Connectez-vous avec nous

Société

Des astronomes révèlent la première image d’un trou noir

Publié

le

C’est une première. Des astronomes du monde entier, réunis sous le projet Event Horizon Telescope, ont présenté mercredi la première image d’un trou noir.

À quoi ressemble un trou noir ? Depuis ce mercredi 10 avril, nous avons enfin la réponse. Des astronomes du monde entier, réunis sous le projet Event Horizon Telescope, sont parvenus, grâce à une observation croisée, à capturer l’image d’un trou noir, une première dans l’histoire de l’astronomie.

Un trou noir est un objet céleste qui possède une masse extrêmement importante dans un volume très petit. Comme si la Terre était comprimée dans un dé à coudre, ou comme si le Soleil ne faisait plus que 6 km de diamètre, expliquait récemment à l’AFP Guy Perrin, astronome à l’Observatoire de Paris-PSL.

Selon la loi de la relativité générale publiée en 1915 par Albert Einstein, qui théorise leur fonctionnement, l’attraction gravitationnelle exercée par ces monstres est telle que rien ne peut s’en échapper, ni la matière, ni la lumière, quelle que soit la longueur d’onde. Résultat : ils sont invisibles.

Pour contourner ce handicap de taille, les astronomes cherchent à observer le monstre par contraste, sur la matière qui l’entoure. En avril 2017, huit télescopes répartis à travers le monde avaient ciblé simultanément deux trous noirs avec un objectif : tenter d’en obtenir une image. Depuis deux ans, la communauté scientifique attendait le résultat.

« Une photo, c’est la preuve définitive de l’existence des trous noirs », s’enthousiasme Jean-Pierre Luminet, astrophysicien au CNRS français, auteur de la première simulation numérique d’un trou noir en 1979. « Même dans la communauté scientifique, il y a encore pas mal de résistance », ajoute le scientifique qui voulait déjà à l’époque « donner à voir le trou noir ».

Les résultats ont été présentés en grande pompe avec six grandes conférences de presse organisées de façon simultanée dans plusieurs villes du monde : Bruxelles, Santiago, Shanghai, Tokyo, Taïwan et Washington.

Un télescope virtuel de la taille de la Terre

En combinant huit télescopes répartis sur le globe, l’EHT est parvenu à créer un télescope virtuel d’environ 10 000 km de diamètre, proche de la taille de la Terre.

Avec notamment le télescope de 30 mètres de l’IRAM en Europe (géré par le CNRS français, la Max-Planck-Gesellschaft en Allemagne et l’IGN espagnol), le puissant radiotélescope ALMA construit au Chili (cogéré par l’Europe, les États-Unis et le Japon) mais aussi des structures aux États-Unis, à Hawaï et en Antarctique, l’Event Horizon Telescope couvre une large partie du globe.

Plus un télescope est grand, plus il permet de voir de détails. Et les astronomes ont retenu deux cibles : les deux trous noirs qui sont les plus gros, vus de la Terre.

L’un, Sagittarius A*, est blotti au centre de la Voie Lactée, à 26 000 années-lumière de la Terre. Sa masse est équivalente à 4,1 millions de fois celle du Soleil. Son rayon équivaut à un dixième de la distance entre la Terre et le Soleil. L’autre est l’un des trous noirs les plus massifs, 1 500 fois plus que Sagittarius A*. Il n’a pas de nom et est situé à 50 millions d’années-lumière de la Terre, au cœur de la galaxie M87.

Il est bien plus gros que Sagittarius A* mais il est tellement plus loin de nous que, vue de la Terre, « sa taille apparente devrait être légèrement inférieure à celle » du premier, précise l’Event Horizon Telescope.

Par leurs observations, les astronomes cherchent à identifier l’environnement immédiat d’un trou noir. Selon la théorie, quand la matière est absorbée par le monstre, elle émet une lumière. Le projet EHT, capable de capter les ondes millimétriques émises par l’environnement du trou noir, a pour but de définir le pourtour de l’objet céleste.Avec AFP

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Société

Le collectif des travailleurs de Sonelgaz Tizi-Ouzou dénonce

Publié

le

Le collectif des travailleurs de Sonelgaz de Tizi-Ouzou nous a fait parvenir la déclaration suivante que nous reproduisons intégralement ci-dessous.

L’intervention illégale de l’administration pour faire des retenues sur salaires pour toutes les journées de grève observées par les travailleurs depuis le début du Hirak ne peut être considéré autrement que du vol, pire encore, ces journées de grève sont considérées comme des absences irrégulières, ce qui est une remise en cause du droit de grève.

Ces pratiques nous interpellent au plus haut point et nous rappellent les mêmes pratiques autoritaires qui sévissent dans les entreprises privées. Cela nous renseigne sur la volonté de l’administration de museler toute voix discordante et de contestation au sein de l’entreprise.

Cette énième attaque flagrante à la liberté d’expression des travailleurs (euses) et la remise en cause des libertés syndicales interviennent dans un contexte de crise économique et sociale explosive dans le but de réduire les travailleurs à l’esclavage, et elle met à nu les contradictions de l’administration dans sa gestion et aussi la tentative de passer sous silence la privatisation de notre Sonelgaz, qui a déjà commencé avec la SDA (Société de Distribution d’Alger), et le changement du statut des directions de distributions en concessions, sans oublier la volonté de briser toute solidarité entre travailleurs (euses) suite à la dérive autoritaire de la direction de Bouira, où deux de nos collègues ont été licenciées abusivement (Dab Fatima Zohra et Harmoune Naima).

Le collectif des travailleurs (euses) de Sonelgaz Tizi-Ouzou dénonce énergiquement ces pratiques odieuses, dignes d’une administration coloniale, qui tente d’étouffer toute contestation des travailleurs (euses).

Notre salut va à tous les travailleurs (euses) qui sont conscients des dangers de cette situation et nous les interpellons pour réagir et se mobiliser pour prendre leur destin en main. Notre force est dans notre union, alors soyons toutes et tous présents à la DD pour dénoncer ce vol perpétré contre nos salaires de misère et aussi pour dire haut et fort :

  • Pour le respect des libertés syndicales et du droit de grève.
  • Non à la privatisation de la Sonelgaz.
  • Non à la politique de répression et aux licenciements.
  • Pour l’auto-organisation des travailleurs.

Vive l’union des travailleurs. Vive la lutte des travailleurs, et vive la peuple. Soyons toutes et tous présents.

Le collectif des travailleurs

Continuer la lecture

Société

Montage automobile : exonération de taxes et des surfacturations atteignant les 3,7 milliards de dollars en 2018

Publié

le

Ce qui est prétendument appelé « secteur de montage automobile » s’avère une autre supercherie faite aux Algériens que la compagne de lutte contre la corruption est en train de mettre à jour.

Cette activité fait actuellement face à des difficultés depuis que le gouvernement a procédé à la suspension de l’importation des kits CKD et SKD pour le montage de véhicules. Il est reproché à ces entreprises de surfacturer l’importation de leurs intrants.

Dès la mise sur le marché des premières voitures, tous les Algériens avaient relevé cette anomalie de payer nettement plus cher un véhicule « produit » localement qu’un véhicule importé.

Une activité cumulant les exonérations : droits de douanes, TVA et taxe sur le véhicule neuf   

Or, cette activité qui a bénéficié des largesses « de l’Etat » à travers les mesures prises sous le gouvernement de l’ex-premier ministre, cumule les exonérations des taxes aux dépens du Trésor public, c’est-à-dire l’argent public. Les voitures montées localement sont en effet exonérées des droits de douanes, de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) ainsi que de la taxe sur le véhicule neuf. Ce qui évacue toute justification des prix imposés aux Algériens.

Paradoxalement, depuis 2016, début du montage automobile en Algérie, les prix des voitures ont triplé, souligne le journaliste Zohir Bouzid du service économique de la radio chaine 3 qui fait intervenir Nadir Kerri, journaliste spécialisé dans l’automobile.

3,7 milliards de dollars de surfacturation en 2018

Nadir Kerri qui a eu à visiter plusieurs usines de montages dans le monde témoigne que « ce qui se fait chez nous, n’est pas du montage, c’est du bricolage » avant de souligner que ces surfacturations « nous ont coûté 3,7 milliards de dollars en 2018. Durant les 4 à 5 premiers mois de l’année en cours, ça atteint déjà les 1,5 milliard ».

Des chiffres qui, comparés à ce qui se fait ailleurs, donnent le tournis au journaliste. Il cite le cas de l’usine du groupe PSA Maroc qui avec seulement 540 millions d’euros » met sur le marché pas moins de « 200 000 véhicules », dit-il avant de s’apostropher qu’« avec 1,5 milliard de dollars, il y a de quoi monter trois usines ». Chaîne 3

Continuer la lecture

Société

Affaire Tahkout : l’ex-ministre Youcef Yousfi placé en détention provisoire

Publié

le

Le Conseiller enquêteur près la Cour suprême a ordonné, dimanche à Alger, la mise en détention provisoire de l’ancien ministre de l’Industrie et des mines, Youcef Yousfi, dans le cadre de l’enquête relative à l’affaire de l’homme d’affaires, Mahieddine Tahkout, indique un communiqué de cette instance.

« Dans le cadre de l’enquête instruite au niveau de la Cour suprême concernant l’affaire de Mahieddine Tahkout, M. Youcef Yousfi a été auditionné, aujourd’hui le 14 juillet 2019 par le Conseiller enquêteur », précise le communiqué.

Le mis en cause, est poursuivi pour « octroi d’indus avantages lors de passation de marchés publics et de contrats en violation des dispositions législatives, abus de fonction, dilapidation de deniers publics, conflit d’intérêts et corruption lors de la conclusion des marchés publics », ajoute la même source.

A cet effet, « le conseiller enquêteur a ordonné la mise en détention provisoire du mis en cause », conclut le communiqué. APS

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires