Connectez-vous avec nous

Mémoire

Mouloud Feraoun, portrait d’un grand humaniste

Publié

le

Mouloud Feraoun, a vu le jour au coeur de la Kabylie profonde, à Tizi Hibel (à Ath Douala), un certain 8 mars 1913. 

De son vrai nom de famille Aït-Chabane, Feraoun étant le nom attribué par l’état-civil français. Mouloud Feraoun a fréquenté l’école de Tizi-Hibel à partir de l’âge de 7 ans. C’est un garçon très studieux qui étudie jusqu’à tard le soir. 

En 1928, il est boursier à l’école primaire supérieure de Tizi-Ouzou. En 1932, il est reçu au concours d’entrée de l’école normale de Bouzaréah Alger (actuelle École normale supérieure de lettres et sciences humaines). Il y fait la connaissance d’Emmanuel Roblès. En 1935, il est nommé instituteur à Tizi-Hibel où il épouse sa cousine Dehbia dont il aura 7 enfants.

En 1946, il est muté à Taourirt-Moussa. En 1952, il est nommé directeur du cours complémentaire de Fort-National. En 1957, nommé directeur de l’école Nador de Clos-Salembier, il quitte la Kabylie pour Alger. Dans la préface du roman « La Terre et le Sang », Emmanuel Roblès écrit : « Mouloud Feraoun avait dû quitter Fort National où il enseignait, à la suite d’une mauvaise affaire avec un fonctionnaire, réputé pour sa cruauté. Il accepta la direction d’une école en bordure d’Alger, au Clos Salembier, parce que cela nous rapprochait. J’habitais alors un quartier voisin. Malgré l’amitié dont nous l’entourions, il ne cessait de regretter la Kabylie. Il n’aimait pas Alger, où à la lettre, il se sentait déraciné. Puis vinrent pour Feraoun comme pour nous tous les premières lettres de menace. Loin d’en être intimidé, ces lettres anonymes parurent au contraire l’affermir davantage dans ses convictions, dans son espoir d’une Algérie où il n’y aurait plus ni vainqueurs ni vaincus, mais seulement des hommes délivrés « d’une séculaire injustice ». Cependant elles ajoutaient à son angoisse. Elles étaient le signe même de cette folie qui allait amplifier encore le malheur des uns et des autres, de cette folie qui devait le tuer à l’approche d’un printemps de mort. De toute manière, ces menaces l’incitèrent à agir et à témoigner. On le vit, à Alger, à la tribune d’une manifestation de libéraux. On lut à Paris des messages de lui, lucides et réfléchis. »

En 1951, il est en correspondance avec Albert Camus, le 15 juillet, il termine La Terre et le Sang, récompensé en 1953 par le Prix du roman populiste.

En 1960, il est inspecteur des centres sociaux (créés sur l’initiative de Germaine Tillion) à Château-Royal près de Ben-Aknoun. Avec cinq de ses collègues, dont l’inspecteur d’académie Max Marchand, c’est là qu’il est assassiné par l’OAS le 15 mars 1962 à quatre jours du cessez-le-feu.

Mouloud Feraoun a commencé son premier roman autobiographique Le fils du pauvre en 1939 ; il n’est publié qu’en 1950 à compte d’auteur. Ce n’est qu’en 1954 que Le Seuil le publie, expurgé des soixante-dix pages relatives à l’école normale de Bouzaréah.
Les éditions du Seuil publient, en 1957, Les chemins qui montent, la traduction des Poèmes de Si Mohand étant éditée par les Editions de Minuit en 1960. Son Journal, rédigé de 1955 à 1962 est remis au Seuil en février 1962 et ne sera publié qu’après sa mort. Tiré de : http://tessa008.blogspot.com/2009/12/lengagement-de-mouloud-feraoun.html)

Nous publions ci-après cette lettre que Mouloud Feraoun a envoyée à Albert Camus.

« Cher Monsieur, 
Je viens de recevoir ici, à Taourirt-Moussa, la visite de mon amis Roblès. Il m’a dit tout le bien que vous pensez de mon petit ouvrage et m’a donné votre adresse que je désirais connaître depuis longtemps. L’hiver dernier j’avais demandé à Pierre Martin du S.C.I de vous faire parvenir un exemplaire du “Fils du Pauvre”. Lui aussi pouvait me communiquer votre adresse mais je n’avais osé vous écrire.

Je suis très heureux d’avoir réussi à vous intéresser parce que je vous connais depuis longtemps. Je vous ai vu en 1937 à Tizi-Ouzou. Nous étions alors bien jeunes. Vous écriviez des articles sur la Kabylie dans Alger républicain qui était notre journal, puis j’ai lu la Peste et j’ai eu l’impression d’avoir compris votre livre comme je n’en avais jamais compris d’autres; J’avais regretté que parmi tous ces personnages il n’y eût aucun indigène et qu’Oran ne fût à vos yeux qu’une banale préfecture française.

Oh ! ce n’est pas un reproche. J’ai pensé simplement que, s’il n’y avait pas ce fossé entre nous, vous nous auriez mieux connus, vous vous seriez senti capable de parler de nous avec la même générosité dont bénéficient tous les autres. Je regrette toujours, de tout mon cœur, que vous ne nous connaissiez pas suffisamment et que nous n’ayons personne pour nous comprendre, nous faire comprendre et nous aider à nous connaître nous-mêmes.

J’ai l’intention d’écrire, de parler de nos compatriotes tels que je les vois mais j’ai pas d’illusions. Ma vue sera forcément trop courte et mes moyens trop réduits car il n’est pas vrai que le bon sens soit si bien partagé qu’on le dit. Si je parvenais à un jour à m’exprimer sereinement, je le devrais à votre livre – à vos livres qui m’ont appris à me connaître puis à découvrir les autres, et à me constater qu’il me ressemblent.

Ne puis-je donc pas me payer ce ridicule : tenter à mon tour d’expliquer les Kabyles et montrer qu’ils ressemblent à tout le monde ? A tous les Algériens, par exemple ? Ce fossé qui s’élargit stupidement, ne faudrait-il pas essayer de le combler ? Bien entendu, il ne m’en coûtera pas d’échouer. Je suis un bon maître d’école; j’ai beaucoup d’élèves; j’aime ma classe. Je ne demande rien et je rêve à mon aise. J’ai réussi à attirer sur nous l’attention de Audisiau, Camus, Roblès. Le résultat est magnifique. Vous êtes Algériens tous trois et vous n’avez pas à nous ignorer…

J’aurai besoin de votre indulgence pour cette longue lettre. Peut-être trouverez-vous que je prends trop de liberté à vous parler ainsi. Ce sera la preuve que mes paroles n’arrivent pas à dire ma pensée et que j’ai eu tort de vouloir écrire.

Ne retenez de tout ceci que mes vifs remerciement par les encouragements précieux que Roblès me rapporte de Paris. »

M. Feraoun
Taourirt-Moussa le 27 Mai 1951

Publicité
Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Mémoire

L’oeuvre de Matoub Lounès expliquée par Nora Belgasmia

Publié

le

C’est une brillante lecture que fait Nora Belgasmia, vice-doyenne de l’université de Tizi-Ouzou, de l’oeuvre de Matoub Lounès.

Dans cette conférence donnée en juin 2018, à l’université Abderahmane Mira (Bgayet), dans le cadre d’un colloque international sur le Rebelle, Nora Belgasmia dissèque quelque- uns des vers du riche legs matoubien. Elle explique aussi la position de Matoub Lounès vis-à-vis de l’Algérie et de la Kabylie et ses liens tumultueux avec cette patrie.

D’autres intervenants comme Takfarinas Naït Chaabane, Massinissa Saïdani abonderont dans le même sens pour analyser la riche poésie de Lounès Matoub dans cette vidéo.

Colloque International Lounes MATOUB 19, 20 et 21 juin 2018

Colloque International Lounes MATOUB19, 20 et 21 juin 2018

Publiée par Webtv université de Béjaia sur Mardi 19 juin 2018
Continuer la lecture

Mémoire

Hocine Aït Ahmed en 2004 : « Un jour, la parole reviendra au peuple »

Publié

le

Durant ses 70 ans de militantisme pour l’édification d’un Etat de droit et démocratique en Algérie, Hocine Aït Ahmed n’a jamais perdu espoir de voir le peuple récupérer entièrement sa souveraineté.

Sur un plateau de la Berbère TV, en 2004, Hocine Aït Ahmed avait lancé un cri d’espoir aux Algériennes et aux Algériens.

 » Un jour, la parole reviendra au peuple, même si la nuit semble longue, le jour et le soleil finiront par se lever « , avait déclaré avec émotion mais aussi avec beaucoup de conviction.

Aujourd’hui, 15 ans après, le peuple tente effectivement de reprendre la parole pour se libérer. L’Algérie, faut-il le rappeler, est secoué depuis plusieurs jours par des manifestations populaires pour dénoncer la candidature de Bouteflika à un 5e mandat. est (voir la vidéo en bas)

Continuer la lecture

Mémoire

Le mystère des dix tribus perdues d’Israël et les Berbères de l’Afrique du Nord

Publié

le

L’écrivain Arthur Koestler a fait une étude exhaustive sur le royaume des Kazars qui se seraient convertis au judaïsme et qui constitueraient la « treizième tribu » d’Israël.

Par ailleurs, l’origine des juifs en Afrique du Nord et plus particulièrement des juifs de Berbérie n’en est pas moins intrigante.

Les tribus berbères judaïsées formeraient-elles une « quatorzième tribu » Y aurait-il une ascendance juive au sein des populations berbères d’Afrique du Nord?

L’écrivain Arthur Koestler a fait une étude exhaustive sur le royaume des Kazars qui se seraient convertis au judaïsme et qui constitueraient la « treizième tribu » d’Israël ».

Par ailleurs, l’origine des juifs en Afrique du Nord et plus particulièrement des juifs de Berbérie n’en est pas moins intrigante. Les tribus berbères judaïsées formeraient-elles une « quatorzième tribu » ? Y aurait-il une ascendance juive au sein des populations berbères d’Afrique du Nord

En l’an 722 avant l’ère courante, les Assyriens détruisirent le royaume d’Israël et exilèrent ses dix tribus. Le prophète Amos reproche aux Tyriens (dénommés par la suite Phéniciens) de ne pas s’être souvenir de l’alliance conclue depuis l’époque du roi Salomon et d’avoir vendu une diaspora entière à l’Occident, c’est-à-dire les îles grecques et les comptoirs tyriens de la Méditerranée et de l’Atlantique.

De fait, les légendes entretenues par les Juifs du Sud marocain font état d’une présence juive datant de l’époque du Premier temple (détruit par les Babyloniens en 586 avant l’ère courante).

Lorsqu’Alexandre le Grand conquit l’Égypte, son successeur Ptolémée dépêcha des garnisons juives à Éléphantine au sud de l’Égypte et en Cyrénaïque. Ces dizaines de milliers de soldats s’y installèrent tout en vivant d’élevage et d’agriculture, loin de l’influence culturelle des grandes académies rabbiniques de Babylonie.

Lorsque le Temple de Jérusalem fut détruit par les Romains en 70, une grande partie de la population judéenne fut exilée. On compta 30 000 esclaves judéens à Carthage seulement (et une grande partie des 40 000 esclaves employés à la construction du Colisée à Rome furent sans doute des Judéens). À cette époque, les Juifs de la diaspora se consacrèrent au rachat des exilés.

Seraient-elles des tribus berbères judaïsées ou des tribus juives berbérisées? La recherche n’a pas encore dit son dernier mot.

En l’an 115, une révolte éclata en Libye et se propagea à Alexandrie puis en Judée. Cette révolte fut réprimée en Judée par Hadrien (Jérusalem fut passée au soc de charrue) et aussi à Alexandrie et en Libye. Des centaines de milliers de juifs libyens abandonnèrent leurs cités et allèrent se réfugier au sud du limes romain, et notamment dans le Sud marocain. Suivront des siècles de cohabitation judéo-berbère. Le christianisme évolua également en Afrique du Nord alors que l’Empire romain d’Occident ployait sous les attaques successives de Huns, de Goths et de Lombards. Les historiens berbères et arabes (El-Adouani, Ibn Khadoun) listent un grand nombre de tribus juives au moment de la conquête arabe. Seraient-elles des tribus berbères judaïsées ou des tribus juives berbérisées? La recherche n’a pas encore dit son dernier mot.

Ainsi, un judaïsme non rabbinique – différent de celui de Carthage qui était en contact avec les académies talmudiques babyloniennes – évolua en Afrique du Nord. De fait, il devait être difficile de différencier entre les Juifs et leurs voisins berbères.

L’opposition à la conquête arabe fut menée par les tribus chrétiennes commandées par Koceila puis la reine judéo-berbère El Kahéna.

Elle appartenait à la tribu des Djeraoua (pluriel de Djer ou guer signifiant converti en hébreu). Son nom signifie prêtresse, car on lui attribuait des pouvoirs occultes (les Arabes furent sur le point de rebrousser chemin, mais ne voulaient pas s’avouer vaincus par une femme). Elle devint impopulaire, car elle pratiqua la politique de terre brûlée pour décourager les envahisseurs.

Trahie par son fils adoptif arabe, elle mourut au combat. Les conquérants arabes proposèrent aux vaincus la conversion ou la mort et c’est ainsi que de nombreuses tribus berbères s’islamisèrent et participèrent en grand nombre à la conquête de l’Espagne en 711 de l’ère courante. Une partie des judéo-berbères demeura attachée au judaïsme et s’amalgama avec les Hébreux des différentes vagues d’immigration : celle de l’époque du Premier temple, celle des colonies juives de Libye installées par la dynastie grecque des Ptolémée et celle de l’exil des Judéens par les Romains.

Toujours est-il qu’une présence juive jusqu’aux temps modernes a été attestée en Kabylie et notamment dans l’Atlas et le Sous marocains.

Toujours est-il qu’une présence juive jusqu’aux temps modernes a été attestée en Kabylie et notamment dans l’Atlas et le Sous marocains. La grande majorité de ces Juifs de l’Atlas a émigré en Israël. Bien que certains d’entre eux aient vécu le statut d’humiliation de dhimmi, d’autres furent tout à fait libres et portaient des armes.

Bien des Kabyles se considèrent comme d’anciens chrétiens ou d’anciens juifs qui furent islamisés par la force lors de la conquête arabe. Certains Berbères considèrent que leur identité est multiple en ce sens qu’elle peut être exprimée de façon indépendante de la religion.

Il est intéressant de noter que la Kahena fut toujours considérée comme étant de confession juive ainsi qu’il est statué de façon explicite par l’historien maghrébin Ibn Khaldoun. Mais sa résistance à l’invasion arabe est chargée de symbolisme.

Aussi, les Français d’Algérie avancèrent l’hypothèse qu’elle était chrétienne, dans le cadre d’une politique de désunion des Berbères et des Arabes d’Afrique du Nord. Au XXe siècle, les musulmans en firent une païenne ou même une musulmane. La réécriture de l’histoire a été et demeure le talon d’Achille de certains historiens ou nationalistes arabes qui décident de dénigrer l’histoire pour émettre des théories douteuses, tant le profil de la Kahena, reine libre et combattante, ne correspond pas à la condition historique du juif soumis et humilié ni même celle du berbère colonisé.

De nos jours, bien des Amazighs (nom d’origine des Berbères) et des Juifs d’Afrique du Nord éprouvent une empathie réciproque. D’après le blog Huffpost  

Continuer la lecture

Nous suivre

Newsletter

Recevoir des vidéos par email

A La Une

Tags

Populaires