Connectez-vous avec nous

Politique

Le ministère de la Défense aux généraux à la retraite : taisez-vous !

Publié

le

Le ministère de la Défense a rendu publique ce dimanche 30 décembre une réponse incendiaire contre les articles de presse écrits par des militaires en retraite.

Le ministère de la Défense vient de rompre son silence par un article d’une rare virulence à l’adresse de certains officiers supérieurs qui sont intervenus dans la presse pour donner leur avis sur la prochaine présidentielle. Notamment Ali Ghediri qui a interpellé deux fois le président Bouteflika ainsi que le vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaid Salah. Nous publions ci-après l’article du ministère de la Défense qui a valeur de mise en garde.   

A l’approche de l’échéance électorale présidentielle, certains individus mus par des ambitions démesurées et animés par des intentions sournoises tentent et par tous les moyens, notamment les médias, de préjuger des prises de positions de l’institution militaire vis-à-vis des élections présidentielles et s’arrogent, même, le droit de parler en son nom. 

 « En agissant ainsi, ces individus aigris et sans envergure, qui ne lésinent pas sur l’emploi des moyens les plus déloyaux, visent sans succès à influencer l’opinion publique et de s’affubler de la crédibilité qui leur fait énormément défaut.

N’ayant pas trouvé d’échos à leurs interventions écrites récurrentes, diffusées dans les médias, ces derniers qui se sont improvisés pour la circonstance, en experts pluridisciplinaires, ont été à priori, instruits de s’adresser au Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire, comme ultime recours. 

 Ce faisant, ils oublient que les principes immuables qui ont, de tout temps, guidés l’Armée Nationale Populaire, digne héritière de l’Armée de Libération Nationale, font d’elle une institution au service du seul peuple algérien, lequel voit en elle ce rempart inébranlable qui protège l’Algérie contre tous les dangers et lui assure la sérénité et la quiétude. 

C’est d’autant plus regrettable, que ces faits sont l’œuvre de certains militaires à la retraite qui, après avoir servi longtemps dans les rangs de l’Armée Nationale Populaire, rejoignent des cercles occultes et ce, dans le seul but d’assouvir des ambitions personnelles démesurées, qu’ils n’ont pu réaliser à l’intérieur de l’institution. 

Pour parvenir à leur fin, ces gens-là qui ont fait abstraction de toute considération à l’obligation de réserve à laquelle ils sont astreints, en vertu de la loi n°16-05 du 03 août 2016 et sous peine de laquelle ils peuvent être poursuivis en justice, s’essayent à la politique, avec comme seul attribut l’esprit revanchard et se permettent, sans respect de toute forme d’éthique et de déontologie, de s’ériger en donneurs de leçons. 

Perdant le sens de la mesure, ces individus s’accordent une vocation et une dimension qui ne sont pas les leurs, et se lancent, sans aucun scrupule, dans des affabulations débridées, découlant d’un narcissisme maladif, qui les pousse jusqu’à prétendre bien connaître le Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire, pour prévoir sa position vis-à-vis des élections présidentielles ; grave dérive qui dénote d’un seuil inquiétant d’inconscience que seule l’ambition aveugle peut provoquer.

A ce propos, l’Armée Nationale Populaire, faut-il le noter, dont la démarche est dictée par son caractère éminemment légaliste et républicain, respectueux de l’ordre constitutionnel, n’a pas de leçons à recevoir d’individus qui n’existent que par les cercles qui les commanditent. 

L’incohérence du discours développé par ces derniers, notamment concernant la question lancinante d’accorder la chance aux jeunes pour assumer des responsabilités au sommet de l’Etat, qui leur est, vraisemblablement, dicté par leur mentors, trahit leurs véritables intentions et leur approche maladroite, en ce sens que cette question n’a absolument pas lieu d’être posée et, pour cause, la quasi-totalité des hautes fonctions de l’Etat sont occupées à l’heure actuelle par des cadres, issus de la période post-indépendance. 

S’agissant de l’Armée Nationale Populaire, ce principe est consacré dans la pratique, où seuls les critères de mérite et de compétence sont pris en ligne de compte lors des désignations dans les différentes responsabilités. 

D’autre part et feignant méconnaitre les missions constitutionnelles de l’Armée Nationale Populaire, ces individus demandent publiquement au Vice-ministre de la Défense Nationale, chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire, à prendre ses responsabilités pour, selon eux, consolider les acquis démocratiques, dans un discours à la fois alarmiste et malintentionné.

Il ressort, malheureusement, de l’acharnement de ces individus contre l’institution qui les a vu grandir, aux sens propre et figuré, que leur démarche, qui ne saurait être individuelle tant les arguments qui la sous-tendent sont fallacieux, et semble obéir à une machination fomentée par des cercles occultes. 

Dans une tentative ratée de se faire prévaloir d’un soi-disant pragmatisme et réalisme, l’analyse développée sur le statut de l’Algérie au niveau régional par ces apprentis analystes révèle, à bien des égards, que la connaissance dans le domaine géostratégique, dont ils se targuent sans en maîtriser les contours, ne les prédisposent, même pas, à saisir le sens du concept « Etat pivot », et trahit leur intention de minimiser les acquis réalisés à la faveur de la stratégie sécuritaire adoptée par le Haut Commandement, y compris en termes de coopération régionale et internationale, qui est mise en œuvre dans le cadre du strict respect des dispositions de la législation nationale.

Cette stratégie clairvoyante, qui a permis de relever les multiples défis auxquels fait face notre région, notamment dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, où la contribution de notre pays et de ses forces armées dans la stabilité de la région lui a value la reconnaissance à l’échelle internationale, notamment dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, dont la stratégie et les modes d’action sont devenus un cas d’école. 

 Enfin, compte tenu de ces agissements récurrents qui ont dépassé, par leur indécence, le seuil de l’intolérable, notre institution se réserve le droit de faire appliquer à l’encontre de leurs auteurs, les mesures légales appropriées. 

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Politique

Les médecins conseillent Bouteflika de partir !

Publié

le

Les manifestations contre le régime continuent en Algérie. Des milliers de médecins Algériens sont sortis à leur tour pour dire non à Bouteflika.

Ils ont manifesté dans plusieurs villes d’Algérie et plus particulièrement à Alger.

La mobilisation aujourd’hui, 19 mars 2019, des blouses blanches, est une autre réussite.

Ils sont, pour ainsi dire, tous unanimes à conseiller Bouteflika de renoncer au pouvoir et de laisser l’Algérie au peuple. « On veut une république démocratique, pas une monarchie », ont scandé à tue les médecins. (voir la vidéo en bas)

مسيرة حاشدة للأطباء، وجميع أسلاك القطاع الصحي. وسط العاصمةهناك كذلك مئات الطلبة في البريد المركزي، ستلتقي المسيرتان بعد قليل.

Publiée par Djaàfar Kheloufi sur Mardi 19 mars 2019

Manifestation des medecins aujourd'hui

Publiée par Fifi Med sur Mardi 19 mars 2019
Continuer la lecture

Actu

Sergueï Lavrov : « Nous refusons toute ingérence dans les affaires internes de l’Algérie »

Publié

le

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a reçu aujourd’hui son homologue algérien Ramtane Lamamra, en tournée cette semaine dans plusieurs capitales occidentales pour rassurer sur ce qui se passe en Algérie et faire la promotion des propositions de Bouteflika.

«Le peuple algérien doit décider lui-même de son avenir et de son destin sur la base de sa constitution et dans le respect du droit international», a déclaré Sergueï Lavrov  avant de souligner que la Russie refusait «toute ingérence dans les affaires internes de l’Algérie».

Il faut rappeler que la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova avait annoncé que la Russie considérait que les derniers événements en Algérie relevaient d’une «affaire purement intérieure».

Amélia Guatri

Continuer la lecture

Actu

Constantine : les universitaires et les ouvriers font jonction

Publié

le

Les étudiants et les enseignants universitaires ont fait jonction aujourd’hui à Constantine avec les travailleurs de la santé et les ouvriers de Sonacome.

C’est main dans la main que les travailleurs de ces différents secteurs ont marché dans la ville des Ponts suspendus pour demander le départ du système.

La revendication principale reste le départ de la bande mafieuse qui gouverne l’Algérie.

Amélia Guatri

#الجزائر: مباشر تظاهرات الطلبة و الأطباء و عمال الصناعات الميكانيكية في #قسنطينة…للمطالبة برحيل النظام.

Publiée par ‎أطلس تايمز عربية‎ sur Mardi 19 mars 2019
Continuer la lecture

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires