Connectez-vous avec nous

Politique

Bouteflika, le squatteur qui ne veut plus rentrer à la maison

La Rédaction

Publié

le

Ne l’oublions pas. C’était en avril 1999. Le candidat Abdelaziz Bouteflika parlait à la presse française qu’il préférait à l’algérienne évidemment. Il fanfaronnait après le retrait des six candidats (Hocine Aït Ahmed, Brahimi, Hamrouche, Sifi, Youcef Khatib, Abdellah Djabellah)

Avec sa faconde et cette suffisance qui le caractérisent il avait déclaré qu’il pourrait se retirer s’il n’est pas bien « élu ». Avec un large score, s’entend.

Evidemment les limiers du ministère de l’Intérieur ont gonflé les chiffres en sa faveur. Pas seulement.

L’homme, depuis, ne veut plus quitter le pouvoir. Violant allègrement la constitution pour justifier son maintien. La dernière trouvaille est le report de la présidentielle et la mise en place d’un septennat à la faveur d’un énième viol de la Constitution.

On n’est plus dans la politique mais dans un hold up permanent. Au mépris du peuple et des institutions. Le plus grave, au-delà de sa personne déjà finissante, c’est toute l’engeance d’individus qui l’entoure. Quant à Bouteflika, il mourra au pouvoir, même au prix d’une grave crise pour l’Algérie.

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x