Connectez-vous avec nous

Actu

Toute l’histoire des équipements EvCon-Cevital bloqués à Boudouaou

Publié

le

Communiqué. Dans le cadre de notre projet d’installation d’une usine de fabrication de membranes à Larbaa, nous avons importé une presse pour plaques sandwich de type DL 2300 A5, déchargée au port sec de Boudouaou le 09/07/2018.

Les services des douanes ont jugé utile de recourir à une expertise judiciaire pour déterminer sa valeur ainsi que son état. Un expert a été ainsi désigné le 08/08/2018. Par ignorance de la nature de la machine importée, l’expert en question a confondu notre presse pour plaques sandwich avec une extrudeuse.

Cette erreur de taille a faussé l’ensemble de son rapport.Le 03/09/2018, le tribunal a désigné un deuxième expert. A quelques jours de la remise de son rapport, nous avions appris que la douane avait dressé un procès-verbal d’infraction à la législation sur le change en se basant uniquement sur la première expertise erronée et s’est précipitée à le transmettre au Procureur dela République près le tribunal de Boudouaou sans attendre les conclusions du deuxième expert.

Ce dernier allait pourtant conclure que l’équipement est d’une technologie unique au monde et que sa valeur déclarée est justifiée, non exagérée et acceptable.Suite à cette deuxième expertise, nous nous sommes rapprochés des services des douanes pour demander l’enlèvement de notre marchandise. Cesdits services ont alors requis une troisième expertise pour trancher définitivement ce litige.Le 30/09/2018, un troisième expert a donc été désigné par le tribunal de Boudouaou. Il a conclu, comme le deuxième expert, que la valeur de l’équipement en question est justifiée, étant donné que cette presse est un prototype fabriqué spécialement, spécifiquement et exclusivement pour EvCon Industry, avec une technologie supérieure et des caractéristiques techniques complètement inédites, dont ne dispose aucune autre machine au monde.

Fort de cette troisième expertise, nous avons de nouveau sollicité l’enlèvement de la presse. Le Directeur Régional des douanes de Dar El Beida nous a alors exprimé sa disposition à nous restituer l’équipement dès que la justice aura rendu une décision dans ce sens. Il nous a par ailleurs assuré que le procès-verbal d’infraction transmis au Procureur de la République serait alors classé sans suite.

Ces mêmes engagements ont été également pris par le Receveur des douanes de Boumerdes.Cette décision réclamée par les douanes a été rendue le 27 novembre 2018 par le tribunal de Boudouaou, qui a ordonné à l’administration des douanes de Boumerdès par une formule exécutoire la libération immédiate et sans conditions de notre équipement, sachant qu’il risque, comme l’atteste le fabricant, de sérieux dommages en cas d’une exposition prolongée aux intempéries.

A notre grand étonnement, ledit receveur a refusé d’exécuter ce jugement et a introduit une demande d’arrêt d’exécution. Demande qui sera rejetée par le tribunal le 13 décembre 2018, confirmant ainsi la décision de justice exécutoire rendue auparavant en notre faveur. Le même jour, nous nous sommes présentés avec cette nouvelle décision de justice aux services des douanes de Boumerdès.Ces derniers se sont dits prêts à l’appliquer et nous ont donné rendez-vous pour le dimanche 16 décembre 2018 pour l’enlèvement de notre marchandise.

Dimanche, 16 décembre 2018, nous nous sommes présentés au port sec de Boudouaou pour procéder aux formalités d’enlèvement de notre presse. Contre toute attente, les services des douanes sur place nous ont signifié l’impossibilité d’exécuter le jugement en raison d’une décision de rétention du matériel qui venait d’être transmise par le juge d’instruction près le tribunal de Boudouaou.

Cette procédure a été enclenchée sur la base du procès-verbal d’infraction à la législation sur le change établi suite à une première expertise superficielle,imprécise et réalisée sans consultation par l’expert de la fiche technique de la machine.

C’est ce que confirme le tribunal de Boudouaou qui a écarté dans son jugement exécutoire du 27 novembre 2018 cette expertise et n’a retenu que les deux contre-expertises favorables à EvCon Industries et réalisées bien avant la décision du juge d’instruction du 16 décembre 2018 de rétention de la machine.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actu

Il assassine son collègue pour avoir insulté l’Algérie de Bouteflika !

Publié

le

Lui reprochant d’avoir insulté l’Algérie dirigée par le Président Bouteflika, un ouvrier a frappé à mort son collègue de travail, à Alger.

Drame en Algérie où un ouvrier, âgé de 29 ans, originaire de la wilaya de Chlef, à 200 km au sud-ouest d’Alger, a mis fin aux jours de son collègue de travail. L’information a été rapportée par le journal ObsevAlgerie, qui précise que le meurtrier reprochait à la victime d’avoir insulté l’Algérie devant des travailleurs étrangers.

Les faits remontent au mois de novembre 2017. Lorsque, autour d’une discussion agitée, les deux ouvriers algériens débattaient de la situation de l’Algérie sous le magistère de Bouteflika, en présence de travailleurs palestiniens et africains.

Voyant son collègue critiquer la situation politique et les conditions de vie en Algérie, l’homme a saisi un objet en métal et asséné deux coups mortels sur la tête de la victime.

Lors du procès, l’accusé a avoué les faits qui lui sont reprochés faisant savoir qu’il a agi par amour pour l’Algérie. Toujours selon le site, le mis en cause a été condamné à 18 ans de prison ferme par le tribunal criminel de Dar El Beida. Afrik.com

Continuer la lecture

Actu

Images choc de la maison de vieillesse de Batna

Publié

le

Les images que rapporte El Khabar de cette maison de vieillesse sont insoutenables.

Que font les responsables de maison de vieillesses de Batna ? Ce document est particulièrement accablant. Des personnes âgées abandonnées à leur triste sort.

On y voit des personnes en fauteuil roulant pliées en quatre. Certains sont par terre. Un homme attaché à un radiateur. La saleté partout.

Insoutenable spectacle de la déchéance humaine mais surtout de l’irresponsabilité de la direction de cet établissement.

Continuer la lecture

Actu

Le coup de gueule de Noureddine Bedoui !

Publié

le

Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, s’en est pris au maire de la Casbah au cours de l’un de ses sorties de terrain.


Il a ordonné, mardi à Alger, la réouverture des structures publiques fermées à Alger et la récupération des biens des collectivités locales non exploités.

Noureddine Bedoui s’est montré très énervé par l’attitude du président de l’APC de la Casbah, comme le montrent ces images d’Ennahar Tv. La raison ? La fermeture d’une salle qui aurait été inondée.

« M. le président c’est un conseil : vous la réhabilitez cette salle et vous réouvrez immédiatement ».

Le maire baragouine une réponse pour se justifier. Mais Noureddine Bedoui s’énerve et lance : « Vous réhabilitez la salle qui est le bien de la commune ».

M. Bedoui a appelé les élus locaux « à l’application stricte de la politique d’éradication des bidonvilles, en vue de libérer de nouveaux espaces et de les exploiter dans la création de structures de loisirs et de distraction », selon une déclaration reprise par l’APS.

Il a souligné, à cet effet, l’importance du partenariat public-privé pour l’extension du projet d’aménagement de la baie d’Alger, auquel une enveloppe financière de 100 Mds Da a été consacrée, et ce en coordination avec les autres secteurs ministériels.

Continuer la lecture

Suivez-nous sur Facebook

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires