Connectez-vous avec nous

Mémoire

La militante indépendantiste Monique Hervo naturalisée algérienne

Publié

le

L’écrivaine française qui avait lutté aux côtés des Algériens pour leur indépendance, Monique Hervo, a été naturalisée algérienne, selon un décret présidentiel publié sur le dernier Journal officiel n° 73.

Le décret présidentiel signé le 5 décembre indique que Monique Hervo, née en 1929 à Paris, est naturalisée algérienne dans les conditions de l’article 11 de l’ordonnance n° 70-86 du 15 décembre 1970, modifiée et complétée, portant code de la nationalité algérienne.

L’écrivaine, avec une équipe du Service civil international, une association qui réunit des objecteurs de conscience, s’était installée au bidonville de la Folie, à Nanterre, en 1959 pour connaître les conditions de vie de milliers d’Algériens. Ayant vécu de nombreuses années dans ce bidonville jusqu’à 1971, elle a été l’auteure de deux ouvrages à ce sujet : « Bidonvilles : l’enlisement », avec Marie-Ange Charras, La Découverte, Paris, 1971 et « Chroniques du bidonville : Nanterre en guerre d’Algérie, 1959-1962 », éditions du Seuil, Paris, 2001.

Le 17 octobre 1961, l’écrivaine engagée pour l’indépendance de l’Algérie a manifesté aux côtés des Algériens qui se sont soulevés, au cours d’une marche pacifique à Paris et sa banlieue, contre le couvre-feu imposé uniquement à eux, en réclamant l’indépendance de leur pays.

Les manifestants algériens avaient fait l’objet d’une sanglante répression de la part de la police parisienne qui a tué, blessé et jeté dans la Seine des milliers d’entre eux. « J’ai été pour l’indépendance de l’Algérie tout de suite », le rappelait-elle souvent Monique Hervo.

Après l’indépendance de l’Algérie, Monique Hervo est restée dans le bidonville de Nanterre pour livrer une autre lutte pour un logement décent en faveur des Algériens de Nanterre, Argenteuil, Gennevilliers et Ivry.

Toutes ses archives sont déposées à l’Institut d’histoire du temps présent (Paris) ainsi qu’à la bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre). APS

Nous republions ici l’article consacré à son ouvrage par lematindz.net

Sobrement titré « Notes pour servir à l’histoire des bidonvilles –Nanterre La Folie 1958-1972 », ce livre écrit au jour le jour par Monique Hervo contient toute la mémoire de ce bidonville de la banlieue parisienne.

Ecrivain public, Monique Hervo a accompagné le peuple de ce bidonville. Elle a vécu avec eux les grands et les petits moments de leur vie. Pendant de longues années, elle a recueilli les bouts de leur vie, noté leurs joies et leurs souffrances. Ce livre est le fruit d’un témoignage direct sur les conditions de vie des travailleurs algériens (Kabyles, Chaouis…). Précieux, profond et touchant, il nous plonge dans la détresse, le dénuement mais aussi la répression policière qu’ont subie les Algériens durant la guerre pour l’indépendance. Les Notes de Monique Hervo reviennent largement, au travers des témoignages d’Algériens, sur les pratiques funestes de l’administration française : surveillance, obstruction, exclusion raciste,… « Brigade Z. 1er juillet 1965. La police est rentrée chez Azouz. Les agents lui permettent d’effectuer les réparations qu’il veut car, ont-il déclaré d’un air triomphant, arrogant en furetant un peu partout : «A la Folie, au moins vous ne pouvez pas construire en étages !». A une autre famille, les policiers diront : «La police vous permet de faire toutes sortes d’agrandissements», tout en ricanant. Le père me commente : «Ils savent que je ne peux en faire aucun, chaque mur de ma baraque est commun avec ceux de mes voisins !». «Ma baraque touche les cabanes de mes voisins : à gauche, à droite, au fond. J’ai que le côté de la porte qui donne dans ma cour. On est tellement entassés que je suis bien abrité. J’ai moins d’humidité. » (Haba). 23h30. Plusieurs hommes sont à la fontaine», écrit Monique Hervo. Toutes les notes de ce livre est de cette écriture pointue, précise et touchante.

Tranches de vie, tranches de souffrances, de luttes pour la dignité, ce livre est une mine d’informations inestimables sur la vie des travailleurs algériens. Sans fioritures, l’auteur pose les mots, décrit au plus près et témoigne : « Dans la baraque de Djilali Der**, il pleut comme dehors. L’eau ruisselle à travers le papier goudronné déchiré par le vent. Ces jours-là, les dix membres de la famille se réfugient dans une seule des deux pièces. Lits et vêtements, recouverts de bouts de plastique, sont quand même mouillés. »

En 2012, les Editions Actes Sud avaient publié déjà Chronique de bidonvilles qui portent sur la période 1959 -1962. Donc essentiellement la période de la lutte de libération comme vécue dans ce bidonville. Dans ce second ouvrage, Monique Hervo va plus loin dans son témoignage pour englober aussi les années qui ont suivi l’indépendance de l’Algérie.

Kassia G.-A.

« Notes pour servir à l’histoire des bidonvilles –Nanterre La Folie 1958-1972 », chez les Editions Ressouvenances. Site internet : ressouvenances.fr.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Mémoire

Saïd Sadi : « Le président Bouteflika ne lâchera pas l’affaire »

Publié

le

L’ancien président du RCD, Saïd Sadi, parle du président Bouteflika et analyse le personnage.

« Il faut lui reconnaître qu’il ne croit pas à la démocratie, au multipartisme, ni d’ailleurs à la citoyenneté », assène Sadi.

Durant sa longue traversée du désert, il a erré dans les pays du Golfe, « il a redécouvert non pas la relation entre le dirigeant et le citoyen, mais entre le monarque et le sujet », précise Saïd Sadi. Puis d’ajouter : « Il rêve d’une société de sujets ».

Continuer la lecture

Mémoire

« L’Algérie est aux mains d’une mafia », accuse Ali Benhadj

Publié

le

A l’occasion de la 24e année de l’arrêt du processus électoral, Ali Benhadj a tenu un meeting pour édicter ses « vérités ».

L’ancien chef du FIS dissous n’a pas perdu de sa suffisance. Comme à l’époque de la Djabha, il s’en prend au pouvoir. « Le peuple a choisi », soutient-il. « Le peuple a voté pour un parti pour un temps », ajoute l’auto-proclamé imam. « C’est une mafia », accuse-t-il.

« Mais que fait l’armée dans la politique ? » s’interroge-t-il. « Nous sommes des enfants du peuple, nous ne venons pas de Mars… un groupe avait le pouvoir a liquidé ce parti », détaille-t-il. Il a dénoncé les tortures, les arrestations et l’arrêt du processus électoral.

Devant des milliers de personnes, comme au temps du FIS, Ali Benhadj a tenu son meeting sans qu’il soit interdit de parole. Pourtant habituellement tout rassemblement est interdit. L’ancien chef du FIS dissous dénonce l’absence de justice, d’Etat et de justice. « L’Algérie est au mains d’une mafia », dit-il.

Curieusement, quand Ali Benhadj parle de l’identité nationale, il cite : l’islam en premier, l’amazighité en deuxième puis la nationalité. Point d’arabité.

Mais il a une mémoire sélective. Aujourd’hui, contrairement à 1992, il invoque la démocratie et le respect de la constitution. Pourtant dans les années 1990, il criait : « La doustour, la qanoun »….

Continuer la lecture

Mémoire

L’affaire des poseurs de bombe d’El Moudjahid racontée…

Publié

le

Nous vous livrons un extrait du témoignage de Lounès Kaci diffusé par Berbère télévision. Les auteurs appartiennent à l’Organisation des forces berbères (OFB).

Smaïl Medjber a, lui, été arrêté à Oran. Il a été déjà torturé. Selon Lounès Kaci, c’est Hocine Cheradi qui s’est occupé de la logistique. Ils ont déposé une bombe à El Moudjahid. Elle a explosé sans faire de victimes heureusement.

C’est le lendemain que le réseau a compris que Smaïl Medjber a été arrêté. Surnommé « l’ambulancier de la langue Amazigh », Medjber est un ancien membre de l’OFB, fondateur en 1996 de la revue ABC Amazigh et cofondateur avec Mohamed Haroun (Masin U Haroun) de la revue Itij (le Soleil) au début des années 1970.

Mohand Haroun sera arrêté le 9 janvier 1976.
Smaïl Medjeber et Mohamed Haroun seront condamnés le 4 mars 1976 par la Cour de Sûreté de l’état (tribunal d’exception) respectivement à la peine capitale et à la réclusion à perpétuité.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires