Connectez-vous avec nous

Monde

Sarkozy-Kadhafi, une enquête rigoureuse en bande dessinée

Publié

le

Cinq journalistes décortiquent l’affaire du financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy de 2007 par des fonds publics libyens via Mouammar Kadhafi.

L’histoire qu’ils racontent, finement mise en dessin par Thierry Chavant, clarifie une affaire complexe, pour aider le lecteur à se faire une opinion.
Octobre 2011. Mouammar Kadhafi est dans sa voiture. Le convoi du Guide de la révolution est pris en chasse par des avions qui lui tirent dessus. Le président libyen s’échappe, se réfugie dans un tunnel, puis il est abattu. Ces dessins sont accompagnés des petites phrases, prononcées par le dictateur et par Nicolas Sarkozy, sur le projet d’intense collaboration entre les deux hommes et leurs pays. Elles rappellent l’époque pas si lointaine où le président français donnait des gages au tyran libyen et l’assurait de sa bonne volonté à son égard.

Au départ du livre, c’est une émission de radio de France Inter, Secrets d’info de Benoit Collombat et Elodie Gueguen (Cellule d’investigation de Radio France), sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy diffusée en janvier 2017, qui a sidéré les équipes de la Revue dessinée et les Editions Delcourt. Pour écrire cette bande dessinée où la réalité dépasse l’imagination, les journalistes se sont adjoint des confrères d’autres médias différents, Fabrice Arfi (Médiapart), Michel Despratx et Geoffrey Le Guilcher (journalistes indépendants tous les deux). Une expérience unique de collaboration intermédias dans la BD.

Et il fallait au moins ça, vu l’ampleur de l’affaire (toujours en cours d’instruction). Il était une fois un candidat à l’élection présidentielle qui avait besoin d’argent pour financer sa campagne. Pour cela, les enquêteurs le soupçonnent de s’être tourné vers un chef d’état africain qui rêvait de créer les Etats-Unis d’Afrique, et avait besoin pour cela de s’attabler à la table des grands. Contre de l’argent sonnant et trébuchant, lui aurait été promis, de l’aide pour la reconnaissance de son état, et de son projet. 

Le candidat gagna son élection et, comme par hasard, le dictateur africain en quête de respectabilité fut reçu en grand pompe à Paris. Mais le président nouvellement élu aurait commencé à trouver son nouvel ami gênant. C’est alors que fut opportunément découvert un massacre de civils libyens perpétré par le dictateur (« massacre » qui se révélera plus tard une « fake news »), prétexte pour le chasser du pouvoir avec l’aide de l’OTAN.

Du réel qui se lit comme un roman

Sarkozy-Kadhafi des billets et des bombes est une histoire précise, ultra documentée (avec à la fin un corpus comprenant une chronologie, des photos, des lettres ou des documents montrés pour la première fois…), mais qui se lit comme un polar. 

Elle comporte son lot d’intermédiaires plus ou moins clairs (Ziad Takieddine, Alexandre Djouhri…), de transfert d’argent liquide, de jeu de dupes, de barbouzes et de morts suspectes : le dignitaire libyen Choukri Ghanem, qui notait les secrets du régime dans son carnet, a ainsi été retrouvé noyé dans le Danube … 

Les diverses facettes de cette enquête ont déjà été révélées sur France Inter et Médiapart. Mais le livre réalise une brillante synthèse, et, grâce à un narrateur aux allures d’emoji, parvient à dérouler avec clarté une histoire compliquée aux multiples ramifications. Une BD d’utilité publique.

D’après France Inter

Publicité
1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Menzan Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Menzan
Invité
Menzan

Est-ce que le guide sait qui a mandaté son assassinat ? Je ne penses pas qu’il le sache puisque son testament accuse t-il Obama ! Alors certaines sources montrent le contraire.

Monde

Carnage au Sri Lanka : plus de 200 morts dans une série d’attaques

Publié

le

Plusieurs églises et des hôtels de luxe sri-lankais ont été touchés par des explosions en ce dimanche de Pâques. Le bilan est sans cesse revu à la hausse.

Au moins 207 personnes ont péri dans une série d’attentats contre des hôtels et des églises au Sri Lanka, dont 35 étrangers, selon un bilan annoncé par la police à l’Agence France-Presse. Six explosions se sont d’abord produites dimanche matin dans trois hôtels et trois églises du Sri Lanka, où était célébrée la messe de Pâques, a-t-on appris de sources policière et hospitalière. De nouvelles attaques ont eu lieu quelques heures plus tard. Les autorités ont à ce stade recensé 64 morts, dont 9 étrangers dans la capitale Colombo, 67 à Negombo, une localité plus au nord, et 25 à Batticaloa, dans l’est du pays. Le bilan pourrait s’aggraver encore, car on dénombre des dizaines de blessés dans cette vague d’attaques d’une violence rare, selon des sources hospitalières. Quatre cent cinquante personnes ont également été blessées dans ces attaques.

Une des églises se trouve à Negombo, au nord de Colombo. « Attentat contre notre église, s’il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s’y trouvent », peut-on lire dans un message en anglais posté sur le compte Facebook de l’église Saint-Sébastien de Katuwapitiya à Negombo. Un attentat contre une église de Batticoloa a aussi fait au moins une vingtaine de morts.

De nouvelles explosions ont retenti dans un second temps. L’une s’est produite dans un hôtel de la capitale du Sri Lanka, faisant deux morts, a annoncé la police de Colombo. La déflagration est survenue dans un hôtel de Dehiwala, une banlieue du sud de Colombo, a déclaré Ruwan Gunasekera, porte-parole de la police.

L’autre est survenue dans un lieu non précisé d’Orugodawatta, une banlieue du nord de Colombo, ont indiqué les autorités, qui ont décrété un couvre-feu.

Le gouvernement du Sri Lanka a décrété dimanche le blocage temporaire des réseaux sociaux pour empêcher la diffusion d’« informations incorrectes et fausses » liées à la vague d’attentats qui a frappé l’île, faisant au moins 207 morts. « Le gouvernement a décidé de bloquer toutes les plateformes de réseaux sociaux dans le but d’empêcher la propagation d’informations incorrectes et fausses.

C’est seulement une mesure temporaire », a indiqué la présidence dans un communiqué. Un couvre-feu est entré en vigueur dimanche, et « jusqu’à nouvel ordre », au Sri Lanka, a annoncé la police. Le ministère de la Défense avait initialement annoncé que le couvre-feu entrerait en vigueur à 18 heures locales (12 h 30 GMT) pour une durée de douze heures. Avec AFP

Continuer la lecture

Monde

Soudan: les chefs de la contestation veulent créer une autorité civile

Publié

le

Les chefs de la contestation au Soudan ont annoncé vendredi la formation prochaine d’une autorité civile chargée des affaires du pays, pour accroître la pression sur les militaires qui ont refusé jusque-là de transférer le pouvoir.

Sur le terrain, des milliers de Soudanais sont rassemblés devant le QG de l’armée dans le centre de la capitale Khartoum, pour le 14e jour consécutif.

Il y a quatre mois jour pour jour, un mouvement populaire a commencé au Soudan pour protester au départ contre le triplement du prix du pain dans un pays à l’économie exsangue. Il s’est rapidement transformé en contestation contre le président Omar el-Béchir qui a été destitué le 11 avril par l’armée après près de trois décennies au pouvoir.

Depuis son renversement, un Conseil militaire de transition dirigé par le général Abdel Fattah al-Burhane a pris le pouvoir et a résisté jusque-là aux appels des manifestants à le transférer à une administration civile.

Déterminée à maintenir la pression, l’Association des professionnels soudanais (SPA), groupe en première ligne de la contestation, a annoncé que « les noms des membres d’un Conseil civil chargé des affaires du pays seront annoncés lors d’une conférence de presse dimanche à 19H00 locales (17H00 GMT) » devant le QG de l’armée.

« Nous réclamons que ce Conseil civil, qui comprendra des représentants de l’armée, remplace le Conseil militaire », a déclaré à l’AFP Ahmed al-Rabia, un des leaders de la SPA.

L’armée n’a pas réagi dans l’immédiat à cette annonce.

« Long chemin »

Au sit-in devant le QG, les manifestants disent leur intention de rester jusqu’au départ des militaires du pouvoir.

« Le gouvernement doit être représentatif de tous et de toutes les aspirations. Il ne doit exclure personne », a dit cheikh Mater Younes, l’un des leaders de la prière musulmane du vendredi en s’adressant aux manifestants.

Originaire du Darfour et aveugle, ce cheikh a été libéré récemment après huit mois de détention à Khartoum pour avoir accusé le régime de M. Béchir d’armer les milices pour lancer une nouvelle attaque dans cette région occidentale.

Arrêté et détenu dans une prison de la capitale, M. Béchir, 75 ans, est sous le coup de mandats d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), pour « génocide » et « crimes de guerre » au Darfour où son régime avait combattu des rebelles depuis 2003. Les autorités actuelles refusent pour le moment son extradition.

Des victimes au Darfour réclament elles que l’ex-président soit jugé. « Je veux que Béchir affronte la justice, c’est un criminel », confie Hawwa Youssef, une septuagénaire dont le fils été tué en 2004 par des miliciens prorégime. Elle vit encore à ce jour dans un camp de déplacés dans la province du Darfour-Sud.

« Nous voulons un gouvernement civil qui apportera la justice à tous les Soudanais, traduira en justice tous les corrompus dans les précédents gouvernements de Béchir et améliorera la situation économique. Le peuple souffre », abonde à Khartoum un manifestant Abdellah Abdelrahmane, 28 ans.

Galvanisés par les concessions obtenues avec le départ de M. Béchir et d’autres responsables militaires, les manifestants apparaissent plus déterminés que jamais.

Vendredi, malgré une chaleur étouffante, ils ont dansé et chanté sur des mélodies arabes et africaines, a constaté une correspondante de l’AFP. Des femmes distribuaient des jus et des pâtisseries traditionnelles, encourageant les protestataires à poursuivre la mobilisation.

Emissaire américain au Soudan

Arrivé au pouvoir par un coup d’Etat soutenu par les islamistes le 30 juin 1989, M. Béchir a dirigé d’une main de fer un pays en proie à des rébellions dans plusieurs régions et était accusé de violations des droits humains par les ONG internationales.

« Il est de plus en plus clair que la révolution reste inachevée », a affirmé à l’AFP Alan Boswell, du centre de réflexion International Crisis Group (ICG). « La clique sécuritaire toujours au pouvoir résiste clairement aux exigences » de la rue.

Depuis le 19 décembre, la répression contre les manifestants a fait plus de 60 morts et des centaines de blessés. Des milliers de personnes ont été emprisonnées.

Les Etats-Unis, qui maintiennent le Soudan sur leur liste noire des « Etats soutenant le terrorisme », ont salué les premières mesures prises par les militaires qui ont destitué M. Béchir, mais ont appelé à une transition répondant davantage aux voeux des Soudanais.

La responsable du département d’Etat chargée de l’Afrique de l’Est, Makila James, « se rendra au Soudan ce week-end », a annoncé un haut responsable américain, sans autres précisions. AFP

Continuer la lecture

Monde

Soudan: le pouvoir militaire fait des concessions, la contestation se poursuit

Publié

le

Les militaires au pouvoir au Soudan ont fait de nouveaux gestes pour tenter d’apaiser la contestation,transférant en prison le président déchu Omar el-Béchir et limogeant le Procureur général, une des exigences des manifestants qui maintiennent toutefois la pression mercredi.

Le chef du Conseil militaire, « le général Abdel Fattah al-Burhane, a émis un décret limogeant le Procureur général Omer Ahmed Mohamed », a annoncé mardi le Conseil de transition au pouvoir depuis la destitution de M. Béchir le 11 avril.

Mercredi, un proche de l’ex chef de l’Etat a par ailleurs indiqué à l’AFP que le président déchu, jusque-là détenu dans un lieu inconnu, avait été transféré dans la nuit dans une prison du nord de Khartoum.

Devant le QG de l’armée dans la capitale, des milliers de personnes sont toutefois toujours présentes mercredi, comme depuis le 6 avril, dans le prolongement de la contestation qui agite le pays depuis décembre. Au moins 65 personnes sont mortes depuis le début de cette contestation, selon un bilan officiel.

Les demandes initiales de départ du président Béchir ont évolué en exigence de dissolution du Conseil militaire de transition qui lui a succédé, avec l’instauration d’un pouvoir civil.

« Nous avons fait face aux gaz lacrymogènes, beaucoup d’entre nous ont été emprisonnés. On nous a tiré dessus et beaucoup ont été tués. Tout cela parce que nous avons dit ce qu’on voulait », a déclaré mercredi à l’AFP une manifestante, Fadia Khalaf.

Les leaders du mouvement soulignent que la « révolution » n’a pas encore atteint ses objectifs. « Oui, nous avons renversé le dictateur, mais ses lois sont encore en place », a souligné dans un communiqué l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui regroupe plusieurs formations parties prenantes de la contestation.

« Il n’y a pas de raison de se réjouir maintenant (…). Nous n’en sommes pas à la victoire », ont ajouté les chefs de file de la contestation en demandant aux participants au sit-in de rester mobilisés.

« Nous restons sur place »

Le climat avec l’armée s’est tendu parallèlement au durcissement des revendications des contestataires en faveur d’un gouvernement civil.

Lundi, l’Association des professionnels soudanais (SPA), fer de lance du mouvement et membre de l’ALC, a dénoncé une tentative de dispersion du sit-in, sans toutefois en identifier les auteurs.

Mardi, des témoins ont fait état de véhicules avec des paramilitaires déployés sur un pont reliant Khartoum à la zone du sit-in.

« On a peur qu’on nous vole notre révolution, c’est pourquoi nous restons sur place, et nous ne partirons pas avant d’obtenir satisfaction à nos demandes », a ajouté la manifestante interrogée par l’AFP, Fadia Khalaf.

Lundi, la SPA a exigé que le Conseil militaire soit dissout et remplacé par un conseil civil, comprenant aussi des représentants de l’armée. Elle en a fait une condition à une éventuelle participation à un futur gouvernement de transition.

Et les manifestants semblaient déterminés mercredi à rester devant le QG de l’armée, en dépit de la chaleur brûlante.

« Nous en souffrons, mais quand je pense à ceux qui ont été tués dans la contestation, cela me donne de l’énergie pour continuer », a expliqué Ossama Hussein, s’affairant à nettoyer autour de lui.

Une femme servant le thé a affirmé être venu à quatre reprises ces derniers jours: « je sens que ces personnes qui observent le sit-in sont comme mes enfants. J’ai souffert sous le régime (…) Cette révolution est pour moi ».

Samedi, le général Abdel Fattah Buhrane a promis « d’éliminer les racines » du régime d’Omar el-Béchir. Le Conseil militaire qu’il dirige compte toutefois parmi ses dix membres des piliers du régime sortant.

Ultimatum de l’Union africaine

Concernant le sort d’Omar el-Béchir, visé par des mandats d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » puis pour « génocide » au Darfour, le pouvoir militaire a d’abord affirmé qu’il refuserait de l’extrader.

Lundi, par la voix du général Jalaluddine Cheikh, il a néanmoins indiqué que la décision serait « prise par un gouvernement populaire élu et non par le Conseil militaire ».

Sur le plan diplomatique, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a nommé mardi un émissaire pour le Soudan, l’avocat sud-africain Nicholas Haysom, afin d’aider l’Union africaine (UA) à conduire une médiation.

L’UA a menacé lundi de suspendre le Soudan si l’armée ne quittait pas le pouvoir au profit d’une « autorité politique civile » d’ici 15 jours.

La cheffe de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini a dit espérer que la transition porterait au pouvoir « un gouvernement civil ». Londres a apporté son soutien « à l’appel de l’UA ».

Les Etats-Unis ont indiqué être prêts à retirer le Soudan de leur liste des pays accusés de soutenir le « terrorisme » si le Conseil militaire engageait un « changement fondamental » de gouvernance, selon un responsable du Département d’Etat faisant état de discussions avec Khartoum.

Il a aussi précisé que Washington avait poussé le Conseil militaire à « agir rapidement » pour inclure des civils dans un gouvernement provisoire et organiser des élections.

En Arabie saoudite, le roi Salmane a accueilli mardi le prince héritier d’Abou Dhabi, ont annoncé les médias saoudiens, après le soutien accordé par ces deux alliés aux militaires soudanais. Le Soudan est d’une grande importance stratégique pour ces deux puissances du Golfe. AFP

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires