Connectez-vous avec nous

Actu

Saïd Sadi interpelle Ahmed Gaïd Salah

Publié

le

L’ancien président du RCD a rendu public ce jeudi 11 avril une lettre ouverte dans en trois langues (tamazight, arabe et français, adressée au vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah. Nous la proposons à la lecture.

Lettre ouverte au général Ahmed Gaïd Salah

En ces moments décisifs pour la patrie, chaque Algérien est mis face à ses responsabilités. Vous tout particulièrement. Il est temps de partir. Parce que vous êtes âgé, parce que le système que vous avez soutenu a échoué et, surtout, parce qu’il est condamné par l’exceptionnelle mobilisation citoyenne qui fait renaître la nation depuis le 22 février.

Continuer de proclamer que l’armée est en phase avec le peuple qui exige un nouvel Etat à la mesure de ses espérances, de ses droits et de sa démographie renouvelée peut être louable. Mais faire le contraire de ce qui est martelé depuis maintenant un mois et demi ne peut pas convaincre grand monde ni, d’ailleurs, arrêter la dynamique qui a rendu à nos concitoyens civisme et espoir.

Depuis le début de ce mouvement, votre discours a beaucoup varié. Vous fûtes un partisan du cinquième mandat. Vous avez accusé les manifestants d’être manipulés en vue de déstabiliser leur pays pour, enfin, admettre, formellement, que le peuple avait raison, quitte à donner une interprétation opposée à ses revendications.

Tout en alternant menaces et promesses à l’encontre de nos compatriotes, vous avez assuré, hier à partir d’Oran, que des dossiers de corruption seront traités sans complaisance. Vous avez également décrété que la solution à la demande de changement radical est dans le parlement, instrument d’une gestion anachronique qui a pillé l’Algérie et décrédibilisé l’Etat.

Pour imposer ces décisions qui, d’ailleurs, ne relèvent pas de vos compétences – vous êtes vice-ministre de la défense – vos laudateurs, qui se retourneront contre vous sitôt que d’autres vents souffleront, expliquent qu’il faut éviter l’effondrement de l’Etat.

L’Etat algérien a tenu dans des périodes critiques où le pouvoir politique a démissionné ou, plus grave, s’est laissé tenté par des alliances douteuses voire des compromissions périlleuses pour l’Etat national. C’est le dévouement de centaines de milliers d’agents de l’Etat, du plus haut niveau à l’échelon le plus modeste – restés sous le harnais dans les tempêtes provoquées par l’incurie des dirigeants – qui ont préservé la cohésion et la stabilité de l’administration nationale.

Je n’insisterai pas sur le respect de la constitution convoquée selon les circonstances. D’autres avant moi ont, à juste titre, rappelé, comment et combien de fois la loi fondamentale a été charcutée ou carrément violée. Il n’est, en conséquence, pas judicieux de se référer à cet artifice pour justifier l’injustifiable qui se prépare et dont les premiers signes sont des plus préoccupants. 

Continuer d’ignorer le sens profond d’un mouvement déjà inscrit dans l’Histoire du monde, et ceci quelle que soit son issue immédiate, c’est prendre le risque personnel de rester comme l’un des sombres repères de notre mémoire et, plus grave, d’entraîner l’armée dans une aventure où elle connaîtra la pire des épreuves : affronter ses concitoyens. En outre, l’ancien maquisard que vous êtes sait que nul n’a gagné contre un peuple qui se lève.

Général Ahmed Gaïd Salah,

L’Algérie asservie, étouffée, humiliée et pillée revient de loin. Elle a su retrouver vigueur, honneur et dignité à travers un mouvement miraculeux inspiré et animé essentiellement par une jeunesse à laquelle, pourtant, on n’avait laissé aucune chance.

Tout appelle à votre retrait. Le poids des ans comme l’époque que nous vivons invitent à la sagesse, au courage et à la lucidité.

Il est temps de laisser la place aux nouvelles générations. L’époque des dictats militaristes est révolue. Ce serait une faute de jugement grave de ne pas comprendre qu’aujourd’hui, en Algérie aussi, le cri d’un citoyen est plus audible que le bruit d’un canon.

Général Ahmed Gaïd Salah,

La question n’est pas de savoir si vous devez partir mais comment et quand cela va advenir. 

Ce n’est pas en recourant aux règlements de comptes que l’on va redonner confiance aux citoyens et crédibilité aux institutions; surtout quand les investigations ciblent certains acteurs et épargnent d’autres. La justice à la carte est l’une des facettes les plus insupportables de l’injustice. Il faudra bien sûr récupérer le maximum de ce qui a été détourné dans le cadre d’un Etat de droit qui reste à construire. Pour l’heure, prendre de vraies mesures conservatoires suffit à enrayer les fuites de capitaux. Les préjudices sont, nous le savons tous, immenses. Mais l’Algérie est d’abord riche de ses fabuleux enfants.

Ce qui se passe actuellement en Algérie est un événement planétaire. Vous devez voir que des horizons inédits, par ailleurs inéluctables, se dessinent pour le pays.

Comme toute entreprise humaine, surtout quand elle s’est accomplie dans un système opaque et violent, votre parcours a connu des fortunes diverses. Vous avez une occasion unique de clore votre carrière par une décision patriotique qui pourrait transcender ou, du moins, relativiser ses points de faiblesses: faire rentrer l’armée dans les casernes et laisser l’Algérien inventer le grand destin que le militarisme lui a interdit depuis le premier jour de son indépendance.

Aghribs 10 avril 2019

Said SADI

رسالة مفتوحة للفريق أحمد قايد صالح

في هاته الأوقات الحاسمة للوطن، كل جزائري موضوع أمام مسؤولياته. و أنتم بشكل
خاص. حان وقت رحيلكم. لأنّكم بلغتم من العمر عتيّا. و لأنّ النظام الذي ساندتموه فشل و
لأنّه، بالأحرى، تمّ إدانته بفضل تعبئة شعبيّة لا مثيل لها أعادت الروح للأمّة منذ 22
فيفري.
إنّ مواصلة التصريح بأن الجيش مواكب للشعب الذي يطالب بدولة جديدة في مستوى آماله،
وحقوقه و ديمغرافيته المتجدّدة ، أمر جدير بالثناء و التقدير. و لكن القيام بعكس ما يتمّ
التغريد به منذ شهر و نصف لا يمكن أن يقنع الكثير و لا أن يوقف الديناميكيّة التي أرجعت
لمواطنينا التحضّر و الأمل.
منذ بدأ هذا الحراك، عرف خطابكم تقلّبات عدّة. كنتم مناصرا للعهدة الخامسة. اتهمتم
المتظاهرين بالعملاء المتلاعَب بهم من أجل زعزعة استقرار بلدهم لتنتهوا، أخيرا، بتقبّل
فكرة أنّ الشعب محقّ في حراكه، و لو بإعطاء مضمون معارض لمطالبه.
و أنتم تتأرجحون بين التهديدات و الوعود اتجاه مواطنينا، أكّدتم، أمس من وهران، أن
ملّفات الفساد سيتّم فتحها بشكل صارم. و قرّرتم كذلك أنّ حلّ طلب التغيير الجذري يمرّ
عبر برلمان، ليس إلاّ أداة تسيير تجاوزه الزمن، نهب الجزائر و أفقد الدولة مصداقيتها.
لتبرير قراراتكم التي لسيت من صلاحيتكم – فانتم نائب وزير دفاع – يشرح المادحون لكم،
و هم الذين سينقلبون عليكم مع أول ريح تغيير تصل، أنّه من الواجب اجتناب انهيار الدولة.
لقد صمدت الدولة الجزائرية في أوقات حرجة ، غابت فيها السلطة ، بل أخطر من ذلك،
انساقت في محاولات نسج تحالفات مشبوهة إن لم نقل تنازلات خطيرة على الدولة الوطنية.
إن إلتزام و تفان مئات الآلاف من موظفي الدولة، من أعلى منصب إلى أبسط مستوى،
الذين بقوا مجنّدين أمام العواصف التي أنتجها سوء تسيير المسؤولين، هو الذي حافظ على
انسجام و استقرار الهيكل الإداري للدولة.
لن أطيل الكلام حول مسألة احترام الدستور الذي يتمّ استدعاءه حسب المناسبات
فهناك آخرون من قبلي، ذكّروا ، بما فيه الكفاية، كيف و كم من مرّة تمّ تشريح القانون
الأساسي أو تمّ خرقه.
إن الإستمرار في تجاهل المعنى الحقيقي لحراك سجّل نفسه في تاريخ العالم، و هذا بغض
النظر لما يؤول إليه الآن، هو تعمّد أخذ خيار البقاء كأحد المعالم المظلمة في ذاكرتنا ، و
الأخطر من هذا، جرّ الجيش نحو مغامرة قد يعرف فيها أسوأ التحديات : و هي مواجهة
شعبه. و من جهة أخرى، أنتم كمجاهد تعلمون أن لا أحد انتصر على شعب ينتفض.
السيد الفريق أحمد قايد صالح

إنّ الجزائر التي استُعبدت ، و خُنقت، و أُذلّت، و نُهبت، عادت من بعيد. لقد عرفت كيف
تستعيد عافيتها، و شرفها و عزّتها بفضل حراك مبهر أنتجه و نشّطه شباب لم نعطيه،
بالمناسبة، أية فرصة.
كل شيئ يناديك بالانسحاب. ثقل السنين و العصر الذي نعيشه يدعوان للرزانة و الشجاعة و
التبصّر.
حان الوقت لفسح المجال للأجيال الجديدة. إن زمن الديكتاتوريات العسكريّة قد ولّى. و إنه
لمن سوء التقدير عدم الفهم أن اليوم في الجزائر أيضا، أصبحت صرخة المواطن أكثر
استماعا من طلقة المدفع.
السيد الفريق أحمد قايد صالح
المسألة لم تصبح في ميزان : هل سترحل أم لا ؟ و لكن كيف و متى يكون ذلك.
إنّ إعادة الثقة عند المواطنين و إرجاع المصداقية للمؤسسات لن تكون باللجوء إلى تصفيّة
الحسابات. خاصة إن كانت التحقيقات مصوّبة اتجاه البعض و متجاهلة البعض الآخر. إن
العدالة حسب الطلب هي من أبشع أوجه الظلم الذي لا يطاق. يجب طبعا استرجاع أكبر
عدد ممكن ممّا تم سلبه، في إطار دولة القانون التي ستبنى. أمّا الآن، فيكفي اتخاذ احتياطات
احترازيّة لإيقاف تهريب الأموال. إننا نعلم جميعا أن الأضرار جسيمة. و لكن الجزائر بلد
غنيّ بأولاده أيضا.
ما يحدث الآن في الجزائر حدث عالمي. و يجب أن توقنون أنّ آفاقا أخرى، لا مفر منها،
يتمّ فتحها للجزائر.
عرف مساركم مسالك متنوعة، و هذا من طبيعة المسارات الإنسانية، خاصة عندما يتمّ
خوضها داخل نظام معتم و عنيف. و ها هي فرصة فريدة لإنهاء مساركم المهني باتخاذ
قرار وطني قد يقضي، أو على الأقل، يخفف من نقاط ضعفه: و هو إدخال الجيش إلى
الثكنات و فسح المجال للجزائري كي يبتكر قدرا كبيرا حرّمته منه العسكرة منذ اليوم الأول
من الاستقلال.

أغريب، 10 أفريل 2019
سعيد سعدي

TABṚAŢ TAZAYAZT I MASS GAYED ṢALEḤ

Di tegwniţ am ta, tmurt aţan af cinqur; yal Azdayri ad inhu iman is. Yiwen am kečč uqbel wiyiḍ. D lawan atteǧǧeḍ amkan ik. Acku wessreḍ, adabu nwen yekkaw, tin i ten yugaren, teḥkem fellas tnekra tutrat n 22 fuṛaṛ ileqmen talalit n tmurt.
Agdud yebɣa ddewla usirem, tin ara d yawin izerfan n tarwa s. Tennam-d teslam i teɣṛi ines. D accu kan, ger txidas d usɛuẓeg, acemma ur d iban. Ayen isutur wegdud terram t d ilem. Ulac war’a yamnen tikerkas agi. Maci akka ara tesexsim tanekra i-d yerran asirem d tegmaţ garaneɣ. 
S gwasmi d tebda tegrawla, awal ik mačči yiwen. Di tazwara tmaleḍ ar uselway imzeggi. Syen d afella tenniḍ timeskanin snulfan ten id kra i wakken ad sefsusten tamurt. Di tagara teqqareḍ agdud d abrid n tideţ i-d yiwwi, xas akken ayen umi yessawal terram fellas timedlin.
Iḍelli di wehran, tesneqreḍ ger uḥucu n tamart

d useḍmaɛ. Tenniḍ win yukren ad ixelles, tenniḍ diɣen tifrat a-d tilli daxel udabu d-yurwen tawaɣit, win iskawen ifaden n tmurt; wina yeṛzan ccan is. Anect agi mačč d cɣel ik. 
Iqeffafen agi i-k d yefkan afus, d wid ara irewlen fellak asmi ara zin wussan. Ddan-d di tcerkeţ ik, ula d nutni ala qaren m’ur nebɣ’ara aţţegrireb tmurt ur ilaq ara a wen teffeɣ afus. 
Wid ibedden af tmurt, wid i s yegan afud di tegwnatin n tillas, asm’akken yebra udabu i ṭbel d gwaman, d wid nni yeqqimen deg wennar, am umeẓyan am umeqwran, yilli iqqweṛṛa fkan-ţ d asfel.
Tegwra-d tedyant n tmenḍawt nni yuɣalen d aɣeṛṛus. Win yebɣan ad iffer tixnanasin ines a-ţ i-d yesmekti. Ur-d igwri degs acemma. Mačči yess ara tesɛeddim ayen ur iqqebel wallaɣ. Ayagi d teţheggim d asigna uzekka.
Akken tebɣu teffeɣ, tagrawla n fuṛaṛ teckem deg mezruy. Win ur nwala ara anecta, ilaq as ad yeḥsu ad yegri yissem is di tecmaţ n tmurt. Dɣa ma yella d aserdas ad yeglu s wid is ar twaɣit n twaɣitin: tin ara tyawin megdal aɣref ines.
Ur yelli win isɣeḍlen agdud ibedden;

Mas Gayed Ṣaleḥ,
Lezzayer yellan af tegcrar, tin i wumi rran takwmamt, tin i wumi ǧǧan agwlim f yiɣes, ass a tuki. Uɣalen ţ id ifadden, trefd iţ tarwas nni umi gezmen iles, tina nwan sedṛeɣlen ţ. 
D lawan aţţeǧǧeḍ amkan i tarwa nneɣ. Iseggwasebb ɛeddan fellak; tagwniţ uɛekwar tekfa; yal yiwen ilaq ad yeḥsu ula di tmurt nneɣ tura, tiɣri n wemdan tugar ṣṣut n lmedfaɛ.
Tufɣa attefɣeḍ. Iqqim d kan a d ibin melmi d wamek. 
La neţţwali kra ɣellin kra nesren. Macci akka i bennun yexxamen n talwit. Ulac lbaṭel yugaren ccraɛ udebuz. I wakken ad tban tideţ, i wakken a-d iban lḥeq, ilaq aţţali ddewla n tafat ifi d yekker wegdud. D tideţ tamurt tenṭer, aṭas i s yeţţwaksen; d acu kan agurruj is yeslek: t-tarwa ines. 
Ayen neţţwali assa werǧin d yella ɣurneɣ. Ula d kečč ilaq ak aţţeḥşuḍ tafugt agi i ineqren yiwen ur izmer a ţ iɣum. 
Tameddurt n wumdan deg akwessar d usawen. Tin ik tesɛedaḍ ţ deg dabu n tilllas. Ass agi, teţţunefk ak tegwniţ i wakken a-ţ tfakeḍ s tezdeg: sekcem aserdas s amkan is teǧǧeḍ Azayri a d yebnu tugdut nni i s yeţwaksen seg wass amenzu uzarug.

Saɛid Saɛdi

10 yebrir 2019.

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

LFC 2020 : un projet contre les travailleurs et les intérêts de la nation

Publié

le

Le communiqué du conseil des ministres du 11 septembre dernier est rédigé de manière à n’être pas compris par le commun des Algériens. Il utilise des mots « savants » supposés n’être compris que par les experts souvent avocats de la bourgeoisie et de l’impérialisme.

Une technique utilisée pour les mêmes raisons sur d’autres cieux : camoufler que le projet de loi de fiance 2020 prépare des coups bas contre les travailleurs et l’économie nationale. Il est en plus l’œuvre d’un gouvernement illégitime au regard de la démocratie. Il a été nommé par l’ex-président Abdelaziz Bouteflika démissionnaire sous la pression extraordinaire du mouvement populaire né le 22 février. Le mouvement n’a pas seulement montré la porte de sortie à l’ancien Bonaparte mais à l’ensemble des personnalités symboles du régime notamment les trois « B » dont Bédoui premier ministre. Il est fort de café que l’avenir du pays soit grevé par un gouvernement rejeté par tous y compris les membres du Panel.

Au regard de la légitimité démocratique comme au regard de « leur » propre légalité le gouvernement Bédoui n’a aucun droit d’engager le pays dans une voie qu’il n’a pas choisi ni approuvé. Bien au contraire, il ne s’est pas passé une semaine depuis la fin février que le peuple tout entier demande son départ et avec lui sa politique.

Le contenu du projet de loi ne peut qu’inciter les travailleurs, les étudiants et les jeunes à radicaliser leur opposition à ce gouvernement car sa politique est inacceptable. Elle ne sera pas accepter !

La politique d’austérité, initiée par Sellal et poursuivie par Ahmed Ouyahia, continue.

Le gouvernement Bédoui prévoit une baisse de 10% du budget de fonctionnement. En termes simples, cela veut dire le maintien de l’interdiction de recruter dans la fonction publique. Mesure qui a été étendue à toutes les entreprises publiques. Dans ces secteurs les départs en retraite ne seront pas remplacés. Le chômage va progresser particulièrement chez les jeunes qualifiés. Le travail précaire va s’élargir, par des CDD justifiés (remplacement pour des grossesses et longues maladies) dans le secteur public et para public et va exploser dans le secteur privé ou les contrôles seront inexistants. Cela veut également dire qu’aucune augmentation de salaire n’est prévue notamment du SMIG.

L’emploi, les conditions de vie sont menacés. Des restes à réaliser du plan de grands travaux de 2008 20% ne seront pas pris en compte. La crise du logement demeurera. Les transports en commun déclineront. Les transports inter wilayas également. Le parc ne sera pas renouvelé.  

Pour faire face à la baisse des ventes du gaz et du pétrole sur le marché mondial et donc à la baisse des recettes et des réserves de change, le gouvernement Bedoui se propose d’élargir l’assiette fiscale. Les retraités et les petites gens des villes et des campagnes sont directement visés. La règle de la double imposition est maintenue car elle permet à des particuliers ou à des chefs d’entreprises étrangers de ne pas payer des impôts en Algérie

Le projet de loi prévoit aussi d’augmenter les recettes en augmentant le coût des services et des biens. Le communiqué l’indique comme étant un axe politique sans précision. On peut supposer que toutes une série de taxes seront valorisées : la TVA, les timbres, mais aussi les services essentiels eau, gaz et électricité domestique.

Dans ce cadre d’autres services jusqu’ici non payant le seront. Un projet est à l’étude pour installer des péages sur les autoroutes algériennes. Il ne s’agit pas d’une rumeur mais d’un fait qui n’a pas fait les « Unes » de la presse pourtant cela a éré annoncé par le gouvernement : « Le Premier ministre a présidé samedi une réunion interministérielle consacrée à l’examen du dossier de l’entretien de l’autoroute est-ouest et des mesures devant être mises en œuvre pour la mise en place d’un système de péage. »

Le caractère national de l’économie nationale est frontalement frappé par le projet. Le gouvernement décide de supprimer la règle 51-49, pourtant minime,  pour permettre aux investisseurs étrangers d’investir sans aucune restriction. Cette règle a été, dès sa promulgation,  combattue par l’Union européenne, et d’autres puissances financières mondiales.

Désormais les financiers étrangers pourront s’installer sans aucune restriction. A terme ils pourront rapatrier leurs dividendes. Cette mesure est cependant limitée  aux secteurs non stratégiques. Qu’en sera-t-il à terme ? Le projet de loi sur les hydrocarbures (que Total avait anticipée  pour tenter de devenir plus importante que la Sonatrach) n’a toujours pas été rendu public. Il faut seulement savoir que les PMI/PME, qui sont visées,  emploient le plus grand nombre de salariés. Cette mesure est anti nationale car elle favorise « la recolonisation » de l’économie algérienne.

Elle se conjugue avec une autre qui, elle, doit étrangler les entreprises publiques  et les rendre dépendantes du capital financier mondial.

En effet, le communiqué du premier ministère indique que « Le projet de loi propose la possibilité de recourir, de façon sélective, au financement étranger auprès des institutions financières mondiales de développement en vue de financer les projets économiques structurels et rentables avec des montants et des délais conformes à la rentabilité de ces projets et leur solvabilité ». En d’autres termes le gouvernement autorise les entreprises à s’endetter pour réaliser certains projets. L’endettement se fera selon les règles des « clubs de Paris » ou des «clubs de Londres »

En résumé le le projet de loi de finance 2020 est un plan de guerre contre les travailleurs et les petites gens des villes et des campagnes. Il est aussi un plan de guerre contre l’économie nationale. Une autre politique économique est possible développant l’économie du pays au seul  profit des masses populaires. Elle suppose préalablement de mettre fin à ce régime et à toutes ses institutions. Toutes anti-démocratiques, anti-nationales, et anti-ouvrières.

Nadia Sabry

Continuer la lecture

Actu

Le juge refuse la relaxe pour Billal Ziane, cancéreux !

Publié

le

C’est scandaleux et ignoble ! La justice algérienne, obéissant aux ordres du nouveau maître d’Alger, le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, a refusé la relaxe pour un prévenu atteint de cancer !

Billal Ziane, ce jeune Algérien, kidnappé lors de la manifestation du 20 septembre dernier, est placé sous mandat de dépôt alors qu’il est gravement malade !

En effet, Billal Ziane est atteint d’un cancer et qu’il a une séance de chimiothérapie prévue pour le 23 septembre, c’est-à-dire pour aujourd’hui !

Contre toute attente, sa relaxe a été refusée par le juge qui a pris le risque de laisser mourir Billal Ziane en prison tout en sachant qu’il s’agit d’un détenu d’opinion, cancéreux de surcroît !

Il faut noter que Billal ne pourra pas poursuivre ses soins en prison et on peut aisément imaginer les conséquences graves qu’une telle privation peut avoir sur sa santé.

Pourtant, priver Billal de ses droits politiques est un crime contre les libertés et la démocratie ! Priver Billal, le cancéreux, de ses séances de chimiothérapie est un crime contre l’humain, un crime condamné par les lois et les conventions internationales.

Pour rappel, le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) avait déjà attiré l’attention sur les anomalies et les dérives de la justice algérienne.

« Le tribunal de Sidi M’hamed, après avoir placé sous mandat de dépôt un jeune Billal Ziane (atteint d’un cancer et qui a RDV pour sa chimiothérapie le 23 septembre) et un vieux (Garidi Hamidou) âgé de 76 ans atteint d’une maladie chronique, le procureur et le juge d’instruction du même tribunal (Sidi M’hamed) ont placé, mercredi 18 septembre un malade mental 100 %, Maati Salah, âgé de 47 ans, qui a été arrêté par les services de sécurité lors de la marche du mardi, alors qu’il avait une pancarte entre ses mains sur laquelle sont dessinés tous les présidents algériens », avait écrit le CNLD dans une déclaration.

A. Guatri

Continuer la lecture

Actu

Baha Eddine Tliba accuse les fils d’Ould Abbès…

Publié

le

Après un silence qui aura duré plusieurs mois, Baha Eddine Tliba, député FLN de la wilaya de Annaba, sort de son silence.

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui dimanche, Baha Eddine Tliba accuse les relais d' »El-issaba » le « gang » (comprendre le clan Bouteflika) de comploter contre lui, en l’accusant de plusieurs affaires de corruption. 

Le député d’Annaba n’a pas froid aux yeux. Malgré la demande de levée de son immunité parlementaire par le ministre Belkacem Zeghmati, l’homme d’affaire et néanmoins député apparenté du PFLN refuse de renoncer par lui-même à sa précieuse immunité parlementaire.

Il a souligné dans ce communiqué qu’il a été entendu par la justice le 4 septembre comme témoin.Tliba se plaint d’être une victime des enfants de l’inénarrable Djamel Ould Abbès, dont l’un est en fuite à l’étranger.

Le député d’Annaba soutient qu’il a été victime du chantage des fils d’Ould Abbès. Ces derniers ont tenté, selon ce communiqué, de lui soutirer sept milliards, en contrepartie de son placement en tête de liste pour les législatives de 2017.

Faut-il rappeler que Tliba a soutenu tous les mandats de Bouteflika. ll a même appelé à un cinquième mandat. Mais depuis le début de la dissidence citoyenne, il a complètement disparu de la scène politique. Faisant profil bas, car il a été fortement dénoncé à Annaba où il a bâti son empire et son emprise sur la vie locale.

Aussi, on reproche à Tliba de faire partie du clan du chef d’état-major de l’armée, le général-major Ahmed Gaïd Salah, son vertiges protecteur.

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires