Connectez-vous avec nous

Monde

Sarkozy-Kadhafi, une enquête rigoureuse en bande dessinée

Publié

le

Cinq journalistes décortiquent l’affaire du financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy de 2007 par des fonds publics libyens via Mouammar Kadhafi.

L’histoire qu’ils racontent, finement mise en dessin par Thierry Chavant, clarifie une affaire complexe, pour aider le lecteur à se faire une opinion.
Octobre 2011. Mouammar Kadhafi est dans sa voiture. Le convoi du Guide de la révolution est pris en chasse par des avions qui lui tirent dessus. Le président libyen s’échappe, se réfugie dans un tunnel, puis il est abattu. Ces dessins sont accompagnés des petites phrases, prononcées par le dictateur et par Nicolas Sarkozy, sur le projet d’intense collaboration entre les deux hommes et leurs pays. Elles rappellent l’époque pas si lointaine où le président français donnait des gages au tyran libyen et l’assurait de sa bonne volonté à son égard.

Au départ du livre, c’est une émission de radio de France Inter, Secrets d’info de Benoit Collombat et Elodie Gueguen (Cellule d’investigation de Radio France), sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy diffusée en janvier 2017, qui a sidéré les équipes de la Revue dessinée et les Editions Delcourt. Pour écrire cette bande dessinée où la réalité dépasse l’imagination, les journalistes se sont adjoint des confrères d’autres médias différents, Fabrice Arfi (Médiapart), Michel Despratx et Geoffrey Le Guilcher (journalistes indépendants tous les deux). Une expérience unique de collaboration intermédias dans la BD.

Et il fallait au moins ça, vu l’ampleur de l’affaire (toujours en cours d’instruction). Il était une fois un candidat à l’élection présidentielle qui avait besoin d’argent pour financer sa campagne. Pour cela, les enquêteurs le soupçonnent de s’être tourné vers un chef d’état africain qui rêvait de créer les Etats-Unis d’Afrique, et avait besoin pour cela de s’attabler à la table des grands. Contre de l’argent sonnant et trébuchant, lui aurait été promis, de l’aide pour la reconnaissance de son état, et de son projet. 

Le candidat gagna son élection et, comme par hasard, le dictateur africain en quête de respectabilité fut reçu en grand pompe à Paris. Mais le président nouvellement élu aurait commencé à trouver son nouvel ami gênant. C’est alors que fut opportunément découvert un massacre de civils libyens perpétré par le dictateur (« massacre » qui se révélera plus tard une « fake news »), prétexte pour le chasser du pouvoir avec l’aide de l’OTAN.

Du réel qui se lit comme un roman

Sarkozy-Kadhafi des billets et des bombes est une histoire précise, ultra documentée (avec à la fin un corpus comprenant une chronologie, des photos, des lettres ou des documents montrés pour la première fois…), mais qui se lit comme un polar. 

Elle comporte son lot d’intermédiaires plus ou moins clairs (Ziad Takieddine, Alexandre Djouhri…), de transfert d’argent liquide, de jeu de dupes, de barbouzes et de morts suspectes : le dignitaire libyen Choukri Ghanem, qui notait les secrets du régime dans son carnet, a ainsi été retrouvé noyé dans le Danube … 

Les diverses facettes de cette enquête ont déjà été révélées sur France Inter et Médiapart. Mais le livre réalise une brillante synthèse, et, grâce à un narrateur aux allures d’emoji, parvient à dérouler avec clarté une histoire compliquée aux multiples ramifications. Une BD d’utilité publique.

D’après France Inter

Publicité
1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Menzan Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Menzan
Invité
Menzan

Est-ce que le guide sait qui a mandaté son assassinat ? Je ne penses pas qu’il le sache puisque son testament accuse t-il Obama ! Alors certaines sources montrent le contraire.

Monde

France : Lassalle s’élève contre les clivages

Publié

le

L’homme politique français estime que cette marche révèle la «fraternité» du peuple qui «éprouve un tel bonheur d’être ensemble». Et de conclure:

«Bravo à nous tous! Et ils ne gagneront jamais parce que nous sommes avertis maintenant. Et la jeunesse est avec nous.»

Face à l’augmentation du nombre des actes antisémites en France, un défilé a lieu ce mardi place de la République à Paris. Des membres des partis politiques, des syndicats et des représentants du gouvernement y prennent part. Des rassemblements similaires se déroulent également dans plusieurs autres villes du pays.

À l’appel du Parti socialiste, 14 partis dont La République en marche, Les Républicains, rejoints par le mouvement La France insoumise, ont invité les Français à se réunir mardi partout en France, notamment place de la République à Paris, pour une marche contre l’antisémitisme.

Le Rassemblement national (RN) n’est présent parmi les formations politiques et rend un hommage séparé aux victimes des actes antisémites. Sputniknews

Continuer la lecture

Monde

Ukraine: les politiciens corrompus sont jetés à la poubelle !

Publié

le

Une vidéo d’un politicien accusé de corruption en Ukraine, au nom de Vitaly Zhuravsky, qui a été jeté réellement à la poubelle, a fait plusieurs fois le tour du monde.

Il parait que le politicien en question a été élu député et à la fin de son mandat était revenu encore vers les citoyens pour demander sa réélection au même poste, alors qu’il a été cité dans plusieurs affaires de corruption.

Furieux, les citoyens qu’il a sollicité l’ont jeté dans un bac à poubelle et l’ont filmé.

Une humiliation qui a donné à réfléchir aux autres députés de ce pays de l’ancienne Union Soviétique. D’ailleurs cette nouvelle forme de rejet de la corruption en Ukraine est baptisée TrashBucketChallenge (défi de la belle à ordure) .

Certes la vidéo date de 2014, mais sa republication est vraiment nécessaire à l’approche de l’élection présidentielle en Algérie. Elle devrait donner à réfléchir à qui de droit.

UKRAINEDES HOMMES POLITIQUES JETÉS DANS DES POUBELLES

Publiée par FIRST Magazine sur Vendredi 15 avril 2016
Continuer la lecture

Monde

Mali : le Mouvement de l’Azawad rétropédale sur les règles islamistes

Publié

le

La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a annoncé lundi soir qu’elle renonçait à appliquer les nouvelles règles de la vie publique à Kidal édictées de façon unilatérale.

Ainsi, le rôle du « cadi », le juge islamique, aurait-il été privilégié, au détriment des instances étatiques maliennes.

La CMA, qui administre la ville depuis plusieurs années, avait annoncé, ces derniers jours, vouloir, par exemple, interdire la consommation de l’alcool ou renforcer le rôle du cadi, le juge islamique, au détriment des instances étatiques maliennes.

Bronca des autorités maliennes

Mais, dans un communiqué publié lundi soir, la Coordination des mouvements de l’Azawad, ex-rébellion, affirme prendre acte de la grande incompréhension suscitée par son projet de renforcer sa présence, son autorité, sur la ville, notamment dans les domaines de la sécurité, de la justice et de la gouvernance.

Le même communiqué affirme reconnaître sur la localité les prérogatives de l’Etat malien.

En fait, après l’annonce officielle des nouvelles mesures qui tendaient à montrer que Kidal devenait clairement un Etat dans l’Etat, il y a eu une véritable bronca des autorités maliennes qui ont notamment saisi le comité de suivi de l’Accord de paix d’Alger.

« Un violation flagrante de l’accord »

Le président de cet organe a fait immédiatement une sortie plutôt musclée. Ahmed Boutache a notamment parlé de « violation flagrante de l’Accord d’Alger » par la CMA. Sa conclusion est sans appel : « Ceci constitue une violation flagrante de l’Accord et une atteinte aux prérogatives régaliennes du gouvernement de la République du Mali, explique-t-il à RFI. Nous considérons donc que ces mesures, à caractère réglementaire, indûment prises par le président de la CMA sont nulles et de nul effet. Et le président de la CMA est interpellé pour ne plus avoir à prendre de pareilles initiatives. »

La pression était également venue de la médiation, notamment de la mission de l’ONU au Mali (Minusma), ainsi que de la représentation locale de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de l’Union africaine.

Du coup, l’ex-rébellion a été donc obligée de ranger dans sa poche son projet. On est dans une région où la justice islamique a toujours été le principal référentiel de régulation.

Les représentants locaux de la justice d’Etat ont toujours composé avec les formes de régulation locales. Pour tout ce qui revêt par exemple des droits de la famille, de la gestion des litiges, de la gestion des terroirs, agropastoraux, etc. Maintenant, effectivement, il y a un élargissement des normes qui sont mises en place. RFI

Continuer la lecture

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires