes et misogynes de Bolsonaro, les jeunes étudiantes mènent cette lutte dans leurs écoles et universités aux côtés des enseignantes, qui sont la grande majorité des professionnels de l’éducation au Brésil. Les occupations récentes des écoles publiques ont été organisées par de jeunes étudiantes féministes conscientes des injustices de la société patriarcale, diffusant les idées féministes à une échelle sans précédent.

Ce mouvement démontre la force d’une jeunesse renouvelée et combative qui ont gagné la sympathie de leur famille et de la population en général, recevant un grand soutien dans les quartiers et les rues qu’elle traversait. Les manifestations ont été marquées par ce qu’on a appelé le « soulèvement du livre », au cours duquel les étudiants ont pris des livres pour des actes symbolisant la défense de la connaissance. Ce mouvement vient de commencer et une nouvelle mobilisation est déjà prévue pour le 30 mai, poursuivant ainsi ce cheminement.

Les manifestations du 15 mai ont démontré que le gouvernement perd de plus en plus la confiance de la population et peut être vaincu par la mobilisation populaire. Il est essentiel que les camarades du monde entier soutiennent le peuple brésilien dans cette lutte, toute solidarité est nécessaire contre cette menace autoritaire. La résistance brésilienne n’est pas isolée, elle s’inscrit dans la lutte internationale contre l’escalade de l’extrême droite qui touche plusieurs pays sur tous les continents.
Ensemble, nous pouvons renverser la vapeur ! Notre arme est l’éducation ! Notre lutte est celle de tous !

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires