Connectez-vous avec nous

Actu

Ahmed Gaïd Salah met en joue le général Toufik

Publié

le

Encore une fois, dans une déclaration faite ce mardi 16 avril, Gaïd Salah désigne l’ancien patron du DRS, Mohamed Mediene.

Nous publions l’essentiel du discours d’Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense, tenu, justement, lors de son déplacement à la 4e région militaire et dans lequel il revient sur la crise actuelle et les manoeuvres de certains, selon lui, pour influer sur les événements.

« J’insiste une fois encore sur la nécessité de suivre la voie de la sagesse et de la patience, étant donné que la situation prévalant au début de cette transition est exceptionnelle et complexe, nécessitant la conjugaison des efforts de tous les patriotes dévoués en vue de sortir indemne de cette épreuve.

De notre part, nous réitérons l’engagement de l’Armée Nationale Populaire d’accompagner les institutions de l’Etat durant cette transition, tout en soulignant que toutes les perspectives possibles restent ouvertes afin de surpasser les difficultés et trouver une solution à la crise dans les meilleurs délais, car la situation ne peut perdurer davantage, vu que le temps nous est compté. Ainsi, l’Armée Nationale Populaire se considère toujours mobilisée aux côtés de tous les dévoués, au service de son peuple et de sa Patrie, pour honorer l’engagement qu’elle a pris afin de réaliser les revendications et les aspirations légitimes du peuple, pour construire un Etat fort, sûr et stable ; un Etat où chaque citoyen trouve sa place naturelle et ses espoirs mérités. 

 Dans ce contexte, et comme j’ai souligné lors d’occasions précédentes la nécessité pour la justice de poursuivre les individus impliqués dans des affaires de corruption, nous attendons à ce que les instances judiciaires concernées accélèrent la cadence du traitement des différents dossiers concernant certaines personnes ayant bénéficié indûment de crédits estimés à des milliers de milliards, causant préjudice au Trésor public et dilapidant l’argent du peuple».

Puis le vice-ministre de la Défense poursuit son discours sur la rencontre qui a réuni notamment le général à la retraite Mohamed Mediene (ancien chef du DRS), Liamine Zeroual il y a quelques jours :

«J’ai déjà évoqué, lors de mon intervention du 30 mars 2019, les réunions suspectes qui se tiennent dans l’ombre pour conspirer autour des revendications du peuple et afin d’entraver les solutions de l’Armée Nationale Populaire et les propositions de sortie de crise.

Toutefois, ces parties, à leur tête l’ex-Chef du Département du Renseignement et de la Sécurité, ont tenté, en vain, de nier leur présence dans ces réunions, et d’induire en erreur l’opinion publique, et ce, en dépit de l’existence de preuves irréfutables sur ces faits abjects. Nous avons affirmé, ce jour là, que nous allions dévoiler la vérité, et les voici continuer à s’agiter contre la volonté du peuple et œuvrer à attiser la situation, en approchant des parties suspectes, et inciter à entraver les solutions de sortie de crise.

A cet effet, je lance à cette personne un dernier avertissement, et dans le cas où il persiste dans ses agissements, des mesures légales fermes seront prises à son encontre».

A ceux qui doutaient de sa sincérité, le Général de Corps d’Armée a souligné que la décision de l’Armée Nationale Populaire quant à la protection du peuple est une décision irréversible quelles que soient les circonstances:

«Nous sommes convaincus que le peuple algérien digne et civilisé est à même de relever tous les défis et surmonter toutes les crises, grâce à son génie puisé de ses valeurs et fondements historiques et sa longue expérience dans les épreuves, et nous affirmons que nous comprenons ses revendications légitimes pour lesquelles nous nous sommes engagées à œuvrer à les concrétiser. Bien entendu, la réalisation de ces objectifs requiert plusieurs étapes nécessitant de la patience, de la compréhension et le rejet de toute forme de violence.

Ainsi, l’étape principale étant concrétisée, elle sera, certainement, suivie par d’autres jusqu’à la réalisation de tous les objectifs escomptés, et ce, sans perturber le fonctionnement des institutions de l’Etat, qui devraient être préservées pour permettre la gestion des affaires de l’Etat et les intérêts de nos concitoyens. 

 La décision de protéger le peuple, avec ses différentes composantes, est une décision irréversible et dont nous ne dévierons point. Partant de la solidité des liens de confiance liant le peuple à son Armée, nous avons donné des instructions claires et sans équivoques pour la protection des citoyens, notamment lors des marches. Cependant, nous attendons, en contrepartie, de la part de notre peuple d’éviter le recours à la violence, de préserver les biens publics et privés et d’éviter d’entraver les intérêts des citoyens.

Je tiens à souligner dans ce cadre la nécessité du respect total des symboles de l’Etat, à leur tête l’emblème national, en ce qu’il représente comme une symbolique sacrée de l’unité de la nation et du peuple et des sacrifices des générations à travers l’histoire. Et nous sommes fermement convaincus que notre peuple sera à la hauteur de l’image civilisée et prestigieuse que lui a réservé l’histoire et que les différents médias ont relayé à travers le monde».

Ahmed Gaïd Salah a rappelé les efforts incessants, consentis dans le développement et la modernisation de l’ensemble des composantes de nos Forces Armées, affirmant que le Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire ne prendra aucune décision qui ne sert pas les intérêts du peuple et de la Patrie:

 « J’espère que cet appel trouve l’écho escompté auprès de toutes les composantes de notre cher peuple, car il émane du Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire, partant de son dévouement au message des Chouhada de la Révolution et du devoir national, et pour avoir partagé la souffrance du peuple et veillé à construire une armée puissante et moderne, maitrisant les technologies les plus sophistiqués. Ceci a été concrétisé de manière effective et sur le terrain, par l’ancrage des valeurs d’allégeance et de loyauté envers la Patrie dans les esprits et les comportements des éléments des Forces Armées.

Une armée professionnelle de par ses effectifs, ses matériels et sa disponibilité, équipée des armes les plus modernes, destinées à faire face aux ennemis de la Nation et non pas contre son peuple.

Une armée qui ne prend aucune décision au désavantage du peuple et de la patrie et qui veille à ce qu’aucune goutte de sang algérien ne soit versée, n’en déplaise aux parties hostiles, qui sont dérangées par le caractère pacifique des marches. L’Algérie est entre des mains sûres grâce à des hommes dévoués prêts à défendre leur pays quel qu’en soit le prix. 

   Nous, en tant que Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire et face à la responsabilité historique que nous assumons, nous respectons parfaitement les dispositions de la Constitution pour la conduite de la transition, et je voudrais réitérer que toutes les perspectives possibles restent ouvertes afin de surpasser les difficultés et trouver une solution à la crise dans les meilleurs délais, de façon à servir l’intérêt suprême de la patrie, sans égard à l’intérêt des individus et que nous n’avons aucune autre ambition que celle de protéger la patrie, faire régner la sécurité et la stabilité et préserver l’image de marque du pays, comme l’auraient voulu nos vaillants martyrs et qu’Allah m’en soit témoin». 

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Les « Services » kidnappent le militant Samir Benlarbi

Publié

le

Comme prévu, après Karim Tabbou, le coordinateur de l’Union démocratique et sociale (UDS), c’est au tour du militant Samir Benlarbi d’être enlevé par les « Services ». Comme au bon vieux temps.

En effet, le militant et membre du Hirak, Samir Benlarbi, a été kidnappé vers 17h ce lundi 16 septembre par les « Services » et emmené dans une destination inconnue, a indiqué Maître Abdelghani Badi.

C’est aux alentours de l’École supérieure de Banque, à Bouzereah, sur les hauteurs d’Alger, que ces « agents » ont intercepté Samir Benlarbi et embarqué à bord d’un Renault Kangoo vers une destination inconnue.

Tout porte à croire que Samir Benlarbi sera d’abord « cuisiné » à la caserne des services dite « Centre Antar » et sera présenté à un procureur pour le placer en mandat de dépôt. Exactement comme Karim Tabbou.

Cette enlèvement coïncide avec la convocation du corps électoral pour la présidentielle de décembre, une élection rejetée par le peuple et que le pouvoir de fait, le haut commandement de l’Armée, veut faire passer de force.

L’enlèvement de Samir Benlarbi a suscité l’indignation et la colère des personnalités nationales, des politiques, des organisations, des associations et des citoyens.

I. F.

Continuer la lecture

Actu

Scandale à l’hôpital de Bou Saâda : on se trompe dans les dépouilles !

Publié

le

On en a tout vu avec nos hôpitaux que les autorités veulent privatiser à tout prix. La mauvaise gestion et le laisser-aller ont atteint des pics insoupçonnables, notamment à l’hôpital de Bou Saada où l’on ne sait même plus gérer les dépouilles !

C’est le cas d’une famille qui s’était présentée à 12h00 à la morgue de l’hôpital de Bou Saada pour récupérer la dépouille d’un parent et à qui l’on répond que le corps a été remis à une autre famille à 10h00 !

« On s’est présenté hier à midi à l’hôpital de Bou Saada pour récupérer la dépouille et aller l’enterrer. Ils nous ont dit que la dépouille a été remise à 10h00 à d’autres personnes qui l’ont récupérée et enterrée ! », témoigne un jeune dans la vidéo ci-dessous.

La famille du défunt qui se retrouve sans la dépouille de son proche demande tout de même des explications à l’administration de l’hôpital de Bou Saada qui, pour justifier une absurdité pareille, affirme que l’agent a confondu les « dépouilles qui se ressemblaient » !

« Ils nous ont dit que les deux dépouilles se ressemblent et c’est pour cela qu’on s’était trompé ! », s’indigne le témoin qui insiste pour avoir les documents.

Le comble avec cette administration qui semble gérer la structure hospitalière de Bou Saada comme on gérerait un bazar, c’est qu’elle fait à la famille du défunt une proposition pour le moins absurde et trop malhonnête !

Ne réalisant pas la gravité de la situation et la nécessité pour la famille d’enterrer la dépouille de son proche et faire son deuil, l’administration de l’hôpital lui propose un autre corps à sa place !

« Ils (les chargés de l’administration) nous ont dit qu’il y a un autre corps si vous voulez le prendre à la place ! Sinon, choisissez un autre corps ! », témoignent les membres de cette famille.

« En fait, il n’y a ni document administratif ni rien. Dès que vous vous présentez, on vous montre les différentes dépouilles et vous prenez celle qui ressemble à votre proche », explique l’un des membres de la famille.

I. Farès

Continuer la lecture

Actu

Concert de Soolking : trois personnes mises en détention provisoire

Publié

le

L’enquête sur les incidents ayant émaillé le concert du rappeur algérien Soolking se poursuit toujours pour situer les responsabilités et prendre les sanctions nécessaires.

Trois personnes, membres du personnel chargé de l’organisation du concert de Soolking, ont été placés en détention provisoire par le juge d’instruction chargé de l’affaire.

En effet, le juge d’instruction chargé du dossier de l’incident survenu lors du concert organisé le 22 août dernier au stade du 20-Août-1955 à Belouizdad (Alger), ayant entrainé la mort de 5 personnes, a ordonné le placement en détention provisoire de trois prévenus parmi les personnes chargées de l’organisation de ce concert, indique un communiqué du tribunal de Sidi M’hamed.

« Après finalisation des investigations préliminaires engagées au sujet de cet incident tragique survenu lors du concert organisé jeudi 22/08/2019 au stade du 20-Août’1955 à Belouizdad ayant fait 5 morts, les parties à l’instance ont comparu devant nous le 09/09/2019 pour qu’une mise en inculpation ait prononcée à l’encontre des personnes impliquées dans cette affaire », précise la même source.

« Après avoir auditionné les prévenus, le juge d’instruction chargé du dossier a ordonné le placement en détention provisoire de 3 inculpés parmi les personnes chargées de l’organisation de ledit concert », précise le communiqué.

L’enquête judiciaire se poursuit toujours pour définir les responsabilités dans ce drame survenu lors du concert de Soolking, conclu la même source.

Il faut noter que le directeur général de l’ONDA, Sami Bencheikh El Hocine, a été limogé après cette bousculade. L’ONDA étant l’organisme responsable de l’organisation du spectacle du rappeur algérien, il était tout à fait logique que ce soit son premier responsable, Sami Bencheikh El Hocine en l’occurrence, qui en paye les frais.

Pour rappel, un premier bilan officiel avait fait part de cinq personnes mortes et 23 autres blessées jeudi soir dans une bousculade survenue lors d’un concert donné à Alger par le rappeur algérien Soolking, avaient indiqué dse sources hospitalières.

Les corps des cinq personnes décédées, trois jeunes femmes et deux jeunes hommes âgés de 20 à 25 ans, étaient entreposés dans la nuit de jeudi à vendredi à la morgue du CHU Mustapha. « En attendant l’autopsie », a indiqué le DG de l’hôpital Mustapha, Abdeslam Bennana, qui a souligné que les personnes mortes « auraient été victimes de la bousculade ».

Selon les premiers témoignages concordants, l’accident s’est produit vers 20 heures devant une des entrées secondaires du stade du 20 août où la foule se pressait pour assister au concert de Soolking, un évènement qui a drainé quelque 30.000 spectateurs, a-t-on constaté.

A. Guatri et Agences

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires