Connectez-vous avec nous

Actu

Salhi Chawki : quelles solutions pour notre mouvement ?

Publié

le

Salhi Chawki, ex-porte-parole du Parti socialiste des travailleurs (PST) et fondateur de l’Union des travailleurs socialistes (UTS), revient dans cette vidéo postée sur Mawaqif dz, sa chaîne Youtube sur la nature du mouvement populaire en cours et propose quelques revendications pour donner du contenu et du sens, au-delà du « dégagisme » dominant.

C’est une intifada et non une révolution

Pour Salhi Chawki, « notre mouvement n’est pas une révolution, nous ne sommes pas dans une crise révolutionnaire. Les millions de marcheurs aspirent à un changement majeur, mais ils n’ont pas encore formulé clairement un programme de remise en cause de l’ordre social actuel. Et ils ne sont pas organisés en pouvoir révolutionnaire alternatif. Ce sont des manifestants innombrables avec un espoir immense mais ils sont encore à la merci de politiciens bourgeois ambitieux ».

Aussi, il met en garde contre les voix qui s’élèvent et demandent à Gaïd Salah d’intervenir : « Bouteflika est parti, humilié, et Bensalah assure l’intérim par application de l’article 102. Demander à Gaïd de sortir de la constitution pour dégager Bensalah et tous les autres, c’est demander la prise de pouvoir de l’armée. Et s’il accepte, comment le peuple algérien pourra-t-il, alors, se débarrasser de ce pouvoir militaire qu’il aura mis en selle ? »

« Travaillons à construire notre force »

Salhi Chawki estime qu’il faut dépasser le « dégagisme » et nous définir positivement, par ce que nous voulons, et non négativement, par ce que nous rejetons. « Pour les dégager tous, et les dégager utilement, c’est à dire se débarrasser de l’oppression et de l’exploitation, il faut que notre mouvement devienne une force par ses idées et par son organisation. Travaillons à construire notre force », explique-t-il.

Pour des revendications transitoires

Pour construire l’alternative et la force, capables d’assumer le « dégagisme », il faut construire la conscience et l’organisation nécessaires aux transformations radicales de la société. A commencer par nous battre clairement pour « les libertés d’organisation, d’expression, de manifestation, sans agrément », « le gel de touts les accords » passés avec les puissances étrangères, « l’interdiction des privatisations et concessions » faite aux riches locaux ou étrangers et enfin « l’augmentation des salaires ».

Ce sont là quelques revendications transitoires et minimales, proposées par le dirigeant de l’Union des travailleurs socialistes (UTS), au tour desquelles on peut mobiliser le peuple et faire passer le mouvement du « dégagisme » dominant au stade de la construction d’une alternative au système libéral.

A. G.

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x