Connectez-vous avec nous

Actu

Présidentielle en RD Congo : l’opposant Tshisekedi proclamé vainqueur, des doutes surgissent

Publié

le

La République démocratique du Congo retient son souffle au lendemain de l’annonce historique et inédite de la victoire à la présidentielle d’un opposant, Félix Tshisekedi, aussitôt contestée par une partie de l’opposition et mise en doute par la France.

Actant la première transition démocratique depuis l’indépendance du pays en 1960, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a déclaré Felix Tshisekedi, 55 ans, vainqueur de la présidentielle avec 38,57 % des voix, devant l’autre tête de l’opposition divisée, Martin Fayulu (34,8 %) selon des résultats provisoires.

Annoncée après une longue attente aux premières heures de l’aube, la nouvelle a été accueillie par des foules de jeunes en joie dans les rues de Kinsasha ou Goma (est) – « On remercie le bon Dieu !  » -. Dans la capitale, des colonnes de taxi-motos ont occupé le boulevard Lumumba, dans un concert de klaxons et des chants à l’honneur.

Mais le mécontentement des pro-Fayulu s’est également fait entendre – « On nous a volé la victoire » – notamment à Kisangani (nord-est) où la police à usé de gaz lacrymogènes et tirs de sommation.

De fait, Martin Fayulu a immédiatement rejeté les résultats et dénoncé un « véritable putsch électoral ». « Ces résultats n’ont rien à voir avec la vérité des urnes », a-t-il affirmé à Radio France internationale (RFI).

Sortant étonnamment de la réserve observée ces dernières années sur les dossiers africains, la France lui a donné raison. « Il semble bien que les résultats proclamés (…) ne soient pas conformes aux résultats » réels et que M. Fayulu est « a priori » le vainqueur du scrutin du 30 décembre, a déclaré son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à la télévision CNews, assurant s’appuyer sur les chiffres la mission d’observation de l’église catholique.

« putsch électoral »

La RDC, plus grand pays d’Afrique sub-saharienne, vit une double situation historique. C’est la première fois qu’un opposant est proclamé vainqueur d’une élection présidentielle après les deux élections de M. Kabila en 2006 et 2011.

aussi la première fois que le président sortant accepte de se retirer sous la pression de la Constitution et non des armes: Joseph Kabila ne pouvait pas briguer un troisième mandat d’affilée.

Mais ce scrutin à un tour, reporté trois fois depuis 2016, n’efface pas non plus le souvenir de la réélection de Joseph Kabila en 2011 entachée de violences et de fraudes. Dès jeudi matin, le chef de l’ONU Antonio Guterres a appelé les parties prenantes à « s’abstenir d’actes violents » dans un pays marqué par de nombreux conflits internes et deux guerres régionales.

Ces derniers jours, l’opposition et les observateurs de l’Eglise catholique avaient appelé la commission électorale à ne pas trahir « la vérité des urnes ».

Tout en affirmant connaître les résultats, les Evêques influents dans le pays et qui avaient déployé 40.000 observateurs le jour du scrutin n’ont jamais donné le nom du vainqueur et ne s’étaient pas exprimé à la mi-journée.

Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, dit « Fatshi », haute taille et carrure massive, hérite du nom de son Etienne, figure historique de l’opposition en RDC décédé le 1er février 2017, et de la machine de guerre laissée en héritage, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), fondée dans les années 80 contre la dictature du maréchal Mobutu et au sein de laquelle il a gravi tous les échelons.

Il faisait équipe pour ce scrutin avec un « ticket », l’ex-président de l’Assemblée et ex-candidat Vital Kamerhe. Mais c’est à Joseph Kabila qu’il a dédié ses premières paroles après avoir été « provisoirement élu » selon les termes officiels. « Aujourd’hui, nous ne devons plus le considérer comme un adversaire mais plutôt comme un partenaire de l’alternance démocratique dans notre pays. »

« Je suis heureux pour vous, peuple congolais. Ce processus tout le monde pensait qu’il allait déboucher sur les affrontements et les violences, à l’effusion de sang », a-t-il ajouté.

La Cour constitutionnelle doit publier les résultats définitifs, qui peuvent encore faire l’objet de recours, dans les dix jours. Une possibilité évoquée par la coalition au pouvoir même si celle-ci a « pris acte » des résultats provisoires.

Le dauphin du pouvoir sortant, l’ex-ministre de l’Intérieur sous sanctions de l’Union européenne Emmanuel Ramazani Shadary, n’est arrivé qu’en troisième position avec 23,8 %. Les 18 autres candidats font des scores anecdotiques.

Ce sont désormais les résultats de l’élection législative, déroulée le même jour que la présidentielle, qui sont attendus et qui permettront de déterminer les capacités de M. Tsishekedi à diriger le pays – s’il est confirmé. Ces derniers jours, son camp avait tendu la main au président Kabila. AFP

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Un ancien officier du DRS parle du mouvement de dissidence populaire

Publié

le

Ancien officier supérieur de l’ANP, Mohamed Khalfaoui rappelle que lors de son discours de mardi, le chef d’Etat-major, Gaïd Salah avait relancé l’idée d’une recherche de solution par le biais d’un dialogue organisé dans un cadre constitutionnel seul moyen, selon lui, de parvenir «à une entente».

Beaucoup de sujets sont abordés par cet orateur. La présidentielle, le départ inéluctable du premier ministre, la relance économique, le mouvement de dissidence populaire, la jeunesse, la nécessité de récupérer l’argent volé….

S’exprimant, mardi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, celui-ci considère que les Algériens doivent prendre conscience de l’extrême gravité de la situation à laquelle est présentement confronté leur pays et que seul, estime-t-il, le président de l’Etat, dont il juge qu’il doit continuer à assurer ses fonctions, est légalement à même de décider des mesures pour y faire face. « On ne peut, souligne-t-il, étêter l’Etat en cette période de crise » souligne-t-il.

A propos de l’organisation d’une présidentielle « propre et honnête », laquelle pourrait, declare-t-il, pouvoir se tenir dans trois à quatre mois, l’intervenant abonde, par contre, dans le sens des revendications exprimées durant les manifestations de chaque vendredi, réclamant le départ « justifié » du Premier-ministre, Nourredine Bedoui et des ministres de la Justice et de l’Intérieur.

L’urgence, considère-t-il, est de rassurer les citoyens qu’ils sont désormais défendus par une justice indépendance et une armée qui a donné des gages de sa  bonne volonté à répondre à leurs revendications, « sans exception ».

Des menaces pesant sur la Nation à partir de ses frontières, M. Khalfaoui relève que sans l’apport du peuple, l’armée s’en trouverait diminuée ,mais que dans le cas contraire, nul ne pourrait être tenté à empiéter sur la moindre parcelle de leur territoire commun, d’où, reprend-t-il, l’impérieuse urgence à dépasser la délicate situation auquel fait face présentement le pays (voir la vidéo).  Chaîne 3

Continuer la lecture

Actu

Appel aux forces de l’alternative démocratique

Publié

le

Sept organisations politiques de la mouvance démocratique, le FFS, le RCD, le PT, le PST, l’UCP, le MDS et le PLD, ainsi que Me Noureddine Benissad de la LADDH ont lancé aujourd’hui mardi 18 juin un « appel aux forces de l’alternative démocratique » dont voici le texte :

Le peuple algérien après son soulèvement contre le colonialisme à travers une révolution devenue un exemple pour le monde entier et source d’inspiration pour les peuples opprimés, le voilà aujourd’hui en train de mener sa deuxième révolution, pacifique et unitaire pour imposer le changement radical pacifique et démocratique du système sous l’admiration de tous les pays.

La détermination reste inébranlable et l’espoir immense. Seulement, le pouvoir en place, n’est pas disposé à saisir le sens profond de cet événement sans précèdent depuis l’indépendance. Il persévère obstinément dans le déni de la réalité et a fait le choix du pourrissement et la manipulation.

Le rassemblement des forces de l’alternative démocratique est le seul à même de traduire fidèlement cette profonde aspiration populaire. Il est vain de croire à l’existence d’une issue positive à ce conflit dans le cadre de l’ordre actuel. Ni le pouvoir, ni ses diverses excroissances ne sont en mesure de constituer un recours. Pourtant, le sursaut citoyen, de par son caractère pacifique et massif, est une chance pour le pays. C’est une force capable d’engager le pays dans la voie de la souveraineté populaire, de la modernité et du progrès.

La transition démocratique n’est pas un choix. Elle est de l’ordre de la nécessité. Aujourd’hui l’urgence est d’élaborer une solution politique ambitieuse, raisonnable et réalisable, loin des règlements de compte et des calculs étroits. Elle vise à mettre fin à ce régime dictatorial et changer radicalement le système en vue de propulser le pays d’un ordre constitutionnel obsolète vers un ordre démocratique.

Nous signataires de cet appel exigeons la libération immédiate et sans conditions de tous les détenus d’opinion, condamnons la judiciarisation de l’action politique comme c’est le cas de la secrétaire générale du Parti des Travailleurs et la levée de toutes les entraves aux droits d’expression, de réunion et de manifestation.

Aujourd’hui, libérer une dynamique politique de construction d’un état de droit et des libertés et de la société est une priorité en vue d’amorcer une véritable transition démocratique. L’heure aujourd’hui est à la concertation et au dialogue des forces progressistes afin de construire un pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans notre pays.

C’est dans cette optique qu’une première rencontre de concertation et de dialogue est décidée d’un commun accord pour le 26 juin 2019. Nous réitérons notre appel à d’autres acteurs politiques, aux syndicats autonomes, au mouvement associatif, ainsi que les personnalités nationales indépendantes et la communauté algérienne à l’étranger, qui se reconnaissent dans cet appel à se joindre à cette initiative de concertation et de dialogue sans préalable.

Ensemble pour un dialogue sérieux, responsable et inclusif

Ensemble pour une véritable transition démocratique

Ensemble pour construire un Etat de droit

Vive l’Algérie libre et démocratique

Gloire à nos martyrs

Alger, le 18 juin 2019

Les Signataires :

• Le Front des Forces Socialistes. (FFS)

• Le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie. (RCD)

• Le Parti des travailleurs. (PT)

• Le Parti Socialiste des Travailleurs. (PST)

• L’Union pour le Changement et le Progrès. (UCP)

• Le Mouvement Démocratique et Social. (MDS)

• Le Parti pour la Laïcité et la Démocratie. (PLD)

• Maitre BENISSAD Noureddine, pour la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme. (LADDH)

Continuer la lecture

Actu

Colère des travailleurs de Promech Annaba après la mort accidentelle d’un soudeur

Publié

le

La mort du jeune ouvrier Hamza Kouidri dans un accident de travail à Promech Annaba ou encore les brûlures de 2e degré subies par un travailleur de Fertial (ex-Asmidal), suite à un incendie, remettent à l’ordre du jour le débat sur la sécurité au travail et la nécessité de respecter les normes en la matière. Retour sur un drame.

Selon les témoignages rapportés par la presse, le drame a eu lieu dans la matinée de jeudi 13 juin lorsque le jeune Hamza Kouidri, trentenaire, soudeur de son état, a rejoint son poste de travail au Groupe Imetal ENCC Promech Annaba. Le jeune ouvrier a utilisé comme appui un fût vide, ayant contenu du diluant qui explosera dès son contact avec les étincelles produites par l’usage de son chalumeau.

Touché par les flammes et souffrant de brûlures profondes, Hamza décédera dès son admission à l’hôpital. La nouvelle a choqué les travailleurs de Promech qui s’inquiètent pour les conditions de travail et l’absence de normes de sécurité.

Incendie à Fertial

Dans la même région le 12 mai dernier un travailleur a été brûlé au deuxième degré et des équipements ont été endommagés dans l’incendie déclaré à la société des fertilisants d’Algérie Fertial (Ex-Asmidal) d’Annaba, suite à une explosion du pipe à gaz alimentant cette unité.

Les éléments de la Protection civile mobilisés pour l’opération de secours ont lutté pendant deux heures contre le feu, évitant sa propagation vers les autres unités. Ce n’est qu’après cet incendie et un début de protestation des travailleurs que la société a pris « quelques mesures pour sécuriser les sites et le personnel ». 

Continuer la lecture

NOS CHRONIQUES

Nous suivre

Newsletter

Recevoir nos articles par email

A La Une

Tags

Populaires