Connectez-vous avec nous

Bien-être

Plus de 8.130 oiseaux migrateurs observés dans la zone humide de Sebkhat El- Maleh

Publié

le

Au total, 8.139 oiseaux migrateurs ont été dénombrés par les ornithologues dans la zone humide classée du lac de « Sebkhat El-Maleh », à la sortie sud du chef-lieu de la wilaya déléguée d’El-Menea (275 km au sud de Ghardaïa), a appris l’APS samedi auprès de la conservation des forêts (CF) de la wilaya.

Ce recensement hivernal des sujets avifaunes, utilisant cette zone humide comme « une halte et une zone de nidification » sur l’axe migratoire entre l’Europe et l’Afrique, a été établi à la faveur du traditionnel recensement international des oiseaux migrateurs effectué entre le 15 et 31 janvier de chaque année , par le Réseau national des observateurs ornithologues algérien (RNOOA) de la région Sud-Est II, conformément au protocole de Wetlands (protocole de terrain pour le comptage des oiseaux d’eau), a expliqué le chef du bureau de la protection de la faune et la flore à la conservation Abdelwahab Chedad.

Ce comptage a permis de répertorier 43 espèces avifaunes dont une trentaine d’espèces d’oiseaux d’eau pour la plupart (Canard souchet, Flamant rose, Sarcelle d’hiver, Marmaronette marbrée, Foulque macroule, Gallinule poule- d’eau) , a-t-il détaillé .

Ces sujets avifaunes ont été observés sur l’ensemble du site de « Sebkhat El Maleh », classé zone humide naturelle d’importance internationale en 2004 par la convention de Ramsar , qui s’étend sur 18.947 hectares dont 1.600 hectare de plan d’eau et une périphérie végétalisée.

« Cette zone humide revêt une grande importance pour la biodiversité locale comme l’indiquent les résultats de ce recensement effectué sur ce site aquatique devenue un sanctuaire pour ces volatiles », a souligné  M. Chedad.

Ce site est une escale incontournable pour des milliers d’espèces d’oiseaux migrateurs qui s’y réfugient pour échapper à l’hiver rigoureux qui règne dans l’hémisphère Nord, profitent du climat doux à El Menea pour renouveler leur plumage avant la saison de reproduction.

La zone humide « Sebkhat El Maleh », abrite une faune et flore exceptionnelles composées d’oiseaux migrateurs, de toutes sortes d’insectes et d’une végétation luxuriante, qui constituent un parfait pied-à-terre pour ces sujets avifaunes migrateurs diversifiée et variée dont une partie inscrite sur la liste des oiseaux menacés élaborée par l’Union Internationale pour le conservation de la nature (UICN) , a fait savoir le chef du bureau de la faune et la flore.

Les observateurs du RNOOA de la région Sud -Est II, ont également décelé 3.276 individus avifaunes migrateurs de plus d’une vingtaine d’espèce dans la zones humide « artificielle » Kef El Doukhan (exutoire de l’oued M’Zab) à El Ateuf , crées à la faveur d’un programme de traitement des eaux usées, de préservation de l’environnement et des ressources hydriques de la vallée du M’Zab , selon la même source .

Au total un effectif de 12.609 oiseaux migrateurs a été recensé dans les différentes zones aquatiques existantes au nombre de huit dans la wilaya de Ghardaïa.

Ces sites aquatiques constituent des atouts favorables pour le développement d’un tourisme écologique et culturel durable et offrir la possibilité aux régions de Ghardaïa et d’El Menea de devenir des pôles plus attractifs et d’accueil touristique par excellence.

La zone humide de  »Sebhkat El- Maleh » constitue un pôle d’attrait touristique et vouée à devenir une destination du tourisme durable dans la région , selon des opérateurs touristiques.

Son offre touristique unique, construite autour de cet espace d’eau en plein désert, des dunes de sable à proximité, l’ancien Ksar , la palmeraie et l’oasis ainsi que l’artisanat de la région , lui confère un avenir prometteur, ont-ils estimé. APS

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Bien-être

Les mégots de cigarettes intoxiquent les océans : Sea Shepherd sonne l’alarme

Publié

le

A l’occasion de la Journée mondiale des océans, l’ONG cible les fumeurs peu soucieux de leurs mégots, qui peuvent chacun polluer plus de 500 litres d’eau.

Nos mégots de cigarettes menacent l’océan. C’est le message lancé par l’ONG Sea Shepherd, vendredi 7 juin, dans sa nouvelle campagne de sensibilisation.

Elle cible les fumeurs peu soucieux de leurs restes de cigarette à l’occasion de la Journée internationale des océans. « Des milliards de mégots finissent chaque année dans l’océan. Les mégots, c’est quelque chose d’extrêmement toxique », alerte Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, contactée par franceinfo.

« C’est 4 500 substances chimiques dont 93 sont toxiques », souligne Lamya Essemlali à franceinfo.

« Ça contient de l’ammoniaque, de l’arsenic, du cyanure et aussi du plastique. En fait, c’est 4 500 substances chimiques dont 93 sont toxiques. Un seul mégot peut polluer plus de 500 litres d’eau.«  Une pollution d’autant plus inquiétante lorsque l’on sait que 30 à 40 millions de mégots seraient jetés chaque année. 40% d’entre eux finiraient dans la nature. Francetvinfo

Continuer la lecture

Bien-être

Des bancs de dauphins au large d’Arzew

Publié

le

Ces images qui régalent sont prises au large d’Arzew (Ouest d’Algérie).

On y voit un banc de dauphins qui accompagne l’embarcation et exécutent des saut à quelques mètres seulement. Cette scène devrait nous interpeller pour protéger la faune marine de notre large.

Continuer la lecture

Bien-être

Smoke Check : une application pour détecter le cancer du poumon

Publié

le

L’application, développée par un Français, entend aider les fumeurs à repérer le plus tôt possible les signes d’un éventuel cancer.

« SmokeCheck » est une révolution mondiale et mancelle ! Avec SmokeCheck, le Centre Jean-Bernard devient pionnier dans le dépistage en cancérologie. Le Dr Fabrice Denis, oncologue-radiothérapeute manceau (ouest de la France) au centre Jean-Bernard, a mis au point cette application après huit années de recherches fondamentales et cliniques. Un travail réalisé en partenariat avec le Dr François Goupil, chef de service pneumologie au centre hospitalier du Mans.

Une appli pour sauver des vies ? Eh oui c’est possible ! Les smartphones ont parfois du bon. Smoke Check est une application pour les fumeurs. On y trouve seize questions très simples : « Toussez-vous depuis trois semaines ? », « Êtes-vous essoufflé ? », ou encore » Avez-vous perdu du poids récemment ? ».

A vos smartphones pour la télécharger

En quelques clics, les utilisateurs pourront savoir s’ils doivent ou non se rendre en urgence chez un pneumologue pour des examens plus approfondis. L’idée est d’aider les fumeurs à repérer le plus tôt possible les signes d’un éventuel cancer.

L’appli SmokeCheck est utilisable sur smartphone et disponible gratuitement sur Google play et App Store. Elle permet une détection dès les premiers symptômes de complications du tabac comme la bronchite chronique, les troubles cardio-vasculaires ainsi que les cancers, notamment du poumon, favorisés par le tabac.

« L’idée explique-t-il ce matin dans l’Express, lui est venu en voyant une campagne de pub dans le métro de Londres. »

« Vous êtes fumeur, vous toussez depuis trois semaines, consultez ! », disait le slogan. « Sur ce seul symptôme, explique le médecin, les Britanniques ont réussi à augmenter le taux de détection de cancer opérables de 20%. »

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires