Connectez-vous avec nous

Mémoire

Le mystère des dix tribus perdues d’Israël et les Berbères de l’Afrique du Nord

Publié

le

L’écrivain Arthur Koestler a fait une étude exhaustive sur le royaume des Kazars qui se seraient convertis au judaïsme et qui constitueraient la « treizième tribu » d’Israël.

Par ailleurs, l’origine des juifs en Afrique du Nord et plus particulièrement des juifs de Berbérie n’en est pas moins intrigante.

Les tribus berbères judaïsées formeraient-elles une « quatorzième tribu » Y aurait-il une ascendance juive au sein des populations berbères d’Afrique du Nord?

L’écrivain Arthur Koestler a fait une étude exhaustive sur le royaume des Kazars qui se seraient convertis au judaïsme et qui constitueraient la « treizième tribu » d’Israël ».

Par ailleurs, l’origine des juifs en Afrique du Nord et plus particulièrement des juifs de Berbérie n’en est pas moins intrigante. Les tribus berbères judaïsées formeraient-elles une « quatorzième tribu » ? Y aurait-il une ascendance juive au sein des populations berbères d’Afrique du Nord

En l’an 722 avant l’ère courante, les Assyriens détruisirent le royaume d’Israël et exilèrent ses dix tribus. Le prophète Amos reproche aux Tyriens (dénommés par la suite Phéniciens) de ne pas s’être souvenir de l’alliance conclue depuis l’époque du roi Salomon et d’avoir vendu une diaspora entière à l’Occident, c’est-à-dire les îles grecques et les comptoirs tyriens de la Méditerranée et de l’Atlantique.

De fait, les légendes entretenues par les Juifs du Sud marocain font état d’une présence juive datant de l’époque du Premier temple (détruit par les Babyloniens en 586 avant l’ère courante).

Lorsqu’Alexandre le Grand conquit l’Égypte, son successeur Ptolémée dépêcha des garnisons juives à Éléphantine au sud de l’Égypte et en Cyrénaïque. Ces dizaines de milliers de soldats s’y installèrent tout en vivant d’élevage et d’agriculture, loin de l’influence culturelle des grandes académies rabbiniques de Babylonie.

Lorsque le Temple de Jérusalem fut détruit par les Romains en 70, une grande partie de la population judéenne fut exilée. On compta 30 000 esclaves judéens à Carthage seulement (et une grande partie des 40 000 esclaves employés à la construction du Colisée à Rome furent sans doute des Judéens). À cette époque, les Juifs de la diaspora se consacrèrent au rachat des exilés.

Seraient-elles des tribus berbères judaïsées ou des tribus juives berbérisées? La recherche n’a pas encore dit son dernier mot.

En l’an 115, une révolte éclata en Libye et se propagea à Alexandrie puis en Judée. Cette révolte fut réprimée en Judée par Hadrien (Jérusalem fut passée au soc de charrue) et aussi à Alexandrie et en Libye. Des centaines de milliers de juifs libyens abandonnèrent leurs cités et allèrent se réfugier au sud du limes romain, et notamment dans le Sud marocain. Suivront des siècles de cohabitation judéo-berbère. Le christianisme évolua également en Afrique du Nord alors que l’Empire romain d’Occident ployait sous les attaques successives de Huns, de Goths et de Lombards. Les historiens berbères et arabes (El-Adouani, Ibn Khadoun) listent un grand nombre de tribus juives au moment de la conquête arabe. Seraient-elles des tribus berbères judaïsées ou des tribus juives berbérisées? La recherche n’a pas encore dit son dernier mot.

Ainsi, un judaïsme non rabbinique – différent de celui de Carthage qui était en contact avec les académies talmudiques babyloniennes – évolua en Afrique du Nord. De fait, il devait être difficile de différencier entre les Juifs et leurs voisins berbères.

L’opposition à la conquête arabe fut menée par les tribus chrétiennes commandées par Koceila puis la reine judéo-berbère El Kahéna.

Elle appartenait à la tribu des Djeraoua (pluriel de Djer ou guer signifiant converti en hébreu). Son nom signifie prêtresse, car on lui attribuait des pouvoirs occultes (les Arabes furent sur le point de rebrousser chemin, mais ne voulaient pas s’avouer vaincus par une femme). Elle devint impopulaire, car elle pratiqua la politique de terre brûlée pour décourager les envahisseurs.

Trahie par son fils adoptif arabe, elle mourut au combat. Les conquérants arabes proposèrent aux vaincus la conversion ou la mort et c’est ainsi que de nombreuses tribus berbères s’islamisèrent et participèrent en grand nombre à la conquête de l’Espagne en 711 de l’ère courante. Une partie des judéo-berbères demeura attachée au judaïsme et s’amalgama avec les Hébreux des différentes vagues d’immigration : celle de l’époque du Premier temple, celle des colonies juives de Libye installées par la dynastie grecque des Ptolémée et celle de l’exil des Judéens par les Romains.

Toujours est-il qu’une présence juive jusqu’aux temps modernes a été attestée en Kabylie et notamment dans l’Atlas et le Sous marocains.

Toujours est-il qu’une présence juive jusqu’aux temps modernes a été attestée en Kabylie et notamment dans l’Atlas et le Sous marocains. La grande majorité de ces Juifs de l’Atlas a émigré en Israël. Bien que certains d’entre eux aient vécu le statut d’humiliation de dhimmi, d’autres furent tout à fait libres et portaient des armes.

Bien des Kabyles se considèrent comme d’anciens chrétiens ou d’anciens juifs qui furent islamisés par la force lors de la conquête arabe. Certains Berbères considèrent que leur identité est multiple en ce sens qu’elle peut être exprimée de façon indépendante de la religion.

Il est intéressant de noter que la Kahena fut toujours considérée comme étant de confession juive ainsi qu’il est statué de façon explicite par l’historien maghrébin Ibn Khaldoun. Mais sa résistance à l’invasion arabe est chargée de symbolisme.

Aussi, les Français d’Algérie avancèrent l’hypothèse qu’elle était chrétienne, dans le cadre d’une politique de désunion des Berbères et des Arabes d’Afrique du Nord. Au XXe siècle, les musulmans en firent une païenne ou même une musulmane. La réécriture de l’histoire a été et demeure le talon d’Achille de certains historiens ou nationalistes arabes qui décident de dénigrer l’histoire pour émettre des théories douteuses, tant le profil de la Kahena, reine libre et combattante, ne correspond pas à la condition historique du juif soumis et humilié ni même celle du berbère colonisé.

De nos jours, bien des Amazighs (nom d’origine des Berbères) et des Juifs d’Afrique du Nord éprouvent une empathie réciproque. D’après le blog Huffpost  

Publicité
1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
walid kh Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
walid kh
Invité

Toujours est-il qu’une présence juive jusqu’aux temps modernes a été attestée en Kabylie et notamment dans l’Atlas et le Sous marocains. La grande majorité de ces Juifs de l’Atlas a émigré en Israël. Bien que certains d’entre eux aient vécu le statut d’humiliation de dhimmi, d’autres furent tout à fait libres et portaient des armes.

Mémoire

Hommage à Ali Mécili ce dimanche à Paris

Publié

le

La famille Mécili organise la commémoration du 32e anniversaire de l’assassinat de l’opposant politique Ali André Mécili dimanche. Ci-dessous le communiqué d’Annie Mécili, veuve d’Ali Mécili. Vous nous retrouverez au chapiteau qui porte le nom Ali Mécili pour cette commémoration

Communiqué d’Annie Mécili

« 𝑳𝒂̀ 𝒐𝒖̀ 𝒅𝒆𝒔 𝒉𝒐𝒎𝒎𝒆𝒔 𝒗𝒊𝒗𝒆𝒏𝒕, 𝒔𝒐𝒖𝒇𝒇𝒓𝒆𝒏𝒕 𝒆𝒕 𝒓𝒆́𝒔𝒊𝒔𝒕𝒆𝒏𝒕 𝒅𝒆 𝒕𝒐𝒖𝒕𝒆𝒔 𝒍𝒆𝒔 𝒇𝒐𝒓𝒄𝒆𝒔 𝒒𝒖’𝒊𝒍𝒔 𝒂𝒓𝒓𝒊𝒗𝒆𝒏𝒕 𝒂̀ 𝒔𝒐𝒖𝒔𝒕𝒓𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒂̀ 𝒍𝒂 𝒅𝒐𝒎𝒊𝒏𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒆𝒕 𝒂̀ 𝒍’𝒉𝒖𝒎𝒊𝒍𝒊𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏, 𝒍’𝒆𝒔𝒑𝒓𝒊𝒕 𝒅’𝑨𝒍𝒊 𝒆𝒔𝒕 𝒍𝒂̀ ». Hocine Aït Ahmed.

Le 7 avril prochain, en cette date anniversaire de la mort d’Ali Mécili, c’est Place de la République que nous serons présents avec une seule préoccupation : témoigner de notre solidarité.

Quel plus bel hommage rendre à Ali et à Hocine Aït-Ahmed ainsi qu’aux millions d’Algériens qui, aujourd’hui, avec une grande maturité, s’inscrivent dans le même combat, les mêmes idéaux ?

Nous ne pouvions que nous joindre à leurs voix pour célébrer l’espoir qu’ils ont fait renaître d’un avenir meilleur. Une ère nouvelle vient de s’ouvrir qui rendra sa souveraineté et ses libertés au peuple algérien.

Un jour, sûrement, justice sera rendue à Ali Mécili.

Annie Mécili Le 3 avril 2019

* Nous serons sur la Place de la République à partir de 15h. Une tente sera mise en place pour l’occasion.

Continuer la lecture

Mémoire

La révolte contre le régime a commencé le 16 février à Kherrata et pas le 22

Publié

le

La première manifestation contre le 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika et contre le régime a eu lieu, pour rappel, le 16 février 2019. Pour l’histoire, c’était à la ville de Kherrata, à l’est de la wilaya de Béjaïa.

Toute une symbolique. Ce jour-là, des dizaines de milliers de manifestants étaient sortis dans la rue pour briser le mur de la peur et ouvrir la voie à une révolte populaire nationale qui s’était propagée en quelques jours seulement.

Le lendemain, soit le 17 février, c’était à la ville de Khenchela de répliquer. Le 22 février, soit une semaine après la manifestation historique de la ville de Kherrata, des millions d’Algériens, 10 millions environ, ont manifesté à travers toutes les villes d’Algérie.

Donc pour l’histoire, la révolution pacifique des Algériens contre le régime en 2019 a été entamée exactement le 16 février à Kherrata. Une date et une ville à retenir. (voir la vidéo en bas)

Continuer la lecture

Mémoire

Le mystérieux exil d’Abdelaziz Bouteflika en Suisse

Publié

le

Chassé du pouvoir en 1981, Abdelaziz Bouteflika a passé plusieurs années sur les bords du lac Léman. Était-il sans le sou comme le racontent ceux qui l’ont côtoyé 

Jean Ziegler, ancien professeur de sociologie à l’université de Genève, et actuel vice-président du comité consultatif du conseil des droits de l’homme des Nations unies, ne tarit pas d’éloges sur son ancien élève.

« Bouteflika s’est inscrit en fac avec l’intention de passer une thèse sur le groupe des 77, fondé en 1964, une coalition de pays en développement conçue pour promouvoir les intérêts économiques de ses membres. C’est une personnalité d’une intelligence exceptionnelle », commente l’auteur de La Suisse lave plus blanc. Les deux hommes, qui ont pratiquement le même âge, se rencontrent alors fréquemment, dans les cafés ou pour des promenades sur le Salève, une montagne de l’autre côté de la frontière. « J’atteste qu’il n’avait pas un sou. Il avait demandé une Bourse, qu’il n’a pas obtenue. C’est sans doute pour cette raison que Bouteflika n’a pas terminé sa thèse. Il est parti travailler à Abu Dhabi vers 1985 », raconte Jean Ziegler, 85 ans.

Devenu président, Abdelaziz Bouteflika invitera à plusieurs reprises son ancien professeur suisse en Algérie. Alain Bittar, le patron de la librairie arabe L’Olivier de Genève, se souvient d’un homme cultivé. « J’avais récupéré toute une bibliothèque de linguistique berbère. Bouteflika s’y intéressait beaucoup. Il m’avait acheté de nombreux ouvrages », se souvient le libraire. « Il n’avait pas renoncé au pouvoir. Mais c’était au vrai pouvoir qu’il aspirait, surtout pas celui d’être une marionnette », commente Alain Bittar.

Des sommes d’argent volatilisées

Mais que faisait en Suisse l’ancien ministre des Affaires étrangères algérien de 1963 à 1979 ? À la mort de Houari Boumediene, son dauphin est brutalement débarqué, accusé par la Cour des comptes d’avoir détourné sur les trésoreries des ambassades algériennes à l’étranger l’équivalent de 60 millions de francs. Un article d’El Moudjahid d’août 1963 évoque deux comptes ouverts à la Société des banques suisses (SBS) à Genève. Dans le livre Où va l’Algérie ? Et les conséquences pour la France*, sorti en février, le journaliste Mohamed Sifaoui écrit que contre une impunité, le pouvoir algérien aurait demandé à Bouteflika « de rembourser une partie des sommes qui se sont volatilisées quand le chef de la diplomatie algérienne gérait certains fonds spéciaux, mais aussi de quitter la scène sur la pointe des pieds ».

Pour le financier Ali Benouari, ancien ministre du Trésor, installé dans la cité de Calvin depuis de nombreuses années, Abdelaziz Bouteflika est avant tout un « grand dissimulateur ». « C’est vrai, il jouait au misérable, portant des pantalons troués et vivant aux crochets de ses amis. Notamment de son frère de lait, l’homme d’affaires Mustapha Berri.

Mais, en fait, il avait beaucoup d’argent. Il n’était pas rare de le croiser dans des palaces », assure l’ancien ministre algérien. Ce ne sont pas les trous dans le pantalon dont se souvient le journaliste algérien Atmane Tazaghart, mais du maillot de corps de Bouteflika. « Je me suis entretenu avec lui à Abu Dhabi, avant qu’il ne revienne en Algérie en 1987. À un moment, il a ouvert sa veste et montré ce vêtement troué, comme pour me prouver qu’il n’avait pas d’argent ! » sourit le journaliste en se remémorant la scène.

Après la Suisse, les Émirats arabes unis

Bref, cette période d’exil allant de 1981 à 1987 est fort peu documentée, comme le souligne La Tribune de Genève, qui a consacré récemment un long article sur « le passé suisse du président algérien  ». Le quotidien croit savoir que Bouteflika a choisi la Suisse en raison d’un nombre important de ses concitoyens vivant dans ce pays. « L’hôtel Strasbourg, aux Pâquis, appartient à un Algérien né à Oujda, au Maroc, comme lui. Sa mère et son frère Saïd ont vécu à La Chaux-de-Fonds. D’autres Algériens d’Oujda habitent à Genève », raconte La Tribune de Genève. Mais nous ne sommes pas plus avancés sur les occupations quotidiennes de l’ancien ministre des Affaires étrangères.

Quel était son emploi du temps ? Qui rencontrait-il ? Conservait-il des relations avec des dirigeants du Front de libération nationale (FLN) ? À partir de 1983-1984, Abdelaziz Bouteflika côtoie de plus en plus de dignitaires du Golfe, émiratis et saoudiens, très nombreux sur les bords du lac Léman.

Finalement, il s’envole dans les Émirats arabes unis. Il va y passer deux années, officiellement comme consultant, effectuant de fréquents allers-retours à Genève.

« Alors que beaucoup le considéraient comme un has been, il n’a jamais douté qu’il reviendrait au pouvoir, se souvient un Algérien qui l’a croisé à Lausanne. Il a aussi habité dans le canton de Vaud, mais je n’ai jamais pu savoir qui l’hébergeait. Bouteflika a toujours été très mystérieux, très secret. Je ne sais même pas s’il avait un ami en Suisse. » Ian Hamel pour Lepoint.fr

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires