Connectez-vous avec nous

Mémoire

Quand Boumediene et l’armée de l’extérieur entraient à Alger…

Publié

le

Les images captées par les caméras des reporters embarqués par le convoi militaire que dirigeait Houari Boumediene sont éloquentes. Terrible de contraste.

On y voit une armada de jeunes soldats bien habillés, bien armés, disciplinés avançant en conquérants vers la capitale.

Des armes neuves, des canons sans recul,… des camions : tout ce qui pouvait équiper une armée moderne.

Ils étaient quelque 35000 hommes de l’ALN au Maroc et en Tunisie avant 1961. En Algérie, selon plusieurs sources, il ne restait guère plus de 10 000 maquisards, réduits à se cacher ou à quelques embuscades.

En 1962, après l’échec du congrès de Tripoli et le trucage des votes par le clan d’Oujda, l’armée de l’extérieur rentre en Algérie, écrasant sur son passage la résistance de les wilayas IV et III dans des combats fratricides. Il y a eu 1000 morts. L’ALN de l’intérieur, usée par 7 ans de guerre, sous-armée a été balayée par les nouveaux moudjahidine entrés de l’extérieur.

On y voit Boumediene avec Chaabani, qui sera exécuté par Boumediene et sa clique en 1964 après un procès expéditif pour rébellion. On y voit Ferhat Abbas proclamer la naissance de la république algérienne démocratique et populaire à l’APN. Le même Abbas démissionnera moins d’un an plus tard et sera placé en résidence surveillée par le clan au pouvoir…

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Mémoire

Mohamed Benchicou révèle des secrets sur Tiguentourine

Publié

le

L’écrivain Mohamed Benchicou, auteur de nombreux ouvrages sur l’Algérie, donne des informations particulièrement troublantes sur l’attaque de Tiguentourine (In Amenas).

Rappelons nous que la prise d’otages d’In Amenas, également appelée prise d’otages de Tiguentourine, est une prise d’otages menée du 16 janvier 2013 au 19 janvier 2013 par « Les Signataires par le sang » un groupe armé islamiste dissident d’Al-Qaïda au Maghreb islamique sur le site d’exploitation gazière de Tiguentourine situé à 45 km à l’ouest d’In Amenas, dans le Sahara algérien.

Dans cet entretien, Mohamed Benchicou revient sur cette affaire qui a conduit au limogeage de nombreux officiers de l’armée. Dans un entretien paru en ligne sur huffpostmaghreb et repris par lematindz, Mohamed Benchicou avait déjà souligné certains faits troublants.

« Mais qui aurait l’idée de chercher la part de la vérité et de la fiction à Donaldville chez Donald Duck, à Hyboria théâtre des aventures de Conan le Barbare ou dans la République de Guaracha, pays voisin de la Palomie, lieux des grandes aventures de Spirou et Fantasio ? Nous sommes chez nous, en Algérie, patrie de l’imaginaire et de l’inimaginable, le plus fantastique territoire qu’aucun romancier n’avait osé imaginer, qui dépasse en fantasmagorie Tlön, la terre imaginaire de Jorge Luis Borgès, Lilliput de Jonathan Swift ou même Océania, Eurasia et Estasia, les trois pays imaginés par George Orwell dans 1984 ! L’Algérie, vous connaissez ? Le seul pays de l’histoire qui soit gouverné à partir d’un lit d’hopital, dirigé par un homme handicapé, régnant en fauteuil roulant, inapte à faire sa campagne électorale mais réélu quand même à plus de 80 pour cent des voix ! C’est fascinant ! Il était pourtant en piteux état : quasi aphasie, paralysie de toute la partie gauche du corps, absence de lucidité…Le bon sens aurait voulu qu’il cède sa place. Mais, comme le fait remarquer le vieux Raïs, le bon sens est catégoriquement prohibé ici où, comme chacun le sait, et à l’image de l’île de Barrataria, ce fief imaginaire de Sancho Pança qui s’est toujours rêvé roi et qui s’auto-proclama gouverneur de l’Ile, on n’a que faire du bon sens. Qu’adviendrait-il, sinon, de la République ? Le professeur Thompson réalisera, bien tard il est vrai, que ce pays « prometteur, dynamique et à forte croissance », dont la Grande-Bretagne comptait faire le »nouvel ami », n’est qu’une chimère de diplomate, une lubie de politicien. Algérie, capitale Alger, Alger, patrie de la pantomime où l’on fait mine de jouer un rôle dans la désignation des dirigeants qui, en retour, simulent de gouverner pour le bien de tous. »

Regardez ce qu’il dit dans cette vidéo mise en ligne il y a quelques jours seulement. Plus haut. Plus bas, on découvre les négociations entre un officier et un terroriste. Le document n’est toutefois pas complètement authentifié.

Continuer la lecture

Mémoire

Images rares d’Alger en 1956

Publié

le

Avec la voix de Line Monty, ces images nous transportent très loin dans cet Alger de sous la colonisation.

On y découvre les Algériens laborieux vendant les fruits et légumes. Des pieds-noirs qui achètent et soupèsent la marchandise.

Ces images de tranquillité cachent une autre réalité. Celle d’Alger en guerre. Ce n’est pas encore la terrible « bataille » d’Alger. Les sourires sont encore sur les visages de ces enfants.

Continuer la lecture

Mémoire

Saïd Sadi : « Le président Bouteflika ne lâchera pas l’affaire »

Publié

le

L’ancien président du RCD, Saïd Sadi, parle du président Bouteflika et analyse le personnage.

« Il faut lui reconnaître qu’il ne croit pas à la démocratie, au multipartisme, ni d’ailleurs à la citoyenneté », assène Sadi.

Durant sa longue traversée du désert, il a erré dans les pays du Golfe, « il a redécouvert non pas la relation entre le dirigeant et le citoyen, mais entre le monarque et le sujet », précise Saïd Sadi. Puis d’ajouter : « Il rêve d’une société de sujets ».

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires