Connectez-vous avec nous

Actu

Le pouvoir politique passe au plan C : réhabiliter le FIS

La Rédaction

Publié

le

Lu dans Facebook. Les choses s’accélèrent et prennent une tournure dangereuse. 
Après les rencontres secrètes et infructueuses de Lakhdar Brahimi avec quelques opportunistes de l’opposition- maison, le serail passe au plan C : réhabiliter le FIS dissous.

Première étape : levée du contrôle judiciaire contre trois dirigeants du FIS dissous: Kamel Guemazi, Boukhamkham et Ahmed Ben Mohamed.

Deuxième étape: création d’une coordination dite  » Coordination nationale pour le changement ». Dans la liste des signataires, on y trouve un autre ténor du FIS dissous : Mourad Dhina. Un chef terroriste qui a assumé publiquement les assassinats des journalistes et autres militants de gauche.

Pour donner un semblant de crédibilité à la démarche, on y associe quelques noms qui ont émergé ces dernières années : Zoubida Assoul, Mustapha Bouchachi, Karim Tabbou et le président du RCD, Mohcine Belabbes. La boucle est bouclée.

Troisième étape: Disqualifier le congrès de la Soummam et mettre en avant la proclamation du Novembre et réclamer une république démocratique et sociale dans le cadre des principes islamiques. Karim Tabbou se charge du service après-vente et le déclare à Bordj Bou Arréridj où il était persona non grata.

Saïd Sadi a, pourtant, fait remarquer cette dérive lors de sa conférence de presse en parlant de cette banderole sur laquelle est écrit  » Ni Evian, ni Soumam, 1er Novembre est la référence » mais, il envoie tout de même son poulain se mouiller avec les dirigeants de l’ex-FIS.

C’est un dérapage gravissime que de vouloir réécrire l’Histoire en disqualifiant le Congrès de la Soummam, un marqueur majeur qui a tracé les contours d’une Algérie démocratique et sociale dans le cadre des valeurs universelles de tolérance, d’humanisme, de dignité et de liberté sans clivages ethnique ou religieux.

Ces aventuriers qui veulent remonter l’Histoire en sens interdit devraient comprendre que l’islamisme est comme la mort, on ne fait l’expérience qu’une seule fois.

Les jeunes sortis en millions dans les rues n’ont mandaté personne pour parler en leur nom.

Ne les laissons pas voler notre victoire. À bat le fascisme rampant 
Seule la lutte paye. Salim Chait

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x