Connectez-vous avec nous

Mémoire

Le mystérieux exil d’Abdelaziz Bouteflika en Suisse

Publié

le

Chassé du pouvoir en 1981, Abdelaziz Bouteflika a passé plusieurs années sur les bords du lac Léman. Était-il sans le sou comme le racontent ceux qui l’ont côtoyé 

Jean Ziegler, ancien professeur de sociologie à l’université de Genève, et actuel vice-président du comité consultatif du conseil des droits de l’homme des Nations unies, ne tarit pas d’éloges sur son ancien élève.

« Bouteflika s’est inscrit en fac avec l’intention de passer une thèse sur le groupe des 77, fondé en 1964, une coalition de pays en développement conçue pour promouvoir les intérêts économiques de ses membres. C’est une personnalité d’une intelligence exceptionnelle », commente l’auteur de La Suisse lave plus blanc. Les deux hommes, qui ont pratiquement le même âge, se rencontrent alors fréquemment, dans les cafés ou pour des promenades sur le Salève, une montagne de l’autre côté de la frontière. « J’atteste qu’il n’avait pas un sou. Il avait demandé une Bourse, qu’il n’a pas obtenue. C’est sans doute pour cette raison que Bouteflika n’a pas terminé sa thèse. Il est parti travailler à Abu Dhabi vers 1985 », raconte Jean Ziegler, 85 ans.

Devenu président, Abdelaziz Bouteflika invitera à plusieurs reprises son ancien professeur suisse en Algérie. Alain Bittar, le patron de la librairie arabe L’Olivier de Genève, se souvient d’un homme cultivé. « J’avais récupéré toute une bibliothèque de linguistique berbère. Bouteflika s’y intéressait beaucoup. Il m’avait acheté de nombreux ouvrages », se souvient le libraire. « Il n’avait pas renoncé au pouvoir. Mais c’était au vrai pouvoir qu’il aspirait, surtout pas celui d’être une marionnette », commente Alain Bittar.

Des sommes d’argent volatilisées

Mais que faisait en Suisse l’ancien ministre des Affaires étrangères algérien de 1963 à 1979 ? À la mort de Houari Boumediene, son dauphin est brutalement débarqué, accusé par la Cour des comptes d’avoir détourné sur les trésoreries des ambassades algériennes à l’étranger l’équivalent de 60 millions de francs. Un article d’El Moudjahid d’août 1963 évoque deux comptes ouverts à la Société des banques suisses (SBS) à Genève. Dans le livre Où va l’Algérie ? Et les conséquences pour la France*, sorti en février, le journaliste Mohamed Sifaoui écrit que contre une impunité, le pouvoir algérien aurait demandé à Bouteflika « de rembourser une partie des sommes qui se sont volatilisées quand le chef de la diplomatie algérienne gérait certains fonds spéciaux, mais aussi de quitter la scène sur la pointe des pieds ».

Pour le financier Ali Benouari, ancien ministre du Trésor, installé dans la cité de Calvin depuis de nombreuses années, Abdelaziz Bouteflika est avant tout un « grand dissimulateur ». « C’est vrai, il jouait au misérable, portant des pantalons troués et vivant aux crochets de ses amis. Notamment de son frère de lait, l’homme d’affaires Mustapha Berri.

Mais, en fait, il avait beaucoup d’argent. Il n’était pas rare de le croiser dans des palaces », assure l’ancien ministre algérien. Ce ne sont pas les trous dans le pantalon dont se souvient le journaliste algérien Atmane Tazaghart, mais du maillot de corps de Bouteflika. « Je me suis entretenu avec lui à Abu Dhabi, avant qu’il ne revienne en Algérie en 1987. À un moment, il a ouvert sa veste et montré ce vêtement troué, comme pour me prouver qu’il n’avait pas d’argent ! » sourit le journaliste en se remémorant la scène.

Après la Suisse, les Émirats arabes unis

Bref, cette période d’exil allant de 1981 à 1987 est fort peu documentée, comme le souligne La Tribune de Genève, qui a consacré récemment un long article sur « le passé suisse du président algérien  ». Le quotidien croit savoir que Bouteflika a choisi la Suisse en raison d’un nombre important de ses concitoyens vivant dans ce pays. « L’hôtel Strasbourg, aux Pâquis, appartient à un Algérien né à Oujda, au Maroc, comme lui. Sa mère et son frère Saïd ont vécu à La Chaux-de-Fonds. D’autres Algériens d’Oujda habitent à Genève », raconte La Tribune de Genève. Mais nous ne sommes pas plus avancés sur les occupations quotidiennes de l’ancien ministre des Affaires étrangères.

Quel était son emploi du temps ? Qui rencontrait-il ? Conservait-il des relations avec des dirigeants du Front de libération nationale (FLN) ? À partir de 1983-1984, Abdelaziz Bouteflika côtoie de plus en plus de dignitaires du Golfe, émiratis et saoudiens, très nombreux sur les bords du lac Léman.

Finalement, il s’envole dans les Émirats arabes unis. Il va y passer deux années, officiellement comme consultant, effectuant de fréquents allers-retours à Genève.

« Alors que beaucoup le considéraient comme un has been, il n’a jamais douté qu’il reviendrait au pouvoir, se souvient un Algérien qui l’a croisé à Lausanne. Il a aussi habité dans le canton de Vaud, mais je n’ai jamais pu savoir qui l’hébergeait. Bouteflika a toujours été très mystérieux, très secret. Je ne sais même pas s’il avait un ami en Suisse. » Ian Hamel pour Lepoint.fr

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Mémoire

Quand l’ex-colonel du DRS Larbi Cherif défendait Bouteflika et le 5e mandat !

Publié

le

L’ex-colonel du DRS, Abdelhamid Larbi Cherif, avait soutenu le 5e mandat jusqu’à la dernière minute, en cherchant à sauver Bouteflika et son clan.

L’ancien officier des services n’a pas froid aux yeux pour exister au travers des interventions complaisantes dans des télévisions, outils de propagande du pouvoir.

Regardez ce qu’il disait avant la chute de Bouteflika. Pour Abdelhamid Larbi Cherif, Bouteflika est victime d’une propagande d’ennemis de l’Algérie, surtout la France, et que le « hirak » était manipulé.

Et maintenant depuis la chute du potentat, l’ex-colonel a changé de discours pour défendre aveuglément avec Gaïd Salah. Dans El Moudjahid il déclarait plus tard : « Si la révolution populaire qui frappe l’Algérie depuis le 22 février dernier ne connaît pas rapidement une issue positive, elle peut dégénérer ». Le même « analyste » qui faisait l’éloge de Bouteflika, ajoute : « Malheureusement, à cause de l’enracinement de corruption dans toutes les sphères de décisions, et  à tous les niveaux, le pays est resté à la traîne ».

Quelle crédibilité reste-t-il pour cet individu ? Et pourquoi diable des chaînes de télé lui donnent la parole alors qu’elles savent pertinemment que l’individu change de propos avec le changement des hommes du régime ?

Continuer la lecture

Mémoire

Il faut que la France rende les crânes des résistants algériens

Publié

le

Les crânes des résistants algériens doivent être restitués à leur pays d’origine, a déclaré l’anthropologue Alain Froment qui a dirigé pendant dix ans les collections d’anatomie du Musée de l’Homme de Paris, soulignant le symbole que représentent ces résistants algériens.

« Bien sûr, on voit le symbole que représentent ces résistants algériens. Nous en avons hérité pour des raisons historiques, mais il faut évidemment les rendre, il n’y a aucun débat là-dessus », a affirmé ce docteur en anthropologie biologique, chargé de la gestion du dossier de la restitution des crânes à Algérie, dans une interview à l’hebdomadaire Le Journal des arts, paru vendredi.

Il a indiqué que le musée « n’a pas la main » pour la restitution, en raison des modalités du véhicule juridique qui restent « en suspens ».

« C’est la raison de cette commission franco-algérienne », a-t-il expliqué, précisant dans ce cadre que « la politique est distincte selon que les restes sont nommés ou anonymes ».

Il a ajouté que la commission, dirigée par le médecin légiste le professeur Belhadj, fait en quelque sorte un « travail d’identification judiciaire ».

« Ensemble, nous examinons les cadavres un à un pour déterminer leur âge, leur sexe. Ce travail collectif est salutaire puisqu’il nous a permis de documenter de manière approfondie nos collections », a-t-il souligné, indiquant que des archivistes algériens « étudient par ailleurs les archives coloniales à Aix », qui ont déjà trouvé des éléments que « nous n’avions pas ici et qui permettent d’identifier des crânes ».

« Nous avons un mandat de la présidence, puisque Emmanuel Macron a dit que nous restituerons les crânes des résistants algériens. Et il a bien dit « résistants » », a-t-il tenu à souligner en réponse à une question sur la restitution des autres restes d’Algériens conservés en France.

Il a précisé que la plupart des crânes sont « anonymes » et qui « ne rentrent pas dans la négociation ».

« Si c’est un anonyme documenté comme victime d’une exaction, il est possible de discuter : il rentre dans un fait de résistance ou d’exaction, donc il y a réparation », a-t-il expliqué, indiquant qu’il y « 381 crânes algériens, dont la grande majorité proviennent des fouilles archéologiques ».

Par ailleurs, il a fait savoir que toute procédure de restitution est encadrée par des circuits juridiques « complexes » que sont chargés de démêler les membres de la commission franco-algérienne en lien avec les autorités des deux pays.

Dans une interview à l’APS, en avril 2018, le chercheur algérien Ali Farid Belkadi, à l’origine de la découverte au Musée de l’Homme de Paris des crânes des résistants algériens, avait indiqué, rappelle-t-on, que parmi les 536 restes mortuaires d’Algériens recensés, il y a 70 crânes appartenant aux résistants de Zaâtcha (Biskra).

« Les 70 crânes de Biskra, sont bel et bien ceux de résistants de Zaâtcha, qui furent décapités à la fin du siège de l’oasis par les soldats du corps expéditionnaire français », avait précisé ce chercheur en histoire et anthropologie, soulignant que certains ossements concernent la préhistoire.

« La présence de ces crânes et de divers ossements en provenance d’Algérie est bel et bien établie et vérifiée dans la base de données du musée où figurent les « spécimens » informatisés et non l’intégralité des collections qui restent encore à repérer et à cataloguer », avait-il ajouté. APS

Continuer la lecture

Mémoire

Abdelkader Mesli, l’Imam qui a sauvé des juifs en délivrant de faux certificats musulmans

Publié

le

Lorsque l’Europe était sous domination nazie et que certains gouvernements et citoyens ont fait le choix de collaborer avec l’ennemi, d’autres ont préféré résister au péril de leur vie et de leur liberté. Ils ont tendu une main secourable à ceux qui étaient dans la tourmente dont de nombreux juifs. 


Ces sauveteurs ont reçu le titre de Justes parmi les nations. Animés d’idéaux humanitaires ou révoltés par la situation, ils ont contribué à sauver des centaines de vie durant la seconde guerre mondiale. 
Récompensés pour leur bravoure, ils ont reçu la médaille des Justes et un certificat honorifique par l’état hébreu. Leurs noms sont inscrits sur le Mur d’honneur du Jardin des Justes à Yad Vashem. 

Pourtant parmi ces Justes, certains sont restés dans l’ombre et n’ont pas eu droit aux honneurs et aux acclamations. 

Des musulmans ont sauvé des juifs de la déportation, pourtant leurs noms ne figurent nulle part et n’ont même jamais été mentionnés. 

A l’image de l’imam algérien Abdelkader Mesli. Son fils, Mohamed a rendu public les archives précieusement gardées par feu son père. Une vieille valise ouverte par hasard a permis de comprendre le vaste travail accompli par son père au moment où les français étaient sous domination nazie entre 1939 et 1945. 

Il y a des carnets, beaucoup de textes en arabe

Explique Mohamed puisque pour aider les familles juives en détresse, son père leur délivrait de faux certificats de religion musulmane. L’imam Mesli faisait partie du rectorat de la mosquée de Paris dès 1930, il gérait notamment les tickets de rationnement.

Après avoir sauvé plusieurs familles juives de la déportation, Abdelkader Mesli sera dénoncé à la Gestapo et déporté à son tour dans les camps de concentration. Même sous la torture, l’imam n’a jamais dénoncé les familles qu’il cachait, ni ses complices. Il mourra en 1960 alors que son fils était âgé de dix ans. 
Des années plus tard, Mohamed rend hommage à son père, ce héros inconnu sorti de l’oubli.

Après la découverte de ces documents, j’ai pris la mesure de la personne qu’était mon père.

Au 1er janvier 2012, 24 355 Justes parmi les nations de 46 pays ont été honorés, pourtant un seul Arabe se verra décerner le titre de Juste, le médecin égyptien Mohamed Helmy mort en 1982.
Il a reçu le titre de Juste parmi les nations pour son aide apportée durant la seconde guerre mondiale à une famille juive. Une reconnaissance tardive, puisque Mohamed Helmy est mort avant que le Mémorial Yad Vashem ne lui décerne ce titre. (voir la vidéo en bas)

Journal Anasr.fr

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires